Cours n°5 : Les ablutions : description, conditions et Les choses préférables

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  19 Novembre 2011, 14:03  -  #SCIENCES ISLAMIQUES


ablution-condition-sounna-descrition.png

 
Donc nous sommes dans le chapitre de la purification pour la prière.

L’auteur cite un hadîth le hadîth d’Ibn 3Omar, que Dieu soit satisfait de lui, qui dit : « J’ai entendu le Prophète (salât alayhi wa salam) dire : « Aucune prière n’est acceptée sans purification».


La purification est de deux sortes :

1- La purification avec l’eau
2- la purification par la terre.



Les savants ont expliqué « As.Sa3id » : c’est la terre et tout ce qu’il y a à sa surface et qui fait parti de la terre. Tout ce qui est comme terre, rocher, pierre, ce qui appartient à la terre mais qui est à sa surface est aussi appelé As.Sa3id.
On a le droit d’utiliser ces choses (la terre et ce qu’il y a à sa surface) pour faire le Tayammum.

La première chose que le sheykh va expliquer est la purification par l’eau. Après avoir expliqué la purification par l’eau, il expliquera la purification par le Sa3id, c'est-à-dire la terre et ce qu’il y a à sa surface.


Et concernant la purification avec l’eau pour la prière, il y a deux sortes de purification :

- El Wudhu (les ablutions)
- EL Ghusl (El Ghusl étant le grand lavage).



Le sheykh commence par expliquer El Wudhu. Donc on a dit que la purification se divise en deux : avec de l’eau & As.Sa3id. Le sheykh commence à expliquer la purification par l’eau et la purification par l’eau se divise en deux. Il y a El Wudhu et El Ghusl, et le sheykh commence par expliquer El Wudhu.


Qui connait la différence entre EL Wudhu & EL Wadu ?

Vous entendez les savants dirent : « El Wudhu » et d’autres fois, vous les entendez dire : « El Wadhu ». Le premier avec une damma et le second avec une fatha. Dans les ahadîth du Prophète (salât alayhi wa salam), dans les descriptions des ablutions du Prophète (salât alayhi wa salam), il est cité parfois dans le hadîth « Wadhu ».

El Wudhu avec Ad.damma sur le Waw c’est le fait de faire les ablutions, l’acte de faire les ablutions.
Quant à El Wadhu, c’est l’eau avec laquelle on fait les ablutions.


Donc el Wudhu c’est l’acte et el Wadhu c’est l’eau que l’on utilise pour faire les ablutions.



La Description des Ablutions

fr-Islamhouse-Ablution-Priere-Ouchr page1 image1


Othmân, que Dieu soit satisfait de lui, a demandé qu’on lui apporte de l’eau (Wadhu) afin qu’il fasse ses ablutions, puis il a fait ses ablutions.

Humran décrit la façon avec laquelle Othmân, que Dieu soit satisfait de lui, a fait ses ablutions.


- Concernant le lavage du nez :

« Il a lavé ses mains trois fois. Puis il a introduit de l’eau dans sa bouche et l'a ressortit (Al Instinthar, c’est le fait de ressortir l’eau des narines)».

El Hafidh Ibn Hajar, rahimahuLlâh, dit dans son livre « Fathoul bari » en donnant la définition de l’Instinthar. Il donne la différence entre El Instinthar & El Instinshaq.

El Instinshaq : c’est le fait d’introduire l’eau dans le nez.
El Instinthar : c’est le fait de ressortir cette eau du nez.

Or, dans ce hadîth, celui qui décrit les ablutions de 3Othmân dit : « Il a ressortit l’eau ». Et pour qu’elle ressorte, il faut qu’elle entre, donc cela signifie que 3Othmân a fait, avant, l’instinshaq puisqu’il a fait l’instinthar. Pour ressortir l’eau, il l’a obligatoirement fait entrer.

El Hafidh Ibn Hajar dit qu’el instinthar implique el instinshaq. Le fait de ressortir l’eau implique qu’elle est entrée. Mais le contraire n’est pas vrai. Une personne qui entre de l’eau dans son nez ne va pas obligatoirement la ressortir : une personne qui a fait el instinshaq n’a pas forcément fait el instinthar.

« El instinthar (le fait de faire ressortir l’eau) est le pourquoi de l’instinshaq ».

Pourquoi est ce que dans nos ablutions on introduit de l’eau dans nos narines ?
C’est pour laver ce qu’il y a à l’intérieur du nez. El Instinthar permet de faire ressortir les saletées qui sont à l’intérieur du nez.

El Hafidh Ibn Hajar dit : « El Instinthar est la terminaison de l’Instinshaq».

A quoi sert de rentrer de l’eau dans nos narines pour les nettoyer si on ne ressort pas la saleté ?
Il dit : « El Instishaq c’est inspirer l’eau au plus profond du nez et El Instinthar est le fait de faire ressortir toute cette eau. Le but de l’Instinshaq (d’introduire de l’eau) est de nettoyer l’intérieur du nez. El Instinthar fait ressortir toutes les saletés dans le nez avec cette eau et c’est la terminaison de l’Instinshaq".

Donc El Instinthar est la terminaison (le complément) de l’Instinshaq.


- Concernant le lavage du bras :

3Othmân, que Dieu soit satisfait de lui, a d’abord lavé ses mains trois fois. Il a lavé sa bouche, il a ressortit l’eau, ce qui implique qu’il l’a faite entrer auparavant, puis il a lavé son visage trois. Puis il a lavé son bras droit jusqu’au coude trois fois.

