Y a t-il un seul ou plusieurs vrais Islams ?

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  8 Février 2014, 05:17

Y a t-il un seul ou plusieurs vrais Islams ?

Une des idées que les ennemis de l’Islam veulent répandre est qu’il n’y a pas un seul, mais plusieurs vrais Islams, et que chacun peut donc choisir l’Islam qui lui plaît, parce que, pour eux, ils sont tous valables, sauf bien sûr l’Islam «intégriste». Ils prétendent aussi que les «intégristes» veulent imposer leur interprétation1 aux autres musulmans.

____________

1 La vérité à ce sujet est que personne n’a le droit d’interpréter le Coran par lui-même ou selon ses passions et ses opinions personnelles. Le grand savant de l’Islam, Ahmad Ibnou Taymiyyah, a expliqué un point fondamental en disant : (Il est obligatoire de savoir que le prophète (paix et salut sur lui) a clarifiéaux Sahabahs les significations du Coran, de la même façon qu’il leur a clarifié sa prononciation. Et la parole d’Allah (le clarifie dans le verset suivant) : (pour que tu exposes clairement aux gens ce qu’on a fait descendre pour eux.) Sourate An-Nahl : 16 :44. Ce verset comprend donc les deux (la clarification de la signification et de la prononciation).

Et Abou ‘Abdur-Rahman As-Soulami a dit : Ceux qui nous lisaient le Coran comme ‘Outhman Ibnou ‘Affaan et ‘Abdoullah Ibnou Mas’oud et d’autres également, nous ont rapporté que lorsqu’ils apprenaient du prophète (paix et salut sur lui) dix versets, ils ne les dépassaient pas avant d’avoir appris ce qu’ils contenaient de savoir et de pratique. Ils disaient : nous avons donc appris le Coran, le savoir et la pratique en même temps. Et pour cette raison ils prenaient beaucoup de temps à mémoriser une sourate. […]

 

Et il est clair que le but de toute parole est qu’elle soit compréhensible, et non pas de savoir la prononcer seulement, et le Coran encore plus. De même que le bon sens interdit que des gens lisent un livre dans un domaine de la science, comme la médecine ou les mathématiques, sans qu’ils cherchent à comprendre sa signification. Alors, que dire de la Parole d’Allah, qui est leur protection et qui contient leur salut et leur bonheur, et qui établit leur religion et leur affaires mondaines!?) (Voir le livre Mouqaddimatoun fii ousoulit-tafsiir).

Et on lui a demandé : Quelle est la méthode la plus correcte d’interprétation (Tafsir) du Coran ? Il répondit :(La meilleure méthode est :

1-D’interpréter le Coran par le Coran, car il s’explique lui-même. C’est à dire que ce qui a été mentionné de façon générale à un endroit, a été expliqué plus en détails dans un autre endroit (dans le Coran). Et ce qui a été résumé dans un endroit a été exposé plus profondément dans un autre endroit.

2-L’interpétation du Coran par la Sounnah si le premier n’est pas possible. Car la Sounnah est l’explication du Coran et elle le clarifie. L’Imam Abou ‘Abdillah Mohammad Ibnou Idriss Ash-Shafi’i a dit a même dit : (Tout jugement que le messager d’Allah (paix et salut sur lui) a donné, est basé sur ce qu’il a compris du Coran. Allah le Très Haut a dit : (Nous avons fait descendre vers toi (Ô Mohammad) Le Livre avec la vérité, pour que tu juges entre les gens selon ce qu’Allah t’a montré (t’a appris à travers la révélation divine). Et ne te fais pas l’avocat des traîtres.) Sourate An-Nisa : 4 : 105. Et le Très Haut a dit : (Et vers toi (Ô Mohammad), Nous avons fait descendre le Dhikr (le Coran, la Sounnah), pour que tu exposes clairement aux gens ce qu’on a fait descendre pour eux et afin qu’ils réfléchissent.) Sourate An-Nahl : 16 : 44. Et le Très Haut a dit : (Et Nous n’avons fait descendre sur toi le Livre (Ô Mohammad) qu’afin que tu leur montres clairement la cause de leurs divergences, de même qu’un guide et une miséricorde pour des gens croyants.) Sourate AnNahl : 16 : 64. Et l’Imam Abou Daoud, At-Tirmidhi, Ibnou Majah, Ad-Daarimi, Ahmad et d’autres, ont rapporté dans un Hadith authentique (Hasan), selon Al-Miqdaad Ibnou Sa’di Yakroub que le prophète (paix et salut sur lui) a dit : «Certes le Coran m’a été révélé, ainsi que quelque chose de semblable à celui-ci avec»c’est à dire : la Sounnah. Et la Sounnah fut descendu sur lui par révélation de la même façon que le Coran, excepté qu’elle n’est pas récitée comme le Coran est récité. Et l’Imam Ash-Shafi’i, ainsi que d’autres des grands Imams, ont utilisé de nombreuses preuves à ce sujet […]

