Cours n°6 Chapitre des actes à accomplir après l’enterrement - Les délices et châtiments de la tombe

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  15 Février 2013, 22:23  -  #SCIENCES ISLAMIQUES

Cours n°6

Chapitre des actes à accomplir après l’enterrement
- Les délices et châtiments de la tombe






Chapitre des actes à accomplir après l’enterrement

tombe.jpgAprès avoir enterré le mort il est bien d’accomplir certaines choses.

1 • Eléver la tombe d'un empan :

La première chose à faire lorsque l’enterrement est terminé est d’élever la tombe du sol de la hauteur d'un empan (distance entre le pouce et le majeur lorsque la main est ouverte). C’est le maximum, les savants disent que la tombe ne doit pas être élevé plus qu’un empan. Elle ne doit pas être a même le sol, et doit être visible et distinguée afin d'être protégée et non proférée.
La preuve est le hadith de Jâbir qui dit : « Le prophète a était enterré de la manière du lahd. Les briques et les dalles de terre cuite qui ont refermé sa tombe ont été posées de façon verticale et sa tombe a été élevée d’à peu près un empan. » (rapporté par Ibnou Hiban et Bayhaqi)


2 • La tombe doit être "mousanam" :

"Mousanam" vient du terme "sanam" qui signifie en arabe la bosse du chameau. Donc la tombe doit avoir la forme de la bosse d’un chameau, c'est-à-dire que son milieu doit être plus élevé que ses extrémités, elle doit être bombée. Et c’est cette partie bombée qui ne doit pas être supérieure à un empan.
La preuve est le hadith de Sofiane At-timâr qui dit : « J’ai vu la tombe du prophète étant mousanama. » (rapporté par Al Boukhari)


3 • Distiguer la tombe en y mettant des pierres ou des choses semblable :

Ceci afin de pouvoir enterrer les proches de ce défunt à coté de lui et pour cela il faut que la tombe soit reconnue.
La preuve est le hadith de Al Moutalib Ibnou Abi Wadâ3a qui dit : « Lorsque Outhman Ibn Madh3oun a été enterré, le prophète a ordonner a un homme d’apporter une pierre. Mais l’homme n’a pas pu prendre cette pierre, et le prophète s’est levé pour aller la prendre, il a retroussé ses manches et a laissé paraitre ses avants bras. » Al Moutalib a ajouté : « Et celui qui m’a informé de cela au sujet du prophète a dit : « Je regarder la blancheur des avants bras du prophète lorsqu’il les a découvert. » Puis le prophète a pris cette pierre et l'a déposé au niveau de la tête (du défunt) sur la tombe. Et il a dit : « Avec cette pierre, je reconnaitrais la tombe de mon frère et j’enterrerais à ses cotés ceux de ma famille qui mourront. » » (rapporté par Abou Dawoud)

" Outhman Ibn Madh3oun " : c'est le frère de lait du prophète :swas.

" l’homme n’a pas pu prendre cette pierre " : car elle était trop lourde et trop grosse.


4 • Invoquer pour le défunt :

Il est bon de se positionner debout au niveau de la tombe et d’invoquer en faveur du défunt, de demander à Allah de le raffermir, de lui pardonner et d’ordonner à ceux qui sont présents de faire de même.
Selon 'Outhman ibnou 3Afân : « Lorsque le prophète terminait d’enterrer un mort, il se positionnait au niveau de la tombe et disait : « Demandez le pardon à votre frère et demandez également qu’il soit raffermi dans ses paroles, car il est, en ce moment même, en train d’être questionné. » » (rapporté par Abou Dawoud)

Et il est autoriser de s’assoir au niveau de la tombe au moment de l’enterrement pour faire un rappel sur la mort à ceux qui sont présent.
Et il n'est pas permis de s'assoir lorsqu'on attends le défunt au cimetière et lorsqu'on suit le cortège, car le prophète a dit : « Lorsque vous suivez un cortège funèbre, ne vous asseyez pas jusqu'à ce que le défunt soit posé à terre. »
Dans d’autres versions : « ...jusqu'à ce qu’il soit enterré. » (mais la version la plus authentique est la précédente).

Donc la preuve de cette permission est le hadith de Al Barâ Ibn Âzîb qui est un hadith très long dans lequel le Prophète décrit de façon très détaillée ce qui attend chacun d'entre nous lorsque son âme quitte son corps.