Celui qui a décrit les ablutions de 3Othmân, que Dieu soit satisfait de lui, dit : « Il a lavé sa main droite jusqu’au coude »

Est-ce que cela veut dire que le coude est aussi lavé ou est ce que le coude est la limite ?
Il a y un verset dans le Coran où ALlâh Subhana Wa Ta3ala dit en parlant de l’argent des orphelins :

وَلاَ تَأْكُلُواْ أَمْوَالَكُم بَيْنَكُم بِالْبَاطِلِ وَتُدْلُواْ بِهَا إِلَى الْحُكَّامِ لِتَأْكُلُواْ فَرِيقاً مِّنْ أَمْوَالِ النَّاسِ بِالإِثْمِ وَأَنتُمْ تَعْلَمُونَ



« Et ne prenez pas leurs biens jusqu’à vos biens »

Le « jusqu’à » ne veut rien dire dans le verset, donc le sens de « Ila » dans ce verset est : « ne mangez pas leur argent jusqu’à votre argent » si on traduit littéralement.

« Ila » dans ce verset signifie « Ma3a » ce qui veut dire :

« Ne mangez pas leur argent avec le votre »
« N’utilisez pas leur argent avec le votre »
(Note de Samiyya : la source est la sourate Al Baqara verset 188)

Donc dans ce hadîth, lorsque Humran décrit les ablutions de 3Othmân, il dit : « il a lavé sa main droite jusqu’au coude, puis il a lavé son bras gauche de la même façon » c'est-à-dire jusqu’au coude et trois fois.


- Concernant le lavage du pieds :

« Puis il a essuyé sa tête, ses cheveux. Puis il a lavé son pied droit jusqu’aux chevilles »

Et là c’est pareil, le sens de « Ila » c’est « Ma3a » (avec)

« … Il a lavé son pied droit jusqu’aux chevilles trois fois puis il a fait de même pour le pied gauche (c'est-à-dire jusqu’aux chevilles et trois fois) puis il a dit : « J’ai vu le Prophète (salât alayhi wa salam) faire les ablutions comme je viens de les faire ».


Puis 3Othmân a dit :
« Le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit : « Celui qui fait les ablutions comme je viens de les faire puis se lève pour prier deux raka’at sans qu’il ne parle à lui-même …»



Que signifie cette deuxième partie du Hadîth : « … puis se lève pour prier deux raka’at sans qu’il ne parle à lui-même … » ?

Les savants disent qu’il ne soit pas distrait sur les choses de cette vie d’ici bas. Comme l’a expliqué sheykh Al 'Abbad, HafidhahuLlâh : « Parler à sa personne pendant la prière c'est-à-dire parler à l’intérieur de soi des choses de cette vie d’ici bas, c'est-à-dire que son esprit est préoccupé par les choses de cette vie d’ici bas ».

Le sens de "sans qu’il ne se parle à lui-même" est : « Pendant ces deux raka’at, que son esprit ne soit pas occupé par les choses de cette vie d’ici bas». C’est une condition.


Suite du Hadîth : «… ALlâh Subhana Wa Ta3ala lui pardonnera tous ses péchés antécédents ».

Les savants ont expliqué que c’était les petits péchés qui étaient pardonnés.

Pourquoi ? Car pour que les grands péchés soient pardonnés, il leur faut le repentir « At.tawba ».

Ibnu Shihayb a dit : « Nos savants ont dit : « Cette façon de faire les ablutions est la plus complète ».

La façon dont 3Othmân a fait les ablutions et la façon la plus complète pour quelqu’un avant d’accomplir sa prière.

La sheykh passe ensuite aux conditions pour que les ablutions soient acceptées.


Les conditions des ablutions



1- La première condition est l’intention.

La preuve est la parole du Prophète (salât alayhi wa salam) qui dit : « Les actes ne valent que par l’intention.»

Hadîth Authentique rapporté par AL Bukhârî & Muslim.

Il n’est pas légiféré de prononcer l’intention car cela n’a pas été rapporté par le Prophète (salât alayhi wa salam). L’intention se situe dans le cœur, elle ne se prononce pas avec la langue. Les savants sont unanimes sur le fait de prononcer l’intention avec la langue disant que c’est une innovation. Dans aucun acte d’adoration il n’est légiféré de prononcer l’intention à voix haute.

La définition même de « An-Niyya » (l’Intention) dans la langue arabe, veut dire « *** » (19 :59) qui est le fait de vouloir quelque chose.

Quand tu veux faire quelque chose, tu n’es pas obligé de le dire. Quand tu veux te lever, tu ne vas pas dire : « Je vais me lever, je me lève » , non, tu te lèves. C’est la même chose pour el Wudhu, la prière, les actes d’adoration.

Certains vont dire : « Oui mais pendant le Hajj, on fait la Talbiya » qui est le fait de dire : « ALlâhumma Labayk, ALlâhumma Labayk ». On dit cela à voix haute. La réponse est claire : Le fait de dire cela n’est pas une intention mais une talbiya.

Le fait de prononcer l’intention avec la langue est une innovation et les quatre grands savants de l’Islâm, les quatre imams : l’imam Malîk, l’imam Ahmed, l’imam Shafi3i & l’imam Abou Hanifa sont tous unanimes sur la non autorisation de prononcer l’intention à voix haute.

Donc ça c’est la première condition pour que les ablutions soient acceptées, c’est l’intention. [1]



2- La deuxième condition est le fait de dire : « BismiLlâh ».

La preuve est le hadîth du Prophète (salât alayhi wa salam) qui dit :

« Il n’y a pas de prière pour celui qui n’a pas ses ablutions, pas de prière pour celui qui n’a pas ses ablutions et pas d’ablutions pour celui qui n’a pas prononcé le nom d’ALlâh avant ».

Donc point de prière pour celui qui n’a pas d’ablutions, et point d’ablution pour celui qui n’a pas cité le nom d’ALlâh avant.
Le hadîth est clair.[2]



3- La troisième condition est "El Mou'ala" (le suivi)


Qui connait la signification de « El Mua3la » ?
(N'oubliez pas que les mots écrits en arabe ne sont pas forcément justes)

C’est une condition parmi les conditions des ablutions.