3-L’interpétation du Coran par les paroles des Sahabahs (les compagnons du prophète paix et salut sur lui) : Si on ne trouve d’explications ni dans le Coran, ni dans la Sounnah, nous devons retourner aux paroles des Sahabahs, car ils sont les mieux informés à ce sujet étant donné qu’ils ont été témoins des actions et des paroles du prophète (paix et salut sur lui) et qu’ils sont donc particulièrement privilégiés. Aussi à cause de leur compréhension globale, de l’authenticité de leur savoir et de leur bonnes oeuvres. Et précisément les savants et les grands parmi eux, comme les quatre (4) successeurs bienguidés de même que les Imams, comme ‘Abdullah Ibnou Mas’oud. L’Imam Ibnou Jarir At-Tabari a rapporté selon Masrouq que ‘Abdoullah Ibnou Mas’oud a dit : (Par Celui que rien ne mérite d’être adoré sauf Lui, aucun verset du Livre d’Allah n’a été révélé sans que je sache à propos de qui et à quel endroit il fut révélé. Et si je connaissais un endroit où trouver une personne qui connaisse le Livre d’Allah mieux que moi, et qu’il me soit possible de la rejoindre, j’irai la rencontrer!) […]

4-l’Interprétation du Coran selon les paroles des Taabi’ines (les élèves des Sahabahs) : Si on ne trouve d’explications, ni dans leCoran, ni la Sounnah et ni dans les paroles des Sahabahs, plusieurs des Imams sont retournés dans ce cas aux paroles des tabi’ines. Comme Moujahid Ibnou Jabr, car il était
une référence en matière de Tafsir. L’Imam At-Tirmidhi a rapporté que Moujahid lui-même a dit : ( J’ai lu le Coran en entier a ‘Abdoullah Ibnou ‘Abbas, trois fois de suite. De la Sourate Al-Fatihah jusqu’à la fin, en l’arrêtant à chaque verset pour lui demander de l’expliquer.) Et c’est pourquoi L’Imam At-Tabari a cité que l’Imam Soufiyan Ath-
thawri
a dit : (Si tu reçois un Tafsir de Moujahid, cela te suffit.)). Voir l’introduction de l’imam Ibnou Kathir pour plus de détails. Il ne faut pas oublier aussi que la langue arabe classique est une référence dans le Tafsir, car le Coran est révélé en arabe pur. Il n’est donc pas permis de se baser sur une traduction des sens du Coran en une langue étrangère pour interpréter le Coran. Car la traduction n’est pas le Coran ni sont équivalent. L’Imam Ibnou Taymiyyah dit aussi : (Celui qui passe à côté des interprétations des Sahabahs et des Tabi’ines ainsi que de leur positions et va vers ce qui s’y oppose est dans l’erreur en cela. En fait, c’est un innovateur égaré (Moubtadi’) même s’il est un grand savant Moujtahid et que erreur lui est pardonné.) (Fin de la citation).

Car la Bid’ah (les hérésies dans les pratiques, ou les croyances ajoutés à l’Islam après la mort du prophète, et après l’époque des sahabahs, qui n’ont pas de références dans le Coran, ou dans la Sounnah, ou dans les actions des compagnons) est une des plus grandes raisons des différences d’interprétations du Coran, et c’est pourquoi il est essentiel de connaître la Sounnah et d’être au courant de ce qui la contredit, parmi les Bid’ahs, dans le but d’éviter ces problèmes de différences d’interprétations. J’ajoute qu’il existe un grand nombre de livres de Tafsir qui sont disponibles, écrit par de grands savants de l’islam depuis de siècles et qui se basent tous sur cette méthode que le Sheikh Ibnou Taymiyyah a mentionné ci-dessus;Tafsir At-Tabari, Tafsir AlQourtoubi, Tafsir Ibnou Kathir, Tafsir Al-Baghawi, Tafsir FathoulQadir de l’Imam Ash-Shawkaani et bien d’autres. Ces livres sont des références solides dans l’interprétation de la Parole d’Allah. Allahou A’lam