Les délices et châtiments de la tombe :

L'imam Ahmed rapporte, d'après Al-Barâ ibn Âzib , qu'il a dit : « Nous sommes sortis vers Baqi' (le cimetière de Médine), (un jour) à l'occasion d'un enterrement, en compagnie du Prophète . Lorsque nous arrivâmes, la tombe n'était pas encore creusée. Le Prophète s'assit et nous nous assîmes autour de lui, (nous étions tellement silencieux et tranquilles que c'était) comme s'il y avait des oiseaux sur nos têtes. Il avait un bâton dans sa main qu'il utilisait pour gratter la terre. Il leva alors la tête et dit, en deux ou trois fois : « Demandez la protection d'Allah contre le châtiment de la tombe. »

Puis il dit : « Le serviteur croyant, lorsqu'il est sur le point de quitter ce monde et de passer dans l'Autre (Al Âkhirah), des anges au visage resplendissant descendent du ciel – c'est comme si leur visage était un véritable soleil - , emportant avec eux un linceul et du parfum provenant du Paradis. Ils s'asseyent avec lui (et ils sont tellement nombreux qu'ils arrivent) jusqu'où porte le regard. Puis, vient l'ange de la mort qui s'assoit auprès de sa tête et dit : « Ô âme pure ! Sors et viens rejoindre un pardon et un agrément venant d'Allah. »
Le Prophète ajouta: « Elle (l'âme) s'écoule et sort alors aisément comme la goutte coule de l'outre. (L'ange de la mort) la saisit ; (mais) dès qu'il l'a prise, (les autres anges présents) ne la laisse pas entre ses mains un instant ; ils la portent à leur tour et la posent dans le linceul et la parfument. Emane alors d'elle (un parfum comparable) à la meilleure flagrance de musc qui puisse être trouvée sur terre. Ils (les anges concernés) montent alors en l'emportant. Ils ne passent en sa compagnie auprès d'aucun groupe d'anges sans que ceux-ci ne s'enquièrent: "Quelle est donc cette âme pure ?" Ils répondent alors : « (C'est celle de) Un tel, fils d'untel", et ils la nomment en citant les plus beaux prénoms par lesquels on le désignait dans ce monde, jusqu'à ce qu'ils arrivent avec elle au ciel le plus proche. Ils demandent la permission d'entrer et celle-ci leur est accordée. L'accueillent alors ceux qui vont la conduire au ciel suivant, jusqu'à ce qu'elle parvienne au septième ciel. Allah dit : "Consignez le Livre de mon serviteur dans le 'illiyîn (au sujet duquel le Qour'aane dit qu'il s'agit d' un livre cacheté ! Les rapprochés (d'Allah : les Anges) en témoignent ", c'est à dire le Livre des bons serviteurs…) et retournez le vers la terre, parce que c'est d'elle que je les ai créé, c'est vers elle que je les retourne, et c'est d'elle que je les retirerai une nouvelle fois" »
Il continua : « Son âme est donc ramené à son corps. Deux anges viennent alors, le font s'asseoir et lui demandent : "Qui est ton seigneur ?" Il répond : "Mon Seigneur est Allah." Il lui demandent ensuite : "Quelle est ta religion ?" Il réplique : "Mon dîn est l'Islam". Il le questionnent encore : "Qui est cet homme qui a été envoyé vers vous ?" Il dit : " Il est le Messager d'Allah." Il lui demandent enfin : "Et (d'où tiens-tu) ta connaissance (au sujet de ce que tu affirmes) ? " Il réplique : " J'ai lu le Livre d'Allah, j'ai apporté foi en lui et j'ai attesté de sa véracité." Un appel est alors lancé du ciel : "Mon Serviteur a dit la vérité. Tapissez donc le Paradis pour lui, habillez-le de vêtements du Paradis et ouvrez lui une porte celle-ci." Lui parviennent alors sa brise et son parfum ; sa tombe est élargie jusqu’où porte le regard. »
Il ajouta : « Et un homme au beau visage, bien habillé et parfumé vient auprès de lui et lui dit : "Accepte la bonne nouvelle qui va te réjouir: Voici le jour qui t’avait été promis." Il (le défunt) lui dit alors : "Qui es-tu ? Ton visage est celui (de la personne) qui apporte le bien." Il répondra : "Je suis (la matérialisation de) tes bonnes œuvres." Il (le défunt) demandera alors: "Ô mon Seigneur ! Fais survenir l’Heure (dernière), afin que je puisse retourner auprès de ma famille et de mes biens." »