C’est le fait de faire EL Wudhu en une seule fois, de laver les membres les uns après les autres. (dans l'ordre)

La preuve est le hadîth de Khalid Ibn *** (23 :42) qui dit que le Prophète (salât alayhi wa salam) a vu un homme prier, et sur le dessus du pied de cet homme, il y avait une partie de la pièce d’un dirham qui n’était pas atteint par l’eau. Le Prophète (salât alayhi wa salam) lui a ordonné de recommencer el Wudhu et de recommencer sa prière.

Le hadîth est authentique et rapporté par Abû Dâwûd.


Dans ce hadîth, comment les savants en ont déduit El Mua3la ?
A partir de ce hadîth, les savants en ont déduit que les membres doivent être lavés les uns après les autres parce que l’on comprend, dans ce hadîth là, que le membre doit être lavé dans sa totalité. Le Prophète (salât alayhi wa salam) a vu sur le pied de cet homme une partie qui n’était pas atteinte par l’eau et il lui a ordonné de refaire les ablutions et de refaire sa prière.

Dans ce hadîth, où est la preuve de « El Mua3la » ?
La preuve dans ce hadîth d’El Mua3la, c’est que le Prophète (salât alayhi wa salam) lorsqu’il a vu cette partie du pied de cet homme qui n’était pas recouverte d’eau, qu’est ce qu’il lui a ordonné de faire ? Le Prophète (salât alayhi wa salam) lui ordonné de recommencer les ablutions, il ne lui a pas ordonné d’aller remettre de l’eau sur cette partie et de refaire sa prière. Non, il lui a dit : « Recommence tes ablutions ».

Les savants ont déduit de ce hadîth que « El Mua3ala » est que tu dois laver tes membres pendant les ablutions de telle sorte que le membre précédent n’a pas séché lorsque tu laves le membre suivant.

El Mua3ala c’est le fait de laver le membre suivant avant que le membre précédent n’ait séché.

D’autres savants ont dit : « El Mua3la, le temps d’attente entre les deux membres revient à ce que les gens connaissent ».

Si c’est une attente trop longue et qu’elle est connue chez les gens pour être longue, il doit recommencer ses ablutions. Si c’est une attente courte, il peut continuer ses ablutions. (C’est quand ses parties n’ont pas séché car si elles ont séché, il doit recommencer ses ablutions). Si son membre a séché et qu’il a fait sa prière, il doit recommencer ses ablutions et recommencer sa prière.



Les Obligations des Ablutions





1- Premièrement : De laver le visage

Parmi le lavage du visage, il y a : laver la bouche et el Instinshaq (introduire de l’eau dans son nez).
Ces deux choses font partie du lavage du visage.


2- Deuxièmement : De laver les mains jusqu’aux coudes,

Donc ça c’est une obligation. C’est un pilier des ablutions. Celui qui ne lave pas ses mains, ses bras jusqu’aux coudes, ses ablutions ne sont pas acceptées.


3- Troisièmement : D’essuyer la tête et les oreilles font parties de la tête.

D’essuyer la totalité et les oreilles font parties de la tête.
Il y a un hadîth du Prophète (salât alayhi wa salam) que l’on verra après qui dit : « Les oreilles font parties de la tête». Donc les oreilles doivent être obligatoirement essuyées.

La différence entre le lavage et l’essuyage :
- Le lavage est de prendre de l’eau et de la verser sur le membre.
- L’essuyage est de mettre de l’eau dans sa main, d’humidifier sa main et de la passer sur le membre.

Donc concernant la tête, est ce qu’elle doit être lavée ou essuyée ? Une personne qui prend une poignée d’eau et qui la verse sur sa tête, est ce qu’il a fait la sunna ou pas ?
Non. La sunna est d’humidifier sa main et de la passer sur sa tête et non de prendre de l’eau et de la verser sur sa tête car c’est un lavage. Ce qui a été rapporté dans la sunna, et le verset aussi est clair, ALlâh Subhana Wa Ta3Ala dit :
« Et essuyez vos têtes »
(sourate Al Maidah verset 6 – L’aya en arabe est dans sa totalité)


4- Quatrièmement : Laver les pieds jusqu’aux chevilles

La preuve de ces quatre obligations est la parole d’ALlâh Subhana Wa Ta3ala :
« O vous qui croyez ! Lorsque vous vous disposez à faire la salât, faites d’abord vos ablutions en vous lavant le visage et les mains jusqu’aux coudes, en vous passant les mains mouillées sur la tête et en vous lavant les pieds jusqu’aux chevilles.»
(Sourate AL Maidah verset 6)


5- Cinquièmement : Laver la bouche et le nez

Lorsque le sheykh a cité la première condition qui est de laver le visage, il a dit : « Et parmi le lavage du visage il y a le fait de laver la bouche et d’introduire l’eau dans son nez ».

Il dit : « Le fait d’introduire l’eau dans la bouche et dans le nez et que cela fait partie du lavage du visage, c’est parce qu’ALlâh Subhana Wa Ta3ala a ordonné dans le Coran de laver le visage. Et aussi parce que le Prophète (salât alayhi wa salam) dans toutes les descriptions de ses ablutions qui ont été faites par ses Compagnons, à chaque fois le Prophète (salât alayhi wa salam) a introduit de l’eau dans sa bouche et a fait l’Instinshaq ».

Les savants disent que le fait que le Prophète (salât alayhi wa salam) dans toutes ses ablutions, a lavé sa bouche et a lavé son nez, cela prouve que le lavage de la bouche et du nez font partis du lavage du visage qui nous a été ordonné dans le verset par ALlâh Subhana Wa Ta3ala.

Et cela prouve que le lavage du visage qui a été ordonné dans le Coran, comprend de laver sa bouche et el Instinshaq (d’introduire de l’eau dans son nez).

