Expéditions, petit Badr et les coalisés

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  20 Février 2016, 19:47

Expéditions, petit Badr et les coalisés

Lecture de la page 395 à 410

Les expéditions Sariyya entre Ohod et al Ahzâb

La bataille d’Ohod eut de mauvaises répercussions sur le moral et le prestige des musulmans. Après celle-ci, les ennemis de l’islam d’entre les juifs, les bédouins et les hypocrites ne tardèrent pas à se manifester. Ainsi, moins de 2 mois après Ohod, Banou Asad entreprirent l’attaque de Médine. Les tribus Adl et Kâra tuèrent 10 compagnons lors d’un guet apens, les Banou Amir en tuèrent 70. Banou an Nadir dressèrent un piège destiné à éliminer le prophète. La poursuite de l’armée de la Mecque par le prophète jusqu’à Hamra al Asad redonna un peu de prestige aux musulmans.

 

L’expédition Sariya d’Abi Salama

Banou Khouzayma entreprirent d’attaquer les musulmans, le prophète apprit que Talha et Salama, fils de Kouzayma appelaient Bani Asad à se battre contre les musulmans. 150 combattants sous le commandement d’Abi Salama furent dépéchés pour les musulmans, à la rencontre de ceux-ci, qui rebroussèrent chemin. Les musulmans en ramenèrent un troupeau de chameaux et de moutons. Ceci eut lieu au mois de Mouharram de l’an 4. 

 

La mission de Abdillah ibn Anis

Le prophèt envoya ce dernier supprimer Khalid ibn Soufyan al Houthali, qui mobilisait des troupes dans le dessein d’attaquer les musulmans. Sa tête fut apportée au prophète à la fin du mois de muharram. La mission d’ar Rajia Au mois de Safar, des gens de Adl et de Kara, se prétendant musulmans, demandèrent au prophète de leur envoyer des compagnons pour leur apprendre l’islam. Ceci était en fait un guet apens et les compagnons furent tués.

 

La tragédie de Bir Maaouna

Abou Bara Amir ib Malik se présenta au prophète, qui ne parvint pas à obtenir sa conversion, et lui demanda d’envoyer avec lui des compagnons pour présenter l’islam aux gens de Najd. 70 compagnons parmi les meilleurs furent dépêchés. Tous périrent. C’est durant cette tragédie que Amr ibn Omayya tua deux hommes de Bani Kilab, alliés du prophète et qu’il pense en être des ennemis.

 

La Ghazwa de Bani an Nadir

Le prophète se rendit auprès d’eux, en vertu du pacte qui les liait, leur demandant d’aider à payer la rançon que devait Amr ibn Omayya pour le meurtre commis. Ils le firent patienter, le temps de chercher la somme, prétendirent-ils. Pendant ce temps ils complotèrent dans le but d’éliminer le prophète, Celui-ci se sauva, mis au courant de leurs intentions par Allah par l’intermédiaire de l’ange Jibril. Il envoya ensuite un émissaire aux BanI An Nadir leur demandant expressément de quitter Médine, ce que ceux-ci refusèrent, forts du soutien de Abdoullah ibn Oubay. Le prophète décida alors de les combattre, en marchant jusqu’à leurs terres et en les assiègeant, Ali Ibn Abi Talib comme porte drapeau. Le siège dura 6 nuits, Bani An Nadir furent contraints d’accepter l’exode, abandonnés qu’ils furent des autres tribus (Banou Kouraidha, Abdoullah ibn Oubay…). Ils quittèrent Médine avec 700 chameaux, emportant tout ce qu’ils pouvaient, à l’exception des armes, que le prophète leur avait interdit d’emmener, et détruisant leurs maisons. Ceci eut lieu au mois de Rabi al Awwal de l’an 4, Allah révéla à cette occasion la sourate l’Exode. Il existe une autre version des faits par Abou Dawoud et d’autres.

 

La deuxième expédition Ghazwa de Badr (deuxième, dernier ou petit Badr)

Au mois de Chaaban de l’an 4, le prophète et ses compagnons (1500 hommes) se rendirent à Badr, au rendez-vous fixé à Ohod avec les Qoraichites. Abou Soufyan était à la tête d’une armée de 2000 hommes mais en cours de chemin, il perdit confiance et lui et son armée battirent en retraite. Les musulmans passèrent 8 jours à Badr avant de rentrer à Médine, maîtres de la situation.

