Badr, Ouhoud et l'erreur monumentale des archers

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  20 Février 2016, 13:14

Badr, Ouhoud et l'erreur monumentale des archers

Lecture de la page 319 à 338

LES ACTIVITES MILITAIRES ENTRE BADR ET OHOD

 

De la bataille de Badr les associateurs mais aussi les juifs en sortirent très déçus. A Médine, certains d’entre eux, parmi lesquels Abdoullah ibn Oubai, se convertirent à l’islam de façon hypocrite, lorsqu’ils ne virent plus que cette solution pour garder leur puissance.

 

Les bédouins, vivant du pillage, haïssaient également les musulmans, craignaient que ceux-ci ne créent un état fort, leur empêchant de s’adonner à leur activité.

 

L’expédition de Bani Salim à Al Koudr

Le prophète obtint l’information selon laquelle les Banou Salim et les Banou Ghatafan se préparaient à attaquer Médine. Le prophète sortit donc avec 200 cavaliers les poursuivant. Ceux-ci prirent la fuite et l’armée médinoise s’empara des 500 chameaux qu’ils laissèrent derrière eux.

 

Complot pour l’assassinat du prophète 

Safwan ibn Omayya et Omair ibn Whab al Joummhi, deux qoraichites, s’entendirent pour aller tuer le prophète. Omair alla vers le prophète faisant mine de vouloir s’entretenir avec lui au sujet de son fils retenu prisonnier. Le prophète lui raconta alors la scène de sa discussion avec Safwan et montra qu’il savait qu’il était venu le tuer. Ce dernier se convertit immédiatement à l’islam, sachant qu’une telle information ne pouvait venir que d’Allah et son fils fut libéré. Par son intermédiaire, de nombreuses personnes se convertirent.

 

L’expédition Ghazwa de Kaynoukaa

Bien qu’un pacte unissait les musulmans aux juifs, ces derniers le violaient constamment, ourdissant des complots contre les musulmans. Un jour alors qu’un juif s’en prit de manière indécente à une femme musulmane, un musulman le tua et appela les musulmans à son secours, l’affrontement alors fut inévitable. Le prophète marcha donc avec ses soldats sur Bani Kaynoukaa au mois de Chawwal de l’an 2 de l’hégire. Ils les assiègea et ceux-ci se soumirent. Plus tard, à la demande de Abdoullah ibn Oubai ibn Saloul, le prophète les laissa sortir, leur donnant l’ordre de ne plus s’approcher de Médine.

 

L’expédition Ghazwa d’As Sawik

Abou Soufyan sortit avec 200 cavaliers dans le but d’attaquer Mohammed. Cependant, il se contenta de commettre quelques actes de piraterie et de tuer un Ansar et son allié avant de prendre la fuite, abandonnant leur bouillie sucrée ‘as sawik’ que les musulmans ramassèrent. Cette expédition eut lieu deux mois après Badr (thil Hijja an 2).

 

L’expédition Ghazwa de Thi Amr

Elle fut la plus grande expédition militaire dirigée par le prophète avant Ohod et eut lieu au mois de Moharram en l’an 2. Le prophète apprit que Bani Thaalaba et Bani Mouharib prévoyaient d’attaquer les extrémités de Médine. Il sortit avec 450 hommes et à son arrivée sur les lieux, l’ennemi se dispersa. Le prophète y passa tout le mois de Safar de l’an 3 de manière à montrer à l’ennemi sa puissance.

 

Le meurtre de Kaab ibn Al Achraf

Il était l’un des juifs les plus hostiles à l’islam et commença à attiser la haine entre les associateurs et les musulmans en composant des poèmes à la mémoire des associateurs morts à Badr, il alla jusqu’à chanter la beauté des femmes des compagnons de façon indécente. Le prophète donna alors l’ordre de le tuer, ce qui fut fait au mois de Rabi’ al Awwal de l’an 3 de l’hégire.

 

L’expédition Ghazwa de Bahran

Le prophète passa deux mois de l’an 3 dans un minerai du Hijaz en compagnie de 300 combattants. Aucune bataille n’eut cependant lieu.

 

L’expédition Sariyya de Zayd ibn Haritha

Elle eut lieu au mois de Joumoudal-Akhira de l’an 3.