Il a aussi été rapporté l’obligation de ces deux choses, c'est-à-dire de laver la bouche et le nez, dans la parole du Prophète (salât alayhi wa salam) lorsqu’il dit :
« Lorsque l’un d’entre vous fait ses ablutions, qu’il mette ou qu’il introduise de l’eau dans son nez puis qu’il la ressorte ». (Hadîth Authentique rapporté par Ibn Majah et Abû Dâwûd).

Et aussi la parole du Prophète (salât alayhi wa salam) lorsqu’il a ordonné un de ses Compagnons et lui a dit :
« Et accentue dans El Instinshaq (dans le fait d’introduire l’eau dans ton nez), sauf lorsque tu jeûnes».
(Hadîth sahîh rapporté par Abû Dâwûd)

Pourquoi ? De peur que l’eau traverse la gorge.

Et aussi un autre hadîth du Prophète (salât alayhi wa salam)
lorsqu’il ordonne à un de ses Compagnons, il lui dit :
« Lorsque tu fais tes ablutions, laves ta bouche » (Hadîth authentique rapporté par Abû Dâwûd également)


6- Sixièmement : Essuyer ou englober la totalité de la tête lors de l’essuyage :

Et concernant l’obligation d’essuyer ou d’englober la totalité de la tête lors de l’essuyage, la preuve est dans le Coran où ALlâh Subhana Wa Ta3ala a dit :
« Essuyez vos têtes »

Et là, ALlâh Subhana Wa Ta3Ala n’a pas précisé. Lorsqu’Il dit « Essuyez vos têtes », Il dit essuyez la totalité de votre tête et non pas une partie.

Et la preuve aussi que c’est la totalité de la tête qui doit être essuyée et non une partie, c’est ce qui a été rapporté dans El Bukhârî & Muslim, que le Prophète (salât alayhi wa salam) lorsqu’il essuyait sa tête, il essuyait la totalité de sa tête.

Essuyer sur le turban :[3]
Le sheykh pose ensuite une question et dit : « Si on vous dit qu’il a été rapporté dans le hadîth d’El Moughira que le Prophète (salât alayhi wa salam) a essuyait sur le devant de la tête et sur son turban. »

Donc une fois, le Prophète (salât alayhi wa salam) avait mis un turban et le devant de sa tête était libre. Le Prophète (salât alayhi wa salam), pendant ses ablutions, a essuyé le devant puis a essuyé le turban.

Le sheykh dit : « Et si certains vous disent : « Mais dans le hadîth d’El Moughira le Prophète (salât alayhi wa salam) a seulement essuyé le devant de sa tête, il n’a pas essuyé tout sa tête ». La réponse est que le Prophète (salât alayhi wa salam) s’est contenté d’essuyer sur le devant de sa tête car il a complété la suite sur le turban ».

Le Prophète (salât alayhi wa salam) a essuyé le devant de sa tête et a après complété l’essuyage sur le dessus de son turban, il ne s’est pas contenté d’uniquement essuyé le devant de sa tête.

Et il n’y a dans ce hadîth aucune preuve qui autorise d’essuyer le devant sans continuer sur le turban.

Donc en bref, il est obligatoire, lorsque l’on essuie sa tête, d’essuyer la totalité de sa tête.


Et celui qui essuie a le choix entre trois choses :
• Il a le choix entre essuyer totalement sa tête
• Il a le choix, s’il porte un turban, d’essuyer sur la totalité de son turban.
• Ou d’essuyer comme l’a fait le Prophète (salât alayhi wa salam)


Il est autorisé à une personne qui porte un turban d’essuyer uniquement sur le turban ou bien d’essuyer comme l’a fait le Prophète (salât alayhi wa salam) : sur le devant de la tête et ensuite de compléter sur le turban.

Ces trois façons d’essuyage ont été rapportées dans la sunna authentique du Prophète (salât alayhi wa salam).

Des savants disent qu’il est autorisé d’essuyer sur la chachiya, d’autres disent non uniquement sur le turban car il est difficile à enlever.

Et quant à l’obligation également d’essuyer les oreilles et qu’elles font parties de la tête, la preuve est le hadîth du Prophète (salât alayhi wa salam) : « Les oreilles font parties de la tête ». (Hadîth authentique rapporté par Ibn Majah)

7- Septièmement : Frictionner la barbe

Dans l’obligation des ablutions, il y a le fait de frictionner la barbe.
La preuve est le hadîth d’Anâs Ibn Malik, que Dieu soit satisfait de lui, qui rapporte que lorsque le Prophète (salât alayhi wa salam) faisait ses ablutions, il prenait une poignée d’eau et la faisait rentrer au niveau de son menton. Ensuite il frictionnait sa barbe.

Donc le Prophète (salât alayhi wa salam) commençait par le bas. Il prenait une poignée d’eau et la mettait au niveau de son menton et ensuite il frictionnait sa barbe.

Il a dit ensuite : « C’est ainsi que ma ordonné mon Seigneur 3Aza wa Jal ».

L’avis du sheykh est que le fait de frictionner la barbe est une obligation. Ce qu’il faut savoir est que la plupart des savants disent que de frictionner la barbe durant les ablutions est préférable et non obligatoire.

Certains savants différencient entre la barbe épaisse et la barbe fine. Ils définissent la barbe épaisse c'est-à-dire la barbe qui ne laisse pas apparaître la peau. La barbe qui laisse apparaître la peau est une barbe fine (pour eux).

Les savants ont dit :
« Lorsque la barbe est épaisse de telle sorte qu’elle ne laisse pas apparaître la couleur de la peau, il est obligatoire de la frictionner. Et lorsqu’elle laisse apparaître la peau, il n’est pas obligatoire de la frictionner, il est préférable ».