 

L’expédition Ghazwa de Doumatil-Jandal

6 mois plus tard, le prophète apprit que les tribus basées à proximité de Doumatil-Jandal se livraient au brigandage et pensaient s’attaquer à Médine. 1000 hommes sortirent avec le prophète au point de surprendre l’ennemi, qui s’enfuit aussitôt.

 

Lecture de la page 411 à 425

L’expédition Ghazwa contre al Ahzâb (les coalisés)

Alors que la sécurité régnait à nouveau dans la région, les juifs montèrent un complot destiné à « exterminer » pour de bon les musulmans. Bani an Nadir prirent en effet contact avec les Qoraichites de la Mecque afin de s’allier à eux pour attaquer Médine. Ils firent de même avec d’autres tribus si bien qu’ils réunirent 10 000 combattants au total comprenant Qoraich, Kinana, leurs alliés parmi Touhama, Bani az Zahran, Bani Ghatafan et Banou Asad.

Cette gigantesque armée encercla Médine. Le prophète réunit donc un conseil consultatif pour prendre une décision militaire. Soulayman al Farisi proposa le creusage d’un fossé autour de Médine, et ainsi, les musulmans, pourtant tenaillés par la faim, s’activèrent à creuser ladite tranchée. C’est alors que l’un des miracles de la prophétie eut lieu, alors que Jabir ibn Abdillah égorgea un animal et que sa femme moulut un sa’a de grains, afin de nourrir le prophète et un petit groupe de compagnons. Le prophète amena avec lui 1000 personnes qui mangèrent à leur faim, alors que la viande et les grains ne diminuaient pas. Le même épisode se produisit avec des dattes offertes au prophète. Lors du creusage, le prophète effrita également sans difficulté un roc qui jusque là résistait à tous les pics. Le prophète se retrancha donc avec 3000 musulmans au mont Salaa, les femmes et les enfants quant à eux restèrent dans les blockhaus de Médine. Les associateurs, confus à la découverte de la tranchée, décidèrent d’assièger les musulmans, qui dès lors les assaillaient de flèches. Certains des meilleurs cavaliers qoraichites dont Ikrima ibn Abi Jahl, Amr ibn Abd Wadd et Dirar ibn al Khattab parvinrent à se frayer un passage dans la tranchée et Amr, le plus courageux, demanda un duel. On lui envoya alors Ali ibn Abi Talib, qui le tua, ce qui provoqua la fuite des autres cavaliers qoraichites. C’est à ce moment que le prophète et les musulmans, occupés à se défendre, manquèrent certaines prières.

Cette lutte continua dura des jours, sans pourtant de véritable corps à corps, 6 musulmans et 10 associateurs périrent suite aux tirs à l’arc. Pendant cela, le chef de Bani an Nadir se rendit chez le chef de Bani Qoraidhah, lui demandant son aide dans la lutte contre Mohamed. Celui-ci refusa d’abord en vertu du pacte qui le liait à Mohammed, puis accepta, rompant ainsi le pacte. Dès lors les juifs de Banou Qoraidhah se livrèrent à la guerre. Safiyya, tante paternelle du prophète se livra alors à un acte de courage hors du commun, en allant tuer un juif qui faisait la ronde devant leur blockhaus, de crainte qu’il ne découvre qu’aucun soldat musulman ne gardait celui-ci, et que les femmes et enfants étaient ainsi à leur merci. Les musulmans derrière la tranchée paniquèrent, lorsqu’ils apprirent le revirement des Banou Qoraidhah du côté des associateurs et réalisèrent que leurs femmes et enfants étaient sans défense. Allah y fait allusion sourate 33 versets 10 et 11 :

