Cours n°6 : Chapitre des choses préférables durant les ablutions - Ce qui annule les ablutions

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  25 Novembre 2011, 22:55  -  #SCIENCES ISLAMIQUES

ablutions-sounna-preferables-annule-annulation.png


Petit rappel et résumé du cours précèdant :

La semaine dernière on avait commencé le chapitre des ablutions.

On avait cité la description des ablutions faites par 3Othmân, que Dieu soit satisfait de lui, dans le hadîth authentique rapporté par Al Bukhârî & Muslim.

On avait commencé par parler des conditions des ablutions, quelles sont les conditions que l’on avait citées ?

Les Conditions :

El niyya (l’intention) : c’est la première chose et on avait dit qu’il n’était pas légiféré de la prononcer avec la langue.

At.Tasmiya : Le fait de dire « BismiLlâh ».
Le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit : « Il n’y a pas de prière pour celui qui n’a pas ses ablutions, pas de prière pour celui qui n’a pas ses ablutions et pas d’ablutions pour celui qui n’a pas prononcé le nom d’ALlâh avant ».

El Muala : le fait de ne pas laisser un laps de temps trop long entre les ablutions lors du lavage des membres.



Les savants disent que la différence entre les conditions et les obligations est que les conditions sont externes à El Wudhu. Elles ne font pas parties « internes » des ablutions, ce sont des choses extérieures aux ablutions, comme el Muala, la Tasmiya et l’intention sont des choses qui sont extérieures à El Wudhu. Ce n’est pas propre à la façon de faire les ablutions.


Les Obligations :

Les savants disent concernant les obligations, que celui qui délaisse une des obligations : ses ablutions ne sont pas acceptées.
Et si les ablutions ne sont pas acceptées, qu’est ce qui en découle derrière ? Que la prière n’est pas acceptée non plus.

Donc quelles sont les obligations des ablutions ?

La première : Laver le visage et parmi le visage il y a la bouche et le nez (El Madh.Madha & El Instinshaq)

Quelle est la preuve qu’El Madh.Madha & El Instinshaq font partie des ablutions ? Le Prophète (salât alayhi wa salam) ne les a jamais délaissées dans ses ablutions. Il y a également ce hadîth :
« Lorsque du fais el Wudhu, fais la Madh.Madha (laves ta bouche) »
Et d’autres ahadîth où le Prophète (salât alayhi wa salam) :
« Lorsque l’un d’entre vous fait ses ablutions, qu’il introduise de l’eau dans son nez puis qu’il la ressorte ».

Les savants ont défini le visage. Quant à sa largeur, c’est entre les oreilles. Et la longueur du visage, les shouyoukh ont dit (et parmi eux sheykh Al Uthaymîn, rahimahuLlâh), que c’est du début du front jusqu’en dessous de la barbe pour les hommes. C'est-à-dire que même le dessous de la barbe fait parti du visage.

Pourquoi ? Parce que el Wadj en arabe, c’est la chose avec laquelle l’être humain fait face. Tout ce qu’une personne voit en face d’elle c’est un visage. Et elle voit le bout de ta barbe.

Les savants ont dit : « Pourquoi le début du front et pas de là où poussent tes cheveux ? Parce que pour certains, leurs cheveux poussent au milieu de leur front et d’autres une calvitie donc on ne peut pas parler de la fin des cheveux, on part de la limite du front jusqu’au dessous de la barbe ».

Tout cela c’est le visage.


La Deuxième : Laver les mains jusqu’aux coudes.

On avait dit que les coudes étaient compris dedans.
Les savants disent : « De laver les mains jusqu’aux coudes : c'est-à-dire du bout des doigts jusqu’aux coudes».
Et d’autres savants ont rajouté, comme sheykh Shafi3î, rahimahuLlâh, (6 :33) : « De laver les mains, du bout des doigts jusqu’aux coudes en lavant entre les doigts. Celui qui ne lave pas entre ses doigts, il n’est pas considéré comme avoir lavé ses mains »


La Troisième : D’essuyer la tête.

On cité le hadîth du Prophète (salât alayhi wa salam) qui dit que : «Les oreilles font parties de la tête ».
Les savants ont défini la tête en disant : « La largeur, c’est entre l’oreille et l’oreille. Et concernant la longueur c’est entre le début des cheveux jusqu’à El Qafa (7 :21) la fin des cheveux». (Jusqu’au dessus du cou, où poussent les cheveux derrière).
Ca c’est Ar.Rass. Et Les savants ont dit : « El Bayad qu’il y a entre les cheveux et les oreilles, derrière, fait partie de rass ». (7 : 32)

La partie de derrière où il n’y a pas de cheveux qui poussent vers les oreilles, fait partie de Rass.

Donc l’homme et la femme doivent essuyer la tête.
Lorsque le Prophète (salât alayhi wa salam) essuyait sa tête, il prenait ses deux mains et celui qui a rapporté les ablutions du prophète (salât alayhi wa salam) a dit : « Il est parti avec ses mains en arrière puis est revenu».