C’est l’avis de sheykh Al Uthaymîn, de sheykh Ibn Bâz et de sheykh Al Fawzan également et l’avis du sheykh Al 3Abbad.

Quant au sheykh Al Albâny, rahimahuLlâh, il considère que de frictionner sa barbe est une obligation.

Sheykh Al Uthaymîn dit : « A quel moment, il nous est dit de frictionner la barbe ? Est-ce que c’est au moment de laver son visage ou est ce que c’est à la fin des ablutions ? »

Il dit qu’elle doit être frictionnée au moment du lavage du visage.

D’autres savants ont différencié entre frictionner la barbe pendant les ablutions et frictionner la barbe pendant El Ghusl. Ils disent que pendant les ablutions, lorsque la barbe est épaisse il est obligatoire, lorsqu’elle n’est pas épaisse, il est préférable, mais dans tous les cas, dans les grandes ablutions, frictionner la barbe est une obligation.
C’est l’avis de sheykh Al Uthaymîn, de sheykh Al Fawzan.


8- Huitièmement : Laver entre les doigts et les orteils.

La preuve est le hadîth du Prophète (salât alayhi wa salam) lorsqu’il dit à un de ses Compagnons :
« Accomplis tes ablutions et lave entre les doigts (les doigts et les orteils). Et accentue dans El Instinshaq sauf lorsque tu es en état de jeûne ».

Donc ça c’était les obligations des ablutions, le sheykh passe ensuite aux choses préférables et conseillées durant les ablutions.



Les choses préférables durant les ablutions





1- Le Siwak :

La première sunna parmi les sunnan d’el Wudhu est El Siwâk.
La preuve est le hadîth d’Abû Hurayra, que Dieu soit satisfait de lui, qui dit que le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit :
« Si ce n’était une contrainte pour ma communauté, je leur aurais ordonné d’utiliser le siwâk avant chaque ablution. Je leur aurais ordonné d’utiliser le siwâk pendant les ablutions».

Les savants disent que le siwâk, lors des ablutions, s’utilise pendant le lavage de la bouche.


2- Se laver 3 fois les mains au début des ablutions :

Ensuite, parmi les choses préférables, recommandées et conseillées dans les ablutions, il y a le fait de se laver trois fois les mains au début des ablutions.
Il a été rapporté dans le hadîth de 3Othmân, que Dieu soit satisfait de lui, lorsqu’il a décrit les ablutions du Prophète (salât alayhi wa salam), qu’il a lavé ses mains trois fois. (Cf le Hadîth que l’on a vu auparavant).

Donc le fait de se laver les mains trois fois au début des ablutions est une sunna, ça fait partie des sunnan d’el wudhu, ce n’est pas une obligation. Ce qui est obligé, c’est de se laver les mains jusqu’aux coudes comme on l’a vu précédemment. Mais de laver les mains trois fois au début des ablutions n’est pas obligatoire, c’est préférable. Le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit : « Celui qui vient de se réveiller, qu’il lave ses mains trois fois car il ne sait pas où ses mains ont passé la nuit »

Cela est propre à celui qui vient de se réveiller. Le Prophète (salât alayhi wa salam) a ordonné de se laver les mains pour ne pas rendre impure l’eau.


3- Rassembler le lavage de la bouche avec l'Instinshaq :

Ensuite, parmi les sunan d’el Wudhu, il y a le fait de rassembler le lavage de la bouche et el Instinshaq avec une seule poignée et trois fois de suite. Donc la sunna est de prendre une poignée et de cette poignée là la diviser en deux. Une partie pour le lavage de la bouche et une partie pour faire l’Instinshaq, pour laver le nez.

C’est la sunna du Prophète (salât alayhi wa salam) et dans aucun hadîth il n’a été rapporté qu’il a fait une poignée pour la bouche puis une poignée d’eau pour le nez. Cela n’a pas été rapporté dans la sunna du Prophète (salât alayhi wa salam). Néanmoins, le sheykh Al Uthaymîn, rahimahuLlâh, a dit : « Le lavage de la bouche et el Instinshaq se font avec une seule poignée d’eau »

Le sheykh dit ça pour montrer ce qui est connu de la sunna du Prophète (salât alayhi wa salam). Il dit ensuite : « Sauf pour celui qui éprouve une difficulté à faire cela. Dans ce cas il est autorisé de laver sa bouche avec une poignée et de laver son nez avec une autre poignée ».

Sheykh Al Uthaymîn dit qu’il n’y a pas de mal à cela, et c’est aussi la parole de sheykh Al 4abbas rahimahuLlâh, lui aussi il est de cet avis.

Il est autorisé pour celui qui n’arrive pas séparer sa poignée en deux : une pour le lavage de la bouche et une pour el Instinshaq, pour celui qui trouve cela difficile, il est autorisé de prendre une poignée pour le lavage de la bouche et une poignée pour el Instinshaq.


4- Accentuer l'Instinshaq :

Quatrièmement : Parmi les sunan, parmi les choses préférables et recommandées pendant les ablutions, il y a le fait d’accentuer dans el Instinshaq, dans le fait d’introduire l’eau dans le nez parce que le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit : « Accentues dans el Instinshaq sauf lorsque tu es en état de jeûne».

Autrement dit, lorsque tu n’es pas en état de jeûne, accentues el Instinshaq. Donc il est autorisé, recommandé, préférable, d’accentuer, d’inspirer l’eau que l’on introduit dans le nez au maximum. Bien sûr sans que cela ne fasse du mal à la personne, car le prophète (salât alayhi wa salam) a dit : « Ne faites pas de mal à autrui et n’en faites pas à vous-même ».


5- Commencer par la droite :

Cinquièmement : parmi les choses préférables durant les ablutions, est de commencer par la droite avant la gauche.