ونَ إِذْ جَاؤُوكُم مِّن فَوْقِكُمْ وَمِنْ أَسْفَلَ مِنكُمْ وَإِذْ زَاغَتْ الْأَبْصَارُ وَبَلَغَتِ الْقُلُوبُ الْحَنَاجِرَ وَتَظُنُّبِاللَّهِ الظُّنُونَا 33.10. Quand ils vous vinrent d'en haut et d'en bas [de toutes parts], et que les regards étaient troublés, et les cœurs remontaient aux gorges, et vous faisiez sur Allah toutes sortes de suppositions... نُونَ وَزُلْزِلُوا زِلْزَالاً شَدِيداًهُنَالِكَ ابْتُلِيَ الْمُؤْمِ

33.11. Les croyants furent alors éprouvés et secoués d'une dure secousse.

وَإِذْ يَقُولُ الْمُنَافِقُونَ وَالَّذِينَ فِي قُلُوبِهِم مَّرَضٌ مَّا وَعَدَنَا اللَّهُ وَرَسُولُهُ إِلَّا غُرُوراً

33.12. Et quand les hypocrites et ceux qui ont la maladie [le doute] au cœur disaient : “Allah et Son messager ne nous ont promis que tromperie”. ولُونَ يَّ يَقُوَإِذْ قَالَت طَّائِفَةٌ مِّنْهُمْ يَا أَهْلَ يَثْرِبَ لَا مُقَامَ لَكُمْ فَارْجِعُوا وَيَسْتَأْذِنُ فَرِيقٌ مِّنْهُمُ النَّبِإِنَّ بُيُوتَنَا عَوْرَةٌ وَمَا هِيَ بِعَوْرَةٍ إِن يُرِيدُونَ إِلَّا فِرَاراً 

33.13. De même, un groupe d'entre eux dit : “Gens de Yatrib ! Ne demeurez pas ici. Retournez [chez vous]”. Un groupe d'entre eux demande au Prophète la permission de partir en disant : “Nos demeures sont sans protection”, alors qu'elle ne l'étaient pas : ils ne voulaient que s'enfuir.

Le prophète songea un moment à faire un compromis avec les Ghatafan, demandant leur retrait en échange du tiers des récoltes de Médine, mais abandonna l’idée. C’est alors que Naim ibn Massaoud ibn Amir al Achja-i , de Banou Ghatafan, se rendit auprès du prophète, lui annonçant sa conversion gardée secrète. Etant considéré par eux comme un allié, il parvint à monter un stratagème auprès de Bani Qoraidhah et des Qoraichites, les amenant tous deux à se retirer. Puis Allah envoya un vent très violent aux associateurs ainsi que des anges, ce qui conduisit à l’abandon des associateurs. Cette ‘bataille’ eut lieu aux mois de Chawwal et Dhil Qaada de l’an 5 de l’hégire. La bataille des coalisés avait été une guerre sans véritable affrontement, une guerre psychologique, qui renforça considérablement la puissance de Médine.

 

Lecture de la page 426 à 433

L’expédition Ghazwa contre Bani Qoraidhah

Le jour où les musulmans rentrèrent à Médine de la bataille des coalisés, Jibril apparut au prophète, l’incitant à aller attaquer Bani Qoraidhah et lui annonçant qu’il l’assisterait en jetant l’effroi dans leurs cœurs. Le prophète appela alors les musulmans à prier le ‘asr chez Bani Qoraidhah. Le drapeau confié à Ali, les musulmans sortirent donc, et n’ayant pas atteint leur objectif lorsque l’heure du asr fut arrivé, certains d’entre eux prirent la décision de retarder la prière (jusqu’à après le icha) et d’autres prièrent en cours de route, comprenant différemment la parole du prophète.

Néanmoins, aucun n’était à blâmer. 3000 musulmans équipés de 30 chevaux se rendirent donc chez Bani Qoraidhah, dont le chef Kaab ibn Asad leur fit trois propositions :

- bani qoraidhah embrassent l’islam et donc se voient garantir la sécurité

- ils tuent leurs propres enfants et femmes pour combattre ensuite le prophète et les musulmans