Le Prophète dit (ensuite) : « Et le serviteur kâfir, lorsqu’il est sur le point de quitter ce monde et de passer dans l'Autre, des anges au visage noirci descendent du ciel vers lui avec de la bure. Ils s'asseyent avec lui (et ils sont tellement nombreux qu'ils arrivent) jusqu'où porte le regard. Puis, vient l'ange de la mort (malak oul mawt) qui s'assoit auprès de sa tête et dit : "Ô âme répugnante ! Sors vers la colère et le mécontentement d’Allah." L’âme se répand alors partout dans son corps et il l’arrache comme on arrache une broche de la laine trempée. Il la saisit ; (mais) dès qu'il l'a prise, (les autres anges présents) ne la laisse pas entre ses mains un instant; ils la portent à leur tour et la posent dans cette bure. Emane alors d'elle (une puanteur comparable) à la pire pestilence d'un cadavre qui puisse être trouvée sur terre. Ils (les anges concernés) montent alors en l'emportant. Ils ne passent en sa compagnie auprès d'aucun groupe d'anges sans que ceux-ci ne s'enquièrent : "Quelle est donc cette âme répugnante ?" Ils répondent alors : "(C'est celle de) Un tel, fils d'untel", et ils la nomment en citant les pires prénoms par lesquels on le désignait dans ce monde, jusqu'à ce qu'ils arrivent avec elle au ciel le plus proche. Ils demandent la permission d'entrer et celle-ci leur est refusée. Le Prophète récita alors : "(…) les portes du ciel ne leur seront pas ouvertes, et ils n'entreront au Paradis que quand le chameau pénètre dans le chas de l'aiguille." (Sourate 7 / Verset 40)
Allah dit : "Consignez Son Livre dans le sidjîn (au sujet duquel le Qour'aane dit qu'il s'agit d' "un livre déjà cacheté (achevé)", le Livre des libertins…) dans la terre inférieure (ou profonde)." Son âme est alors jetée – puis le Prophète récita : "(…) car quiconque associe à Allah, c'est comme s'il tombait du haut du ciel et que les oiseaux le happaient, ou que le vent le précipitait dans un abîme très profond." (Sourate 22 / Verset 31)
Son âme est donc ramenée à son corps et deux anges viennent alors, le font s'asseoir et lui demandent : "Qui est ton seigneur ?" Il répond : "Ah ! Ah ! Je ne sais pas…" Il lui demandent ensuite : "Quelle est ta religion ?" Il réplique : "Ah ! Ah ! Je ne sais pas…". Il le questionnent encore : "Qui est cet homme qui a été envoyé vers vous ?" Il dit : "Ah ! Ah ! Je ne sais pas..." Un appel est alors lancé du ciel : " Il a menti. Tapissez donc l'Enfer pour lui et ouvrez lui une porte vers le Feu." Lui parviennent alors (les effets de) sa chaleur et son vent brûlant; sa tombe se rétrécit sur lui au point où ses côtes se retrouvent emboîtés (les uns dans les autres). Un homme au visage laid, mal vêtu et puant vient auprès de lui et lui dit : "Accepte la nouvelle qui va te déplaire: Voici le jour qui t’avait été promis." Il (le défunt) lui dira alors : "Qui es-tu ? Ton visage est celui (de la personne) qui apporte le mal." Il répondra : "Je suis (la matérialisation de) tes œuvres malsaines." Il (le défunt) demandera alors : "Ô mon Seigneur ! Ne fais pas survenir l’Heure (dernière, et ce, apparemment, afin qu'il ne soit pas jugé définitivement et qu'il n'ait pas à supporter des tourments encore plus terribles.)" »



Dans la version d'Abou Daoud il est dit : " Puis on lui affectera un ange aveugle, muet et sourd, et dans la main de cette ange il y aura une matraque si il frappait avec une montagne elle serait réduit en poussière. Et il le frappera une seul fois et il sera réduit en poussière puis Allah remettra son corps dans son état initiale et il le frappera encore et cet homme hurlera dans sa tombe et tout le monde l’entendra sauf les hommes et les djinns. "

"un ange aveugle sourd et muet " : car c’est la pire des compagnies et parce qu’il frappera sans voir ni entendre les cris de cet homme. Ainsi il n’aura pas de compassion pour cet homme pervers et il ne pourra pas l’aider en lui parlant.