Tous les bienfaits viennent d'Allah

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  19 Mai 2015, 23:00

Tous les bienfaits viennent d'Allah

Tous les bienfaits viennent d’Allah.


J’ai réfléchi à cette question, et j’en suis arrivé à la conclusion qu’il faut avoir la certitude que tous les bienfaits viennent d’Allah Seul, qu’il s’agisse des bienfaits issus des actes d’obéissance ou ceux issus des plaisirs assouvis. On doit donc espérer d’Allah qu’Il nous inspire de mentionner ces bienfaits et de Lui en être reconnaissant.
Allah ta’ala dit :

« Tous les bienfaits dont vous jouissez proviennent d’Allah. Puis, quand le malheur vous touche, c’est Lui que vous implorez à haute voix. »
(Sourate An Nahl verset 53)

« Rappelez-vous les bienfaits d’Allah afin que vous réussissiez. »
(Sourate Al A’râf verset 69)

« Soyez reconnaissants pour les bienfaits d’Allah, si c’est Lui que vous adorez. »
(Sourate An Nahl verset 114)

Ces bienfaits venant de Lui seul et découlant uniquement de Sa grâce, il va de soi que les mentionner et Lui être reconnaissant ne peut se faire que par Son aide.
Lorsque le serviteur commet des péchés, c’est qu’Allah l’a délaissé, l’a quitté et l’a abandonné à son sort. Si Allah ne sauve pas Son serviteur de cette situation, ce dernier ne pourra s’en sortir seul. Il éprouvera donc le besoin impérieux de l’invoquer avec humilité et de le prier pour qu’Il éloigne de lui les causes menant aux péchés afin de ne pas y sombrer. Si malgré tout le serviteur par la force des choses et du fait qu’il est avant tout un être humain, commet un péché, il éprouvera le besoin impérieux d’invoquer Allah avec humilité pour qu’il éloigne de lui les conséquences du péché et la punition correspondante. Le serviteur ne peut donc se dissocier du besoin éprouvé à l’égard de ces trois principes fondamentaux, et il ne peut espérer atteindre le succès sans eux.

Ces trois principes sont :
-être reconnaissant envers Allah,
-Lui demander d’être épargné
-et se repentir sincèrement.


J’ai ensuite médité sur ce dernier point, et je suis arrivé à la conclusion que ces trois principes s’articulaient autour de l’espoir et de la crainte. Or ces deux sentiments ne dépendent pas de la
volonté du serviteur mais de celle de Celui qui peut retourner les cœurs et les renverser comme Il veut. S’Il aide Son serviteur, ce dernier s’orientera vers Lui de tout son cœur qui sera rempli de crainte et d’espoir. S’il le délaisse, Il l’abandonnera alors à son sort, ne permettra pas à son coeur de s’orienter vers Lui, et le serviteur n’en formulera même pas la demande. Or, ce qu’Allah veut se produit, et ce qu’Il ne veut pas n’arrivera jamais.

 

Kitâb Al-Fawâ’id
Par l’imam Ibn Al-Qayyim Al-Jawziyyah