- ils attaquent le prophète et ses compagnons qu’ils assiègent le jour du sabt

les musulmans ne se prononcèrent sur aucune proposition. Bani Qoraidhah demandèrent alors que leur fut envoyé Abou Loubaba, un de leurs alliés musulmans qui leur conseilla de se soumettre au prophète  faute de quoi ils seraient égorgés, trahissant par là le prophète en dévoilant ses plans. Il n’osa plus ensuite retourner au prophète et s’attacha au cyprès de la mosquée jurant ne pas en partir à moins que le prophète  ne l’en détache, ce qu’il fit après avoir reçu une révélation montrant que le repentir de celui-ci avait été accepté par Allah. les Banou Qoraidhah décidèrent alors de se soumettre et le prophète leur accorda la faveur de les faire juger par Saad ibn Mouath, un des leurs. Celui-ci demanda la peine de mort pour les hommes et la capture des femmes et des enfants ainsi que le partage des biens, ce que le prophète approuva. Des fossés furent creusés au marché de Médine, et 600 ou 700 juifs y furent emmenés groupes par groupes pour être décapités. Houyay ibn Akhtab, père de Safiya fut au nombre des exécutés. Une femme fut également exécutée pour le meurtre du musulman Khallad ibn Souwayd en lui jetant une meule. Le prophète décida d’épargner ceux qui n’avaient pas procréé, dont Atiyya al Kouradhi qui se convertit plus tard à l’islam. D’entre les femmes, le prophète choisit Rayhana Bint Amr ibn Khounaka et l’épousa. La prière de Saad ibn Mouath lors de la bataille des coalisés, qui avait demandé à Allah de ne point le faire mourir avant de voir les Bani Qouraidhah fut ainsi réalisée, et suite à l’exécution des juifs, ses blessures se rouvrirent et il mourut. Selon des hadiths authentiques, le Trône d’Allah se balança à sa mort. Cette expédition eut lieu au mois de Thil Kaada de l’an 5 et le siège dura 25 nuits.

 

Lecture de la page 434 à 442

Les activités militaires après l’expédition Ghazwa contre Bani Qouraidhah

Le meurtre de Salâm ibn Abil-Houkaik

Celui-ci, surnommé Abou Rafia, était l’un des plus grands criminels juifs et il maltraitait le prophète. Les khazrajites demandèrent donc la permission de le tuer, puisque les Awsites s’étaient chargés du meurtre de Kaab ibn Al Achraf. Permission leur fut accordée et un commando dirigé par Abdoullah ibn Atik exécuta Abou Rafia dans son château, selon Al Boukhari. Selon Ibn Ishaq, les 5 khazrajites abordèrent ensemble Abou Rafia et le coup d’épée fatal aurait été donné par Abdillah ibn Anis. Ceci eut lieu au mois de Thil Qaada ou Thil Hijja de l’an 5.

 

La Sariyya de Mohammed ibn Maslama

- 30 cavaliers quittèrent Médine au mois de Moharram de l’an 6 pour aller attaquer Bani Bakr ibn Kilab. 

Ceux-ci prirent la fuite et les musulmans rentrèrent à Médine avec du butin et avec Thoumama ibn Athal al Hanafi, chef de Bani Hanif, qui prévoyait d’assassiner le prophète sur ordre de Musaylima. Il fut attaché à un arbre de la mosquée jusqu’à ce que le prophète décide de le libérer, il se convertit alors à l’islam. Plus tard, il imposa un boycott aux mecquois en bloquant le transport de froment.

 

L’expédition Ghazwa contre Bani Lihyan Bani Lihyan étaient ceux qui avaient trahi et provoqué la mort de 10 compagnons à Ar Rajia. Dans le but de venger ceux-ci le prophète sortit avec ses compagnons au mois de Rabi’ al Awwal ou Joumouda al Oula de l’an 6, mais ne put capturer personne, les Bani Lihyan s’étant réfugiés au sommet des montagnes.

 

Continuation de l’envoi des missions et des Sariyya :

 

Sariyya de Okacha ibn Mouhassin à Al Ghamr

- mois de Rabi’ al Awwal ou Rabi’ al Akhir de l’an 6

- but : atteindre Bani Asad

- fin : fuite des ennemis, les musulmans s’emparèrent de 200 chameaux.