Commencer par le côté droit avant le côté gauche, commencer par le membre droit avant le membre gauche. La preuve est le hadîth de 3Aisha, que Dieu soit satisfait d’elle, qui dit :
« Le prophète (salât alayhi wa salam) aimait la droite et le côté droit lorsqu’il se chaussait (cad que lorsqu’il se chaussait il commencer à chausser son pied droit), lorsqu’il se peignait, (il commençait à peigner le côté droit de sa tête, ensuite le côté gauche) et dans sa purification et dans toutes ses situations».


La purification : les savants disent qu’elle englobe El Wudhu & El Ghusl.

Dans El Wudhu, le Prophète (salât alayhi wa salam) commençait par la droite, par les membres droits et ensuite les membres gauches, et également pour le Ghusl.
Les savants ont déduit que dans le Ghusl, la personne commence à laver la partie droite de son corps, ensuite la partie gauche.

Quelle est la preuve ? Le hadîth de 3Aisha, que Dieu soit satisfait d’elle, qui dit : «Le Prophète (salât alayhi wa salam) aimait la droite lorsqu’il se chaussait, lorsqu’il se peignait et lorsqu’il se lavait et dans toutes ses situations».
Autrement dit parmi le lavage il y a EL Ghusl.

Les savants ont dit qu’il ne fallait pas comprendre « Dans toutes ses situations» dans sa globalité car il y a des ahadith où le Prophète (salât alayhi wa salam) a par exemple ordonné de rentrer dans les toilettes avec le pied gauche.

Les choses où le Prophète (salât alayhi wa salam) commençait par la droite c’était lorsqu’il mangeait, lorsqu’il buvait, lorsqu’il donner, lorsqu’il prenait, lorsqu’il rentrer à la mosquée, il rentrait avec le pied droit, lorsqu’il entrait chez lui, il entrait également par le pied droit.
Donc la parole de 3Aisha « dans toutes ses situations », il ne faut pas la prendre dans sa globalité parce qu’il y a certains cas où la gauche est préférable, comme le fait d’entrer aux toilettes.

Et aussi parmi les preuves que pendant les ablutions il est préférable de commencer par la droite puis par la gauche, il y a la description des ablutions de 3Othmân, que Dieu soit satisfait de lui, qui a commencé par la droite ensuite par la gauche. Il a commencé par laver sa main droite, son bras droit jusqu’au coude, ensuite par la gauche. Et pareil pour les pieds : il a commencé par son pied droit puis son pied gauche.


Concernant As.Siwâk, qui fait aussi parti de la purification, il y a trois avis sur As.Siwâk. Une personne qui utilise le siwâk, est-ce qu’elle doit l’utiliser avec sa main droite ou avec sa main gauche ?


Siwak-Ala-Arab.jpgParce que le siwâk c’est pour purifier la bouche, donc c’est pour enlever une saleté. Et la saleté on l’enlève avec la main gauche. Mais il y a un autre hadît du Prophète (salât alayhi wa salam) qui dit en parlant du siwâk :
« C’est une purification pour la bouche, mais c’est une satisfaction pour ALlâh ».

Donc ALlâh Subhana Wa Ta3ala est Satisfait donc autrement dit c’est une adoration.
Certains savants disent que tu dois le faire avec la main gauche car tu purifies, tu enlèves une saleté donc tu le fais avec la main gauche.
D’autres savants disent : « Non. As-Siwâk est une adoration tu la fais avec la main droite ».
Et d’autres savants précisent (et c’est l’avis le plus juste In Schâ ALlâh) : « Lorsque tu utilises le Siwâk pour te purifier, fais le avec ta main gauche. Et lorsque tu utilises le siwâk pour suivre le Prophète (salât alayhi wa salam) et pour appliquer sa sunna lorsqu’il conseille d’utiliser le siwâk durant les ablutions, le Prophète (salât alayhi wa salam) conseille d’utiliser le siwâk avant ta prière, même si ta bouche est propre ».

La sunna est d’utiliser le siwâk avant chaque prière.

Les savants disent : « Si tu utilises le siwâk pour enlever purifier ta bouche, là utilises ta main gauche. Lorsque tu utilises le siwâk pour suivre la sunna du Prophète (salât alayhi wa salam) et que ta bouche est propre, dans ce cas c’est un acte d’adoration que tu fais et fais le avec ta main droite».


Concernant l’Instinshaq et l'Instinthar :
Les savants disent de faire l’Instinshaq, de rentrer l’eau dans le nez, avec la main droite et EL Instinthar, le fait de faire ressortir l’eau avec les saletés, se fait avec la main gauche.


6- Ad-Delk (passer la main avec l’eau sur le membre) :

Parmi les sunnan, les choses recommandées durant les ablutions il y a Ad-Delk. (60 :59)

Qui connait la signification d’Ad.Delk ? Comme le disent les savants, c’est le fait de passer la main avec l’eau sur le membre. El Ghusl, le lavage, c’est que l’eau soit versée sur ton membre et Ad.Delk c’est de passer ta main sur le membre, d’essuyer le membre avec l’eau.

La preuve est le hadîth d’AbduLlâh Ibn Zayd qui dit :
« On a rapporté au Prophète (salât alayhi wa salam) le tiers d’un Mudd d’eau ». .

riz.jpgQui connait El Mudd ? C’est la quantité qui équivaut de rassembler les deux mains et de prendre la chose. Par exemple un Mudd de farine est de coller ses deux mains et de prendre la farine avec cette grande poignée, ça c’est un Mudd.

 

Dans le hadîth il est fait allusion a deux tiers du Mudd et non un tiers.


« Le tiers d’un Mudd d’eau» c'est-à-dire que dans un seau d’eau, vous prenez de l’eau et l’eau qui sera dans vos poignées sera un Mudd. On a apporté au Prophète –salât alayhi wa salam) le tiers de cette quantité pour faire ses ablutions.

Les savants ont dit que c’était la plus petite quantité d’eau qui a été rapporté au prophète (salât alayhi wa salam) pour faire ses ablutions.