 


Ils citent comme exemple les sectes égarées comme les Chi’ites, les Mou’tazilites, les Ash’arites, les Soufistes, les Khawarijs, les Mourji-ahs, ainsi que les quatre écoles de Fiqh (droit islamique) bien connue1. Ils citent aussi l’Islam «intégriste», l’Islam «modéré», l’Islam «arabe», l’Islam «turque», l’Islam «africain», l’Islam «américain», l’Islam «moderne», et toutes sortes d’exemples futiles, qui n’ont pour but que de semer la confusion chez les gens naïfs.

La vérité est qu’Allah ne nous a ordonné que de suivre une seule religion et non deux, trois, quatre ou cinq. Et si on demandait aux adeptes de ces différentes sectes, sur laquelle d’entre elles se trouvaient Abou Bakr As-Sidiiq et ‘Omar Ibn al-Khattaab, aucun d’eux nepourrait répondre, car tous ces groupes sont apparus après eux. En fait, tous ces noms sont des innovations et personne n’a le droit d’obliger les musulmans à les suivre, ou de s’allier ou de se détester sur
ces noms. Le compagnon Ibn Mas’oud a rapporté :
Le messager d’Allah a tracé pour nous une ligne droite (sur le sol), puis il dit: «Voici le chemin d’Allah». Puis, il traça à gauche et à droite de cette ligne, plusieurs autres lignes (perpendiculaires) et dit: «Voilà les sentiers d’égarements. Sur chacun de ces sentiers, il y a un diable qui appelle les gens à le suivre». Puis il récita le verset suivant : (Voici Mon droit chemin dans toute sa rectitude, suivez-le; et ne suivez pas les autres sentiers qui vous écartent de la voie)[Al-An’am :6 :153] 2

____________

1 Bien entendu, les quatres Madhhabsde Fiqh ne font pas parti des sectes égarées. Mais on a souvent blâmé ceux qui les suivent de les suivre aveuglément.

2 Hadith authentique rapporté par Ahmad, An-Nasaa’ii et Ad-Daarimi.  Sheikh Al-Albani a dit dans Mishkatul-Masaabiih : (1/59) Hadith no. 166: «C’est une bonne chaîne de narrateurs (Hasan), Al-Hakim et d’autres l’on authentifié».

 

Et dans plusieurs autres versets Il interdit la division en disant :
(Et ne soyez pas du nombre des associateurs (al-moushrikiins), du nombre de ceux qui ont divisé leur religion et sont devenus des sectes; chaque groupe se réjouissant de ce qu’il possède)[al-Roum :30 :31-32]

Et dans un autre verset : (Et accrochez-vous tous fermement à la corde d’Allah (le Qor’an) et ne vous divisez pas)[Ali ‘Imran :3 :103]
Le prophète a prophétisé la division de la Oummah. Il dit: ( «Les Juifs se sont divisés en 71 sectes, les Chrétiens se sont divisés en 72 sectes, et ma Oummah se divisera en 73 sectes, elles sont toutes dans le feu de l’enfer excepté une seule.». Les Compagnons dirent : «De qu’elle secte s’agit-il, ô messager d’Allah?»Il dit :«Celle qui suivra ce que je suis aujourd’hui, ainsi que ce que
suivent mes compagnons
1
  Et dans une autre version : «C’est la Jamaa’ah»(c’est-à-dire, le groupe). Être avec le groupe ne signifie pas qu’on doit être dans une des Jamaa’aats qui existent aujourd’hui, comme Ikhwaanou Tabligh, car tous ces groupes sont nouveaux et ils n’existaient pas il y a cent ans. Le compagnon Ibn Mas’oud a bien expliqué la signification de la «Jamaa’ah» en disant : ce qui signifie : «La Jamaa’ah (le groupe), c’est être en accord avec l’obéissance à Allah, même si tu es seul.» De plus, la Jamaa’ah dont nous parle le prophète est toujours au singulier, ce qui indique que c’est une seule et unique Jamaa’ah, et non plusieurs Jamaa’aat. Il est donc clair que l’on ne peut pas choisir la secte qui nous plaît selon nos passions 2 , mais nous devons chercher à suivre la voie du prophète et de ses compagnons. Le prophète dit également : «Celui d’entre vous qui vivra verra beaucoup de désaccords, alors je vous conseille de suivre ma Sounnah et la Sounnah de mes successeurs bien guidés, mordez dedans avec vos molaires» Hadith authentique rapporté par at-Tirmidhi et d’autres voir dans Irwa’ al-Ghalil vol. 8, p. 107, No. (2455).