Zayd ibn Haritha partit à la tête de 100 cavaliers à la rencontre d’une caravane de commerce des qoraichites. Ils s’emparèrent de la caravane et les qoraichites fuyèrent. Ils capturèrent le guide de la caravane Fourat ibn Hayyan qui se convertit à l’islam. Suite à cet évènement, les qoraichites n’en furent que plus décidés à attaquer les musulmans sur leur territoire, ce qui amena à la bataille d’Ohod que nous allons voir inchaALLAH.

 

 

Lecture de la page 360 à 381

L’erreur monumentale des archers

Lorsqu’ils virent les musulmans dominer la situation et ramasser le butin derrière les associateurs en fuite, certains archers quittèrent leur position, malgré l’ordre préalablement donné par le prophète qui était de ne pas bouger, afin de ramasser leur part de butin. Leur commandant en chef, Abdoullah ibn Joubair, conserva sa position avec quelques uns de ses compagnons (9). Le flanc de l’armée musulmane se trouva ainsi dégarni.

 

Khalid ibn Al Walid monte un plan visant à l’encerclement de l’armée musulmane

Il prit l’armée musulmane par derrière et ne tarda pas à éliminer Abdoullah ibn Joubair et ses compagnons. Alertés par les cris des musulmans, les associateurs en fuite firent demi tour et reprirent le combat.

 

Attitude héroïque du prophète

Celui-ci fut pris au dépourvu par l’armée mecquoise. Prenant alors un risque important, il appela les musulmans à se regrouper autour de lui. Les associateurs cependant l’approchèrent avant les musulmans.

 

La dispersion des musulmans

au vu de la situation Certains musulmans perdirent la raison et décidèrent de fuir vers Médine ou vers les montagnes environnantes. La confusion régna au point que les musulmans s’entretuèrent ! Ainsi, Houthayfa vit son père Al Yaman se faire tuer par les musulmans. Ensuite, une fausse nouvelle se répandit selon laquelle le prophète avait été tué, ce qui en découragea certains autres, bien que certains tels Anas ibn An Nadir décida de combattre jusqu’au martyr. Puis, voyant de tels gens se sacrifier, les musulmans reprirent de leur vigueur et apprirent que la nouvelle de la mort du prophète était fausse. Un groupe de compagnons constitué de Abou Bakr, Omar et Ali entre autres se chargeait du prophète.

 

Violence des combats autour du prophète et moment le plus critique de sa vie

7 Ansar et 2 muhajirrins protégaient le prophète. Les 6 ansars furent tués, le septième fut rendu incapable de combattre à cause de ses blessures. Les associateurs concentraient leurs efforts pour tuer le prophète. Otba ibn Abi Wakkâs cassa une dent du prophète et le blessa à la lèvre inférieure. Il fut également blessé au front par Abdullah ibn Chihab az Zouhri qui lui asséna aussi un violent coup à l’épaule. Le prophète demanda à Allah de pardonner à son peuple car il ne sait pas. Les deux qoraichites restant à défendre le messager furent Saad ibn Abi Wakkâs et Talha ibn Obaydillah, qui firent tous deux preuve d’un courage hors du commun qui parvint à éloigner le commando de qoraichites. Allah fit ensuite descendre Son secours, et certains rapportent avoir vu deux hommes vêtus de blanc, qui n’étaient autres que Jibril et Mikail. Puis les compagnons se rallièrent autour du messager d’Allah . On compte parmi eux Abou Doujana, l’homme au bandeau rouge, Mosaab ibn Omair, Ali ibn Abi Talib, Omar, Qatada… Les associateurs redoublèrent d’efforts pour les attaquer mais leurs tentatives étaient vaines. 

 

Exploits et nouvelle de la mort du prophète

Au cours de la bataille certains compagnons réalisèrent de véritables exploits, tels Abou Talha et Abou Doujana s’offrant comme bouclier pour le prophète.

Qatada, AbdourrRahman ibn Awf et Malik ibn Sinan montrèrent des preuves de bravoure et d’amour du prophète.

Mosaab ibn Omair fut le porte drapeau jusqu’au moment où il fut tué, et le drapeau revint à Ali.

L’associateur ayant tué Mosaab pensait avoir tué Mohammed et répandit alors la nouvelle de sa mort aussi bien parmi les associateurs que les musulmans, ce qui réduisit les attaques des associateurs et découragea les musulmans. Le messager d’Allah continue la lutte et sauve la situation Il rejoignit son armée encerclée et rallia autour de lui 300 compagnons. Il organisa ensuite un retrait. Certains musulmans furent pris de somnolence comme une sécurité venant d’Allah.