Suite du Hadîth : « … Après qu’on lui a apporté le tiers d’un Mudd, le Prophète (salât alayhi wa salam) a fait ses ablutions et il passait sa main sur ses bras. »

Donc là on voit que parmi les sunan de el Wudhu, il y a le fait d’essuyer avec sa main, de passer sa main sur le membre que l’on lave.

Sheykh Al Albâny, rahimahuLLâh, dit que concernant l’eau, el Mudd d’eau c’est 1 Mudd et demi.

Pourquoi ? Parce que le Mudd qui est connu en Islâm est uniquement en rapport avec la matière solide et non la matière liquide. Le sheykh Al Albâny, rahimahuLlâh, dit : « Prendre une poignée de riz n’est pas comme de prendre une poignée d’eau. Pour qu’il y ait un Mudd d’eau, il faut prendre 1 et demie pour être sûr qu’il y a un Mudd».

La quantité d’un Sâ’ équivaut à quatre Mudd.

Sheykh Al fawzan ainsi que Hayet el kibar el 3ulémas (les grands savants) (66:38) disent que ça correspond à trois kilos.

( Et pour la Zakât El Fitr, le minimum est de sortir un Sâ3 de ce que mangent les gens du pays. Un Sâ’, Hayet el kibar el 3ulémas , a étudié en fonction de ce qui était connu du temps du Prophète (salât alayhi wa salam), ont demandé aux gens, ont fait une enquête, on fait une recherche et en sont à l’avis final que as.sâ’ correspond à trois kilos, comme le disent les savants d’Arabie et entre autres Hayet el kibar el 3ulémas.
Donc entre autres El Mudd qui correspond au quart du Sâ’ (un mudd : 750 grammes et 750 x 4 = 3 kilos).


Les savants utilisent beaucoup ce hadîth pour montrer que le musulman se doit d’être économe dans l’utilisation de l’eau qu’il prend pour faire ses ablutions. Si le Prophète (salât alayhi wa salam) a réussi à faire ses ablutions avec un tiers de Mudd, nous aussi on peut le faire.

gaspillage.jpgLe Prophète (salât alayhi wa salam) faisait son ghusl avec un sâ’, avec trois litres d’eau. Si vous voyez les statistiques des autorités françaises et autres, ils estiment le nombre de litres à 70 litres. C’est une obligation d’être économe quand on fait nos ablutions ou autre et le gaspillage est interdit en Islâm.

ALlâh Subhana Wa Ta3Ala dit :

يَا بَنِي آدَمَ خُذُواْ زِينَتَكُمْ عِندَ كُلِّ مَسْجِدٍ وكُلُواْ وَاشْرَبُواْ وَلاَ تُسْرِفُواْ إِنَّهُ لاَ يُحِبُّ الْمُسْرِفِينَ


« Et mangez et buvez mais ne gaspillez pas car Il déteste les gaspilleurs ».
(sourate Al A’râf verset 31)

ALlâh Subhana Wa Ta3ala déteste les gaspilleurs ! Et les savants disent que de gaspiller est une chose interdite en Islâm. Il est obligatoire pour chaque Musulman de faire attention à la quantité d’eau qu’il utilise surtout lorsqu’il fait ses ablutions.

Le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit :
« Même si l’un d’entre vous fait ses ablutions au pied d’une rivière.»

Les savants disent que même si tu fais tes ablutions au pied d’un fleuve, tu te dois d’être économe dans l’utilisation de l’eau. Ce n’est pas parce qu’il y a beaucoup d’eau que tu peux te permettre d’abuser, non. Le gaspillage est valable, que la chose soit présente ou non, que l’eau soit en grande quantité ou en petite quantité, le gaspillage est interdit dans tous les cas. Tu ne dois pas utiliser plus que ce qui t’est nécessaire.


7- Le fait de laver trois fois :

Il est préférable et recommandé de laver les membres trois fois.
La preuve est le hadîth de 3Othmân, que Dieu soit satisfait de lui, dans la description des ablutions du Prophète (salât alayhi wa salam), il a lavé ses membres trois fois.

Il aussi été rapporté dans d’autres ahadîth, que le Prophète (salât alayhi wa salam) a fait ses ablutions, a lavé ses membres chacun une fois. Dans d’autres ahadîth, le Prophète (salât alayhi wa salam) a lavé chacun de ses membres deux fois.

Donc les trois façons ont été rapportées dans la sunna du Prophète (salât alayhi wa salam).

Il est autorisé pour une personne qui fait ses ablutions de laver chacun de ses membres une fois, deux fois ou bien trois fois. Le minimum étant une fois.

De même qu’il est préférable de temps en temps, d’essuyer sa tête plus d’une fois.

Car cela a été rapporté par 3Othmân, que Dieu soit satisfait de lui, il a fait ses ablutions et a essuyé sa tête trois fois et ensuite a dit :
« J’ai vu le Prophète (salât alayhi wa salam) faire ses ablutions ainsi ».

Du début de la tête jusqu’à la fin et de revenir. Aller - Retour.
Les savants disent l’aller et le retour pour l’essuyage de la tête.  


8- respecter l'ordre :

Donc ici le sheykh dit : « Parmi les choses préférables et recommandées, il y a l’ordre ».

Le fait de laver les membres lors des ablutions dans l’ordre car c’est ce qui a été le plus rapporté dans la description des ablutions du Prophète (salât alayhi wa salam).

Et pourquoi est ce que le sheykh dit ici que c’est préférable et non obligatoire ? Parce que certains savants disent que l’ordre est obligatoire car c’est ce qui a été rapporté dans la description des ablutions du Prophète (salât alayhi wa salam).