________________

1 Hadith authentique (Hasan), voir dans Jami’ as-Sahih No. (5219). Et d’autres versions de ce Hadith sont rapportées dans as-Silsilah alAhadith as-Sahihah No. (203-204). Ce Hadith a été authentifié par de nombreux savants du passée et du présent et les gens de Bid’ah cherchent à nier sont authenticité pour justifier Al-Hizbiyyah et la Bid’ah, alors soyez avertis!

2 Comme le prétend Taariq Souwaidaan, un égaré du Koweit.

 

Le prophète a également dit :«Un groupe de ma Oummah demeurera toujours victorieux sur la vérité, jusqu’a l’Heure du Jugement » Hadith authentique rapporté par Boukhari et Mouslim. D’après les savants, comme Ahmad et ‘Ali Ibnoul-Madiini: «Ce sont AhloulHadith (les gens du Hadith)»

Le seul Islam valable est celui qui est dans le Qor’an et dans la Sounnah comme il fut compris par les premières générations de savants musulmans. On appelle ceux qui suivent cette voie : As-Salafiyyah (La voie des Salafs), Ahlous-Sounnah wal-Jamaa’ah (Les gens de la Sounnah et de l’Unité), Ahloul-Hadith (Les gens du Hadith), Ahloul-Athar (Les gens du Athar), Al-Firqatoun-Naajiyah (La secte sauvée), At-Taa-ifatoul-Mansourah (le groupe victorieux).

Le prophète a dit : «La meilleure génération est ma génération, puis celle qui la suit, puis celle qui la suit. » Hadith authentique rapporté par Boukhari et Mouslim.

La raison pour laquelle nous devons suivre la voie des Sâhabahs est que les Sâhabahs ont vécu avec le prophète
et ils ont vu l’exemple pratique du Qor’an appliqué devant eux. Ils connaissaient la langue du Qor’an et c’est pourquoi personne ne peut connaître l’interprétation de la Parole d’Allah mieux qu’eux après le prophète .

Alors, personne ne peut prétendre suivre le Prophète sans suivre ses compagnons. Allah ordonne de les suivre en disant : (Et quiconque fait scission d’avec le Messager, après que le droit chemin lui fut clarifié et suit un sentier autre que celui des croyants (les compagnons), alors Nous le laisserons comme il s’est détourné et le brûlerons dans l’Enfer. Et quelle mauvaise destination !)[An-Nisa : 4 :115]
Le prophète
dit dans un autre Hadith : «Celui qui invente dans notre religion ce qui n’en fait pas partie, (son invention) sera rejetée. »
Hadith authentique rapporté par Boukhari et Mouslim.

Donc, tout ce qui n’était pas appliqué (de la religion) par le prophète et ses compagnons dans leur époque, ne fait pas parti de l’Islam aujourd’hui, et toutes les autres sectes qui ont été mentionnées ont soit ajouté ou enlevé quelque chose à la religion, c’est pour cela que les savants de «Ahl as-Sounnah wal-Jamaa’ah» les ont nommées «Ahl al-Bida’» (les gens de l’innovation)1.

____________

1 On peut remarquer si on va dans n’importe quelle librairie au Québec ou ailleurs en occident, que les mécréants s’efforcent à propager des déviations de l’Islam. La plupart des livres sur l’Islam sont écrits par des égarés orientalistes, Soufis, Shi-ites ou modernistes etc.



