La oumra d’Al Houdaybiyya

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  20 Février 2016, 21:04

La oumra d’Al Houdaybiyya

Lecture de la page 459 à 476

La oumra d’Al Houdaybiyya au mois de Dhil Qa’da de l’an 6 de l’hégire

Le prophète décida de faire cette omra suite à un rêve qu’il fit dans lequel il accédait à la Kaaba avec ses compagnons. Le prophète et ses compagnons partirent donc un lundi, premier jour de dhil Qa’da avec Oumm Salama et 1400 hommes. Le prophète prépara donc ses sacrifices et se mit en état de sacralisation, afin de faire savoir aux Qoraichites qu’il ne venait pas pour combattre. Un espion l’informa néanmoins que les qoraichites s’étaient mobilisés pour l’empêcher d’atteindre la Kaaba, sur ce il décida de combattre, sur les conseils d’Abou Bakr, quiconque leur obstruerait le chemin de la Kaaba. Khalid ibn Walid avait en effet mobilisé 200 cavaliers et décida d’attaquer les musulmans en prière, ce qu’il ne fut pas possible de faire, Allah ayant révélé les lois concernant la prière en cas de peur. Le prophète changea de trajectoire et se retrouva à l’autre bout d’al Houdaybiyya. Suite à la venue de plusieurs intermédiaires qui rapportèrent les propos du prophète, qui était déterminé à atteindre la Kaaba quoi qu’il arrive, les qoraichites tendirent à accepter une réconciliation. De jeunes qoraichites tentèrent de s’infiltrer dans le camp des musulmans afin de raviver la guerre, mais ils furent capturés par Mohammed ibn Maslama et libérés ensuite par le prophète. Afin d’expliquer clairement l’objectif de sa venue à la Mecque, le prophète envoya Othman ibn Affan. Les qoraichites l’écoutèrent, lui permirent de faire le tour de la Kaaba, ce qu’il déclina, se refusant à l’effectuer avant le prophète. Des rumeurs virent le jour parmi les musulmans selon lesquelles Othman aurait été tué. Le prophète demanda alors aux musulmans de prêter serment de fidélité, et de ne jamais prendre la fuite, ce qu’ils acceptèrent, sauf un hypocrite. Ce serment fut reçu sous un arbre et le Coran y fait allusion :

48.18.  كِينَةَ لَقَدْ رَضِيَ اللَّهُ عَنِ الْمُؤْمِنِينَ إِذْ يُبَايِعُونَكَ تَحْتَ الشَّجَرَةِ فَعَلِمَ مَا فِي قُلُوبِهِمْ فَأَنزَلَ السَّعَلَيْهِمْ وَأَثَابَهُمْ فَتْحاً قَرِيباً .Allah a très certainement agréé les croyants quand ils t'ont prêté le serment d'allégeance sous l'arbre . Il a su ce qu'il y avait dans leurs cœurs, et a fait descendre sur eux la quiétude, et Il les a récompensés par une victoire proche

 

Le pacte de réconciliation

Les qoraichites envoyèrent donc Souhayl ibn Amr conclure le pacte dont voici les clauses :

- Le messager d’Allah devra renoncer au pèlerinage pour cette année, de façon à ce que les arabes ne puissent jamais dire qu’il est entré à la Mecque malgré les qoraichites.

- L’année prochaine toutefois les musulmans pourront accomplir le pèlerinage en paix. Un armistice de 10 ans devra être observé Celui qui veut se ranger du côté des musulmans en est libre et ainsi celui qui veut se ranger du côté des associateurs

- Celui qui passe du côté de Mohammed en tant que fugitif (sans autorisation de ses parents) devra être rendu.

L’extradition d’Abi Jandal Abou Jandal était un musulman retenu et supplicié par les qoraichites. Souhayl exigea son retour parmi les associateurs, ce que Mohammed accepta, par respect pour le pacte, conseillant à Abou Jandal de patienter.

 

Problème des femmes émigrées

Les qoraichites réclamèrent leurs femmes converties à l’islam et émigrées à La Mecque, toutefois le prophète refusa de les rendre, prétextant que la clause du contrat traitait des hommes uniquement. Allah par la suite révéla ce verset :

 60.10.فَإِنْ يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا إِذَا جَاءكُمُ الْمُؤْمِنَاتُ مُهَاجِرَاتٍ فَامْتَحِنُوهُنَّ اللَّهُ أَعْلَمُ بِإِيمَانِهِنَّ عَلِمْتُمُوهُنَّ مُؤْمِنَاتٍ فَلَا تَرْجِعُوهُنَّ إِلَى الْكُفَّارِ. ô vous qui avez cru ! Quand les croyantes viennent à vous en émigrées, éprouvez-les; Allah connaît mieux leur foi; si vous constatez qu'elles sont croyantes, ne les renvoyez pas aux mécréants. suite à quoi les musulmans divorcèrent de leurs femmes mécréantes.

 

Le pacte de al Houdaybiyya était donc une réelle victoire pour les musulmans et une reconnaissance des qoraichites de leur incapacité à résister. 

 

Tristesse des musulmans et discussion de Omar avec le prophète

Néanmoins, les musulmans restaient déçus à l’idée de devoir rebrousser chemin sans avoir atteint l’objectif initial de faire le pèlerinage cette année. De plus, ils ne comprenaient pas pourquoi le prophète devait accepter cette pression des qoraichites. Omar ibn al Khattab en vint à discuter avec le prophète à ce sujet, acte qu’il regretta par la suite.

 

Dénouement de la crise des faibles

Abou Bachir, un musulman torturé à la Mecque parvint à fuir les associateurs. Les qoraichites envoyèrent donc des émissaires au prophète lui rappelant les clauses du pacte, et celui-ci leur rendit le fugitif. Abou Bachir néanmoins parvint à fuir de nouveau en tuant l’un des émissaires. Le prophète accusa alors Abou Bachir d’être capable de raviver la guerre. Alors, Abou Bachir s’éloigna et atteignit le bord de mer, où il fut rejoint par l’autre fugitif Abou Jandal, et ainsi tous les évadés se réunirent là-bas, interceptant les caravanes des qoraichites se rendant en Syrie. Les Qoraichites annoncèrent donc au prophète qu’ils ne réclameraient plus quiconque le rejoignait, sur ce, Mohammed appela les fugitifs à rejoindre Médine. Conversion à l’islam de certains héros qoraichites Au début de l’an 7 se convertirent à l’islam Amr ibn al As, Khalid ibn Al Walid et Othman ibn Talha.