Les savants ont dit : « La Hikma (la sagesse) de ça c’est que les cheveux qui sont sur le dessus de la tête sont dans un sens, et les cheveux qui sont dans l’autre, sont dans l’autre sens. Lorsque tu fais ça, tu as à la fois essuyé le dessus des cheveux et l’intérieur des cheveux. C’est ça la Hikma de faire un aller et un retour.»

On soulève les cheveux dessus et on aplatit les cheveux de derrière. Quand on revient, on soulève les cheveux de derrière et on aplatit ceux de devant.

Quant aux femmes, les savants disent : « Les femmes se plaignent de cela ».

Faire un aller ne pose pas de problème, mais c’est de revenir.
Ils disent que pour remédier à ce problème, il ne faut pas appuyer sur les cheveux, il suffit de les toucher très légèrement. (Essuyer ses cheveux très légèrement en faisant un aller et un retour).

Ca fait mal aux femmes et ça nuit à leurs cheveux.

Et concernant les femmes, les savants ont dit (et parmi eux sheykh Al Uthaymîn, rahimahuLlâh) : « Tous les cheveux qui dépassent de l’endroit où ils poussent (à la base de la tête, en bas, au dessus du cou) …»

Les savants différencient la base où poussent les cheveux et le bout des cheveux.

Concernant la femme, ce qui lui est obligatoire d’essuyer c’est la racine (la base) des cheveux.

Si une femme a les cheveux jusqu’aux épaules, qu’est ce qu’elle fait ? Est-ce qu’elle doit essuyer ses cheveux jusqu’aux épaules ou elle se contente uniquement d’essuyer sa tête jusqu’à l’endroit, à peu près, où ses cheveux poussent ?

Les savants disent que la femme n’est pas obligée d’essuyer ses cheveux jusqu’au bout.

D’autres savants ont dit : « D’accord. Pourquoi est ce que vous différenciez entre la femme qui n’est pas obligée d’essuyer jusqu’au bout, que le bout des cheveux ne fait pas parti de la tête et le bout de la barbe fait partie du visage ? »

D’un côté vous dites : « Le bout des cheveux ne fait pas parti de la tête » et d’un autre côté vous dites : « Le bout de la barbe fait parti du visage».

Les savants ont répondu tout simplement que El Wadj, en arabe, c’est ce qui fait face ; ce dont la personne fait face. Et dans ce dont la personne fait face, il y a la barbe.

Ar.Rass, c’est l’endroit où poussent les cheveux, du dessus de la tête et du dessous. Tout l’endroit où poussent les cheveux s’appellent Ar.Rass.

Les savants ont rajouté un autre plus en disant : « Où ils poussent mais en temps normal »

Parce que vous allez trouver des personnes dont les cheveux poussent dans le cou. Il y a des personnes qui sont malades, qui sont poilues...

Ensuite parmi les obligations que l’auteur a aussi cité :

La Quatrième : Frictionner la barbe pour l’homme.

On avait dit que l’auteur, ainsi que sheykh Al Albâny, rahimahuLlâh, considéraient que c’était une obligation pour l’homme de frictionner sa barbe. Et quant aux obligations, celui qui ne la frictionne pas, ses ablutions sont annulées, elles ne sont pas acceptées.

On avait cité que de nombreux savants, parmi eux sheykh Ibn Bâz, Ibn Al Uthaymîn et d’autres, disent que de frictionner la barbe n’est pas obligatoire.

Il est préférable pour celui qui a une barbe fine, c'est-à-dire qui laisse apparaître la couleur de la peau, si une personne a une barbe fine, il ne lui est pas obligatoire de la frictionner. Quant à celui qui a une barbe touffue, qui ne laisse pas apparaître la couleur de son visage, celui-ci doit frictionner sa barbe.


La Cinquième : Laver entre les doigts.

Que ce soient les doigts de la main ou ceux des orteils.
D’autres savants ont dit : « Non, ce n’est pas obligatoire, c’est seulement préférable».

La plupart des savants disent que c’est préférable, mais l’auteur du livre utilise un des ahadîth du prophète (salât alayhi wa salam) lorsqu’il ordonne à un de ses Compagnons de laver entre ses doigts. (De la main et des orteils).


La Sixième : Laver les pieds jusqu'au cheville.

Laver les pieds fait aussi partie des obligations des ablutions. De laver les pieds jusqu’aux chevilles inclues. Et les chevilles, c’est l’os qui dépasse sur le côté extérieur et non pas comme l’ont dit les chiites, pour eux la cheville c’est ce qui dépasse du pied (la petite
bosse qu’il y a sur le pied).

Les savants ont dit, et parmi Ibn Kathir dans son tafsir : « Les chiites ont contredit les musulmans dans le fait de laver les pieds dans trois choses :
• La première : Ils ont dit que la cheville c’est l’os au dessus du pied. (14 :56 à peur près)
• La deuxième : c’est qu’il ne faut pas laver le pied mais seulement l’essuyer.
• Et la troisième chose : ils ne considèrent pas l’autorisation d’essuyer sur les chaussettes ».