En ce qui concerne les quatre écoles (madhaahib) de Fiqh islamique (Hanafi, Maliki, Shafi’i et Hanbali), ni Allah, ni son prophète, ni les compagnons, ni même les Imams auxquels ces écoles sont attribuées, n’ont jamais ordonné de suivre une d’entre elles. Allah ne nous a ordonné d’obéir qu’à Lui et à Son prophète et à ceux d’entre nous qui ont l’autorité1 et Il a dit qu’en cas de désaccords, nous devons juger selon le Qor’an et la Sounnah : (Ô les croyants, obéissez à Allah et obéissez au messager et à ceux d’entre vous qui détiennent l’autorité. Mais si vous êtes en désaccord à propos de quoique ce soit, rapportez-le à Allah et au Messager si vous êtes croyants en Allah et au Jour Dernier.)[AnNisa’ :4 :59]
 

Les Imams auxquels ces fameuses écoles sont attribuées n’ont jamais eu l’intention de fonder ces écoles, mais ce sont leurs élèves qui ont préservé leurs opinions et les ont propagées à travers le monde après leur mort. Les quatre Imams ont interdit à leurs élèves de les suivre aveuglément, et ils leur ont même ordonné de laisser tomber leur opinion et de suivre le Hadith2 authentique, lorsqu’il était contraire à ce qu’ils avaient jugé.

___________


1 Toute obéissance à autre qu’Allah et à Son messager est limitée par ce qu’Allah et Son messager ont interdit. Personne n’a le droit de transgresser ces limites.

2 Voir pour référence le livre «I’laam al-Mouwaqqi’iin», par Ibn alQayyim al-Jawziyyah, v. 2, p. 139.



L'Imam Malik a lui-même dit : "Je ne suis qu'un être humain, parfois j'ai tord, parfois j'ai raison, alors regardez dans mon opinion; tout ce qui est en accord avec le Coran et la Sounnah, prenez-le, et tout ce qui n'est pas en accord avec le Coran et la Sounnah, laissez-le." Voir Jami'ou bayaan al-'Ilm wa fadlih, par l'Imam Ibn 'Abdoul-Barr.

L'Imam Ash-Shafi'i a dit : "Si vous trouvez, dans mon livre, ce qui est contraire à la Sounnah du messager d'Allah paix et salut sur lui, alors dites selon la Sounnah du messager d'Allah paix et salut sur lui et laissez tombez ce que j'ai dit !".Voir Manaaqib Ash-Shafi'i par l'Imam Al-Bayhaqi


L'Imam Ahmad a dit : "Ne suis aucun de ceux-là (les Imams) de façon aveugle dans ta religion. Ce qui vient du prophète paix et salut sur lui et de ses compagnons, prends; puis pour ceux qui viennent après les compagnons, une personne a le choix." Voir Masaa'ilou Ahmad par l'Imam Abou Daoud As-Sajistaani.

L'Imam Abou Hanifah a dit : "Malheur à toi, O Ya'qoub (son plus grand élève)!
N'écris pas tous ce que tu entends venant de moi. Car Il se peut que j'ai une opinion aujourd'hui et que je la change demain."
Voir Taarikh Baghdaad, par Al-Khatiib Al-Baghdaadi.


Le fait de juger d’après ces madhaahibs, même lorsque ce qu’ils disent est contraire au Qor’an ou à la Sounnah authentique, avec connaissance, représente une forme de Shirk, comme Allah le dit : (Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines comme seigneurs en dehors d’Allah)[At-Tawbah : 9 : 31]
‘Aadi Ibn Haatim (qui s’était converti à l’Islam après avoir été chrétien) passa près du prophète
 alors qu’il récitait ce verset. Il dit «Ô messager d’Allah ! Nous ne les adorions pas!?1» Le prophète  dit :«N’interdisaient-ils pas ce qu’Allah avait permis et vous le rendiez interdit? Et ne permettaient-ils pas ce qu’Allah avait interdit et vous le rendiez permis?2» Il dit :«oui». Le prophète dit alors : «Voilà comment vous les adoriez»3.

______________

1 Il croyait que l’adoration (al-‘Ibadah) se limitait aux prières, aux invocations, aux prosternations etc.
2 Comme ceux qui ont interdit le mariage des prêtres et la polygamie et qui ont permis le porc et l’homosexualité et l’intérêt bancaire etc.
3 Hadith authentique (Hasan) rapporté par Ahmad et at-Tirmidhi

 