 

Sariyya de Mohammad ibn Maslama à Thil Koussa

- mois de Rabi’ al Awwal ou Rabi’ al Akhir de l’an 6

- but : se rendre à la résidence de Bani Thaalaba

- fin : Bani Thaalaba massacrèrent les musulmans pendant leur sommeil, seul Ibn Maslama, blessé, parvint à s’échapper.

 

Sariyya d’Abi Obayda ibn al Jarrah à Thil Kassa

- Mois de Rabi al Awwal de l’an 6

- But : venger le meurtre des compagnons de Ibn Maslama

- Effectif : 40 hommes Fin : fuite des ennemis, un seul homme fut capturé, obtention d’un butin Sariyya de Zayd ibn Haritha à al Jamoum Mois de Rabi’a al Akhir de l’an 6

- But : attaquer Bani Salim Fin : capture d’une femme nommée Halima qui dévoila la cachette des Bani Salim. Capture de prisonniers et de butin. Le prophète affranchit et épousa Halima.

 

Sariyya de Zayd ibn Haritha à al Isa

- Mois de Joumada al Oula de l’an 6.

- Effectif : 170 cavaliers

- Fin : les musulmans s’emparèrent de la caravane de Qoraich conduite par Aboul As, gendre du prophète, qui sollicita l’intervention de Zaynab auprès du prophète qui ordonna alors de rendre les biens et qui rendit Zaynab à son mari (le verset interdisant les femmes croyantes aux mécréants n’étant pas encore révélé).

 

Sariyya de Zayd à At Tarf (ou Tark)

- Mois de Joumada al Akhira de l’an 6

- Effectif : Zayd avec 5 hommes But : se rendre chez Bani Thaalaba

- Fin : l’ennemi prit la fuite, les musulmans prirent possession de 20 chameaux.

 

Sariyya de Zayd à Wadi al Koura

- Mois de Rajab de l’an 6

- Effectif : Zayd et 12 hommes

- Fin : les habitants de Wadi al Koura tuèrent 9 musulmans, les 3 autres, dont Zayd, prirent la fuite.

 

Sariyya d’al Khabt

- Eut lieu avant Houdaybiyya

- Effectif : 300 cavaliers commandés par Abi Obayda ibn al Jarrah

- But : observer une caravane des Qoraich La faim tenaillait les musulmans au point qu’ils durent se nourrir de fruits gaulés nommés Khabt, d’où le nom de l’expédition. La mer rejeta un cachalot dont ils purent se nourrir 15 jours.

 

Lecture de la page 443 à 454

L’expédition Ghazwa contre Banil Moustalak (ou Ghazwa alMouraysia)

Elle eut lieu au mois de Cha’ban de l’an 5 ou 6, alors que le prophète apprit que le chef de Bani Moustalak, nommé Al Harith ibn Abi Dirar prévoyait de s’attaquer à lui. Il mobilisa alors lui aussi ses compagnons, dont certains hypocrites. Il eut des échanges de tirs de flèches et les musulmans en sortirent victorieux, emmenant avec eux du butin et des prisonniers femmes et enfants.

Jowahiryya, la fille de Al Harith, était du nombre des prisonnières, le prophète paya la rançon nécessaire à sa libération et l’épousa.

 

Rôle des hypocrites avant la Ghazwa de Bani Moustalak

Abdoullah ibn Oubayd et ses compères ne cessaient de comploter contre l’islam et se mirent à forger des mensonges sur la personnalité du prophète . C’est alors que celui-ci épousa Zaynab Bint Jahch, après son divorce d’avec son fils adoptif Zayd ibn Haritha, ce qui était vu par les Arabes d’alors comme un inceste. Les commentaires allèrent bon train, d’autant que Zaynab était la 5e femme du prophète. Les musulmans dans leur majorité acceptèrent les remarques avec patience. Rôle des hypocrites dans l’expédition Ghazwa contre les Bani Moustalak Abdoullah ibn Oubay affirma que s’ils retournaient à Médine, les plus puissants en expulseraient les plus faibles, propos qu’il réfuta mais qu’Allah ne tarda pas à dénoncer :

يَقُولُونَ لَئِن رَّجَعْنَا إِلَى الْمَدِينَةِ لَيُخْرِجَنَّ الْأَعَزُّ مِنْهَا الْأَذَلَّ وَلِلَّهِ الْعِزَّةُ وَلِرَسُولِهِ وَلِلْمُؤْمِنِينَ وَلَكِنَّ الْمُنَافِقِينَ لَا يَعْلَمُونَ 63.8. Ils disent : “Si nous retournons à Médine, le plus puissant en fera assurément sortir le plus humble ”. Or c'est à Allah qu'est la puissance ainsi qu'à Son messager et aux croyants. Mais les hypocrites ne le savent pas. Abdoullah ibn Abdillah ibn Oubayd, son propre fils, proposa même au prophète de le tuer.