Le prophète fraya enfin un passage pour le reste de son armée vers le point de sécurité. Il tua Obay ibn Khalaf, celui-ci se sachant tué sans pourtant n’avoir aucune blessure, le prophète lui ayant dit à La Mecque qu’il le tuerait.

 

Dernière attaque des associateurs

Après que le prophète eut rejoint son poste de commandement, les associateurs tentèrent d’escalader la montagne et sur les ordres du prophète , Omar combattit avec un groupe de mouhajirin et Saad parvint à tous les repousser avec une seule flèche. Les associateurs s’occupèrent ensuite à mutiler les corps des martyrs musulmans qu’ils trouvaient. Abou Soufyan donna rendez vous à l’armée musulmane l’année d’après à Badr, ce qui fut accepté. Voyant que les associateurs enfourchaient leurs chameaux pour retourner à la Mecque, les musulmans purent alors inspecter les blessés et les tués. Certaines femmes, comme Aicha, arrivèrent et s’occupèrent de désaltérer les blessés. Al Ousayrim, à qui on avait déjà proposé l’islam en vain, avoua qu’il était à Badr pami les musulmans, mû par sa foi en Allah. Le prophète annonça le paradis pour lui, bien qu’il n’eut jamais accompli aucune prière. Au contraire, Kazman, qui combattit aux côtés des musulmans, fut promis à l’enfer, n’ayant combattu qu’au nom de sa tribu.

 

Lecture de la page 381 à 394

Regroupement et inhumation des martyrs

Le prophète ordonna à ceux qui avaient transporté des martyrs à Médine de les ramener sur le champ de bataille afin de les enterrer sur les lieux, tels quels, sans lavage mortuaire, avec leurs vêtements. Hamza fut enterré dans la même tombe que Abdillah ibn Jahsh, son neveu et frère de lait. Selon un rapport fait par l’imam Ahmed, le prophète loua grandement Allah en voyant le recul des associateurs. De nombreuses femmes à qui l’on annonça la mort de leur mari, frères, père ou autre, firent preuve d’une grande patience et témoignèrent un amour profond pour le messager d’Allah, s’enquérant de ses nouvelles, et prétendant que puisqu’il allait bien, leur affliction était moindre. Le prophète rentra à Médine le 7 Chawwal de l’an 3 de l’hégire. Concernant le bilan de la bataille on compte 70 musulmans tués ( 65 ansar, 1 juif et 5 Muhajirin) et 22 ou 37 associateurs tués. Etat d’urgence à Médine Les musulmans passèrent leur nuit en alerte, surveillant le prophète et scrutant les montagnes voisines. 

 

L’expédition ghazwa des Hamra al Asad

Le prophète, craignant un retour des associateurs à l’attaque de Médine, décida de se lancer à la poursuite de l’armée de la Mecque. Il emmena avec lui tous les participants de la bataille d’Ohod, et permission fut donnée à Jabir ibn Abdillah de les accompagner. Ils campèrent à Hamra al Asad, à 15 km de Médine. Les associateurs entreprirent de repartir sur Médine mais se découragèrent. Abou Soufyan mena une guerre psychologique dans le but de décourager les musulmans, et sa tentative fut couronnée de succès, le prophète séjourna 3 jours à Hamra avant de retourner à Médine.Il condamna à mort Abou Azza al Joumahi, un poète qu’il avait grâcié à Badr à condition qu’il ne dénigre plus l’islam et qui n’avait pas tenu sa promesse. Il condamna aussi Mouaawiya ibn al Moughira ibn Abil As, un des espions de la Mecque.

 

Conclusion

On peut dire que la bataille de Ohod fut une guerre sans réel vainqueur, puisque les associateurs, certes de force supérieure, finirent la guerre en se sauvant de l’ennemi. 60 versets de la sourate Al Imran traitent de la guerre d’Ohod, et expliquent les raisons des pertes affligées aux musulmans, dues à la désobéissance de ceux-ci envers le prophète  .

les buts de cette bataille étaient entre autres de faire connaître aux musulmans les conséquences néfastes de la désobéissance au prophète , de réduire la fierté des musulmans, d’accroître leur capacité à supporter les épreuves…