C’est pour cette raison que les élèves des Imams, ont eu plusieurs opinions différentes de celles de leurs Imams sur diverses questions, sans que cela ne représente un manque de respect. Car il n’y a pas quatre Shari’ahs, mais une seule, et les écoles de Fiqh ne sont que des efforts d’applications de la Shari’ah, selon les différentes situations qui se présentent dans la vie de tous les jours, suivant les règles des fondements de la jurisprudence islamique (Ousoul al-Fiqh). Donc, dans chacun de ces madh-habs on trouve des erreurs et aucun des Imams n’a prétendu être infaillible. Le musulman doit suivre la preuve authentique qui lui est présentée, peu importe le madh-hab auquel il appartient, même si cette preuve est contraire à l’opinion de son madh-hab1, car on ne doit mettre l’opinion de personne au-dessus la parole d’Allah et du prophète . C’est pourquoi cet argument (qui est utilisé pour dire qu’il y a plusieurs Islams) est invalide. Les mécréants et les Mounafiqounes veulent également faire croire aux gens ignorants, que tout ce qui se passe dans les pays musulmans est en accord avec les enseignements de l’Islam2.

De plus, ils ne font pas la différence entre l’Islam et les coutumes qui sont pratiquées dans ces pays. Ils ne comprennent pas que parmi ces coutumes, certaines sont permises et d’autres sont interdites (si elles sont contraires à l’Islam), c’est pourquoi ils divisent l’Islam en diverses versions traditionnelles d’après le pays, pour créer de la confusion. Toutefois, le musulman juge toute culture ou tradition selon le Qor’an et la Sounnah, pour filtrer ce qui est mauvais et l’éliminer et ne garder que ce qui est utile et bon.

__________

1 cela ne veut pas dire que chacun peut choisir l’opinion qui lui plaît dans n’importe quel des quatre Madh-habs; comme le font certains modernistes, qui ne font, en réalité, que chercher l’opinion qui est en accord avec leurs passions, sans chercher à savoir si elle est correcte ou non. C’est la voie des modernistes comme Al-Qardawi et ses semblables.
2 Par exemple, les pères qui obligent leur fille à épouser l’homme qu’elle ne veut pas etc.



Néanmoins, ceux qui jugent d’après leurs coutumes plutôt que de juger d’après la loi d’Allah, Allah dit à leur sujet : (Et quand on leur dit : «suivez ce qu’Allah a fait descendre», Ils disent : «Non, mais nous suivrons les coutumes de nos ancêtres.» - Quoi ! Et si leurs ancêtres n’avaient rien compris et s’ils n’avaient pas été dans la bonne direction ?) [Al-Baqarah : 2 : 170]


Dans ce verset, il y a une preuve claire que nous devons suivre la révélation avant les coutumes de nos pays.

 

Le Sheikh al-Islam, Ibn Taimiyyah, a dit :

«Et il n’y a pas de doute que celui qui ne croit pas en l’obligation de juger d’après ce qu’Allah a révélé à son messager, est un mécréant (Kafir). Et celui qui permet qu’on juge entre les gens d’après ce qu’il considère juste, sans faire référence à ce qu’Allah a révélé est un mécréant (Kafir). Car toute nation qui juge, ordonne de juger avec justice. Et il se peut qu’elle considère comme étant juste, dans sa religion, ce que leurs grands hommes considèrent comme tel. Même que plusieurs des gens qui déclarent appartenir à l’Islam jugent d’après leurs coutumes qu’Allah n’a pas révélées, comme les coutumes des bédouins, ainsi que les ordres des chefs parmi eux. C’est selon ces choses qu’ils croient devoir juger en dehors du Qor’an et de la Sounnah, et cela est Koufr. Car beaucoup de gens ont accepté l’Islam, mais malgré cela, ils ne jugent que d’après les coutumes et les traditions qu’ils connaissent et qu’il leur a été ordonné de suivre par leurs chefs. Donc ceux-là, s’ils savent qu’ils n’est permis de juger que d’après ce qu’Allah a révélé et qu’ils ne se soumettent pas à cela, et qu’ils permettent de juger par ce qui est contraire à ce qu’Allah a révélé, ils sont mécréants (Kouffars)et s’ils ne savent pas, ils sont ignorants comme ceux dont nous avons parlé précédemment1». Voir le livre minhaj as'sounnah v.5 p.130

 

Donc, je répète encore une fois que ce qu’Allah nous a ordonné de suivre, c’est ce qu’Il a révélé dans le Qor’an et dans la Sounnah, comme cela fut compris par les Salafs. Tout ce qui est rajouté est faux et tout ce qui est enlevé est un égarement.

 

Source : Extrait tiré de l'ouvrage " L'islam ou l'Intégrisme " de soulaymane al hayiti