Ici le sheykh dit que c’est préférable car il a été rapporté selon *** (74 :58) qui dit qu’il a apporté au Prophète (salât alayhi wa salam) de l’eau afin qu’il fasse ses ablutions. Et le Prophète (salât alayhi wa salam) a lavé ses mains trois fois, a lavé son visage trois fois, puis a lavé ses bras trois fois, puis a entrait de l’eau dans sa bouche et l’a ressorti de son nez. Puis ensuite il a essuyé sur sa tête et ses oreilles.

Donc là on voit bien que le Prophète (salât alayhi wa salam) a entré de l’eau dans sa bouche et l’Instinthar après avoir lavé ses bras alors que ce qui est connu des ablutions du Prophète (salât alayhi wa salam) c’est qu’il le fait après avoir lavé ses mains.
Donc le sheykh dit qu’à parti du moment où le Prophète (salât alayhi wa salam) a fait ainsi, a changé l’ordre, c’est qu’il est autorisé de temps en temps de ne pas suivre l’ordre et surtout que suivre l’ordre des membres n’est pas obligatoire mais préférable.
Beaucoup de savants disent que l’ordre est obligatoire.


9- L'invocation après les ablutions :

Et parmi les choses recommandées et conseillées, c’est l’invocation après les ablutions.

La preuve est la parole du Prophète (salât alayhi wa salam) lorsqu’il dit :
« Si l’un d’entre vous fait ses ablutions et les fait de la meilleure des façons puis dit à la fin de ses ablutions :

« J’atteste qu’il n’y a point de divinité qu’Allah l’Unique qui n’a point d’associé et j’atteste que Muhammad est Son serviteur et Son Messager. »


Les huit portes du Paradis lui seront ouvertes et il rentrera par celle qu’il désire. »

Et At.Tirmidhî a rajouté dans l’invocation :

« O ALlâh ! Fais que je fasse parti de ceux qui se repentent et de ceux qui se purifient».



Une autre invocation qui est légiférée à dire après les ablutions
comme cela a été raporté par Abî Sa’id qui dit que le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit :

« Celui qui fait ses ablutions puis qui dit :

« Subhânaka l-lâhumma wa bi-hamdika. Ash-hadu an lâ ilâha illâ anta, astaghfiruka wa atûbu ilayka. »

"Gloire et pureté à Toi, Ô Seigneur, et à Toi la louange. J’atteste qu’il n’y a pas d’autre divinité que Toi. Je Te demande pardon et me repens à Toi."



Cette personne sera écrite dans une feuille puis cette feuille sera scellée. Le sceau ne sera pas brisé jusqu’au jour du Jugement».


Hadîth authentique rapporté par Hâkim.

Cette du3a ressemble à ce que l’on a dit après un cours, une assemblée, une réunion ou autre.

En annotation le sheykh dit :

« Et aucune invocation pendant les ablutions n’est légiférée».
Il n’y a aucun hadîth authentique qui stipule des invocations à dire pendant les ablutions. Toutes les invocations qu’on a beau vous dire, vous conseiller, pendant les ablutions, sachez d’avance qu’elles ne sont pas légiférées.



- Fin du cours n°5


 source audio

source de la retranscription

 

__________

 

Notes :

 

[1] sur ce théme voir aussi :

- {Dossier} L'intention en islam

- la sincérité et de la présence de l’intention dans tous les actes

- La Pureté de l’intention !!

 

[2]  Q : Un homme a accomplit les ablutions et n'a pas cité le nom d'Allah ?

 

R : Louange à Allah l'Unique, prière et paix sur Son messager, sa famille et ses compagnons:

 

Il est obligatoire de citer le nom d'Allah lors des ablutions, cependant, celui qui ne le cite pas par oubli ou ignorance, d'après les règles de jurisprudence ses ablutions sont valides, tandis que celui qui délaisse cette citation, ses ablutions sont d'après les paroles des ulémas véritablement invalides; d'après la parole du prophète (que Dieu prie sur lui et le salut) :

 

 

"Pas d'ablution pour celui qui ne cite pas le nom d'Allah".

(Rapporté par Ahmed, Abou Dawed, Ibn Majah)

 

  • Fatwa du comité permanent
  • Tome 5 Page 219 fatwa 7757

 

[3] Concernant l'essuyage du voile lors des ablutions pour les soeurs

Les gens de science ont divergé concernant l’autorisation à la femme d’essuyer par-dessus son voile lui recouvrant les cheveux et le cou lors des ablutions.

La majorité des savants sont d’avis qu’il n’est pas autorisé à la femme d’essuyer par-dessus son voile délaissant ainsi l’essuyage de la tête, car la parole d’Allah : « Et essuyez vos têtes… » implique que seule la tête doit être essuyé, aussi il n’y a aucune difficulté à retirer le voile afin d’essuyer les cheveux.

Les hanbalites, ainsi que d’autres savants sont d’avis qu’il est valable à la femme d’essuyer par-dessus son voile, car cela fut rapporté de façon authentique d’Ummu Salama (qu’Allah l’agrée).
Ibn Abî Chayba et Ibn Al Moundhîr rapportent avec une chaine de transmission authentique que Ummu Salama essuyait par-dessus son voile [Al-Musanaf 1/31].

Mais le plus prudent est l’avis qu’elle ne doit pas essuyer son voile sauf en cas de besoin, tel que le froid ou de peur qu’elle se découvre face à des étrangers. Mais il lui convient tout de même dans ce cas d’essuyer une partie de ses cheveux.

Cheikh Al Islam Ibn Taymiyya dit, lorsqu’il fut questionné à ce sujet : « Louange à Allah, si elle craint le froid ou une chose de la sorte elle peut essuyer par-dessus son voile car Ummu Salama l’essuyait, mais il lui convient tout de même d’essuyer une partie de ses cheveux. Quant au fait qu’elle le fasse sans qu’elle en ait besoin les savants ont divergé. » [Fatâwas Ibn Taymiyya 21/218]