 

Le propos mensonger

C’est au cours de cette expédition qu’eut lieu « al ifk » le mensonge qui toucha Aicha, la femme du prophète. Celle-ci ayant perdu un collier, elle s’était éloignée de l’armée et fut prise d’un sommeil profond, jusqu’à ce que Safwan ibn al Mouaattal, qui avait été évincé de l’armée pour sa paresse, la découvrit et la ramena, sans mot dire, à l’armée. Abdoullah ibn Oubay fonda donc un mensonge à leur égard. Le prophète resta soucieux un moment, lorsqu’Allah révéla un verset dans lequel il clamait l’innocence de Aicha.

24.11. إِنَّ الَّذِينَ جَاؤُوا بِالْإِفْكِ عُصْبَةٌ مِّنكُمْ لَا تَحْسَبُوهُ شَرّاً لَّكُم بَلْ هُوَ خَيْرٌ لَّكُمْ لِكُلِّ امْرِئٍ مِّنْهُم مَّا اكْتَسَبَ مِنَ الْإِثْمِ وَالَّذِي تَوَلَّى كِبْرَهُ مِنْهُمْ لَهُ عَذَابٌ عَظِيمٌ . Ceux qui sont venus avec la calomnies sont un groupe d'entre vous. Ne pensez pas que c'est un mal pour vous, mais plutôt, c'est un bien pour vous. A chacun d'eux ce qu'il s'est acquis comme pêché.

 

Les trois fomentateurs du mensonge furent condamnés à 80 coups tandis que Abdoullah ibn Oubayd n’eut aucune punition, peut-être en vertu d’un compromis dont il jouissait.

 

Lecture de la page 455 à 458

Les missions et expéditions Saraya après la Ghazwa d’al Mouraysia

 

Sariyya de Abdir Rahman ibn Awf à Doumatil Jandal

- résidence des Bani Kalb

- Mois de Chaaban de l’an 6

- La tribu embrassa l’islam Conformément à l’ordre du prophète, Abdour Rahman épousa la fille de leur chef.

 

Sariyya de Ali à Fadk chez Bani Saad ibn Bakr

- Mois de chaaban de l’an 6

- Un groupe des Fadk projetait de traiter avec les juifs

- Ali attaqua Bani Saad avec 200 hommes, l’ennemi s’enfuit et les musulmans s’emparèrent de 500 chameaux et 2000 moutons.

 

Sariyya d’Abou Bakr ou de Zayd en direction de Wadi al Koura

- Mois de ramadhan de l’an 6

- La tribu des Fizara voulait assassiner le prophète

-  Abou Bakr tua un certain nombre d’ennemis.

 

Sariyya de Karz ibn Jabir al Fihri en direction d’al Arniyin

- Mois de chawwal de l’an 6

- Des gens de Akl et Orayna s’était convertis à l’islam pour la forme et disaient ne pas vouloir vivre à Médine.

- Le prophète les envoya alors aux pâturages avec des chameaux, or ils tuèrent le berger du prophète , prirent les chameaux et redevinrent mécréants. Le prophète envoya donc vers eux Karz avec 20 compagnons. Aveuglé par Allah, l’ennemi fut capturé, pieds et mains coupés avant de mourir.

 

Il existerait également une sariyya de Amr ibn Omayya ad Damori et Salama ibn Abi Salama au mois de chawwal de l’an 6, destinée à tuer Abou Soufyan, qui avait envoyé des bédouins tuer Mohammed. Mais les émissaires ne parvinrent pas à leur but.

 

Conclusion

les ennemis de l’islam perdaient peu à peu leur force et leur moral.