Alors que celui qui a rapporté le hadîth où le Prophète (salât alayhi wa salam) a essuyé sur ses chaussettes c’est 3Ali, que Dieu soit satisfait de lui.

Les savants ont dit : « Les chiites se sont égarés dans trois choses au niveau de laver les pieds » C’est ce que je viens de vous cité.

Donc ça c’était les obligations des ablutions.


Quelques détails supplémentaires :

- Rentrer les doight dans la bouche lors du lavage :

Concernant le fait de rentrer le doigt dans la bouche lors du Madh.Madha, je n’ai pas trouvé de réponse à ce sujet car les savants n’en parlent pas parce que ce qu’ils connaissent d’El Madh.Madha c’est de rentrer l’eau dans la bouche, de la faire bouger à l’intérieur et de la faire ressortir, c’est ça El Madh.Madha.
Dans aucun hadîth il n’a été cité que le Prophète (salât alayhi wa salam) a rentré son doigt dans la bouche.

Une question a laquelle a répondu sheykh Al ‘Uthaymîn concernant EL Instinshaq en rentrant son doigt dans le nez, il a dit non.

On peut comprendre aussi d’El Madh.Madha qu’il n’est pas légiféré, qu’il ne fait pas partie de la sunna de rentrer son doigt pour laver sa bouche.


- Essuyer sur le turban ou sur le Khimar :

Concernant le fait d’essuyer sur el 3imama (16 :36), un frère avait posé la question sur le fait d’essuyer sur la chachiya : les savants disent que ce n’est pas autorisé. C’est quelque chose de facile à enlever. El 3imama (le turban) est une chose difficile à enlever et le Prophète (salât alayhi wa salam) nous a autorisés d’essuyer dessus car il est difficile de l’enlever. Même le voile que les saoudiens mettent, cela n’est pas autorisé d’essuyer dessus.
Pour les femmes, il y a un autre avis. Les savants disent qu’il est autorisé pour la femme d’essuyer sur Al Khimar. Mais beaucoup de gens ne connaissent pas la définition d’AL Khimar.

El Khimar, en arabe c’est ce qui recouvre la tête.

Ce qui est connu des gens en France c’est que lorsque l’on dit Khimar c’est la femme qui couvre son visage.
Non, EL Khimar c’est ce qui couvre la tête d’où l’appellation El Khamr (17 :58) quand on parle du vin, les savants disent : « Car il recouvre la raison».

Une personne qui boit trop d’alcool devient soule, elle n’a plus de raison et les savants disent que c’est pour cela que ça a été appelé « El Khamr ».

Les savants ont dit : « Il est autorisé à la femme d’essuyer sur EL Khimar»

Quelle est la preuve ? Car il y a une preuve dans les ahadîth du Prophète (salât alayhi wa salam). La preuve est un hadîth rapporté dans le sahih de Muslim où un des Compagnons dit que le Prophète (salât alayhi wa salam) a essuyé sur el Khufayyn (les savants disent que EL Khufayyn (18 :42) c’est ce qui couvre le pied, qui est en cuir, tout ce qui est en cuir et qui couvre le pied s’appelle en Islâm « El Khufr ») et sur le Khimar.

Dans ce hadîth on comprend que el Khimar c’est el 3Imama.
Tout cela pour prouver que EL Khimar c’est ce qui couvre la tête.

Donc les savants ont dit : « Il est autorisé à la femme d’essuyer sur EL Khimar (donc le voile qu’elle met pour couvrir sa tête) lorsqu’elle en éprouve le besoin.»

Sheykh Al ‘Uthaymîn dit : « La base c’est qu’elle n’essuie pas dessus sauf si elle en éprouve le besoin (si elle est en voyage par exemple et qu’elle ne peut pas se découvrir devant tout le monde), elle passe sur son khimar ».

Et lorsqu’il fait très froid, il est autorisé à la femme d’essuyer sur son khimar, sur le voile qui couvre sa tête.

L’avis le plus juste est que la femme est autorisée à l’essuyer sur El Khimar sans que les conditions sur les chaussettes soient respectées. (C’est l’avis de sheykh Al ‘Uthaymîn et d’autres).

- Se laver les mains en se réveillant :

Concernant le fait de laver les mains en se réveillant. On avait parlé de ça : de se laver les mains après le réveil.

Les savants ont dit et parmi eux, sheykh AL ‘Uthaymîn, rahimahuLlâh, qu’il y a un hadîth du Prophète (salât alayhi wa salam) qui dit :
« Lorsque l’un d’entre vous se réveille, qu’il se lave les mains trois fois car il ne sait pas où elles ont dormi».

Sheykh Al ‘Uthaymîn a une explication très pointilleuse et il l’a prise de sheykh Al Islâm Ibn Taymiyya c’est une chose que j’ai apprise entre temps, je ne le savais pas la semaine dernière.

Sheykh Al ‘Uthaymîn dit que le Prophète (salât alayhi wa salam) a ordonné de nous laver les mains trois fois en nous réveillant, il dit : « Tout d’abord ça c’est en se réveillant du sommeil de la nuit, pas du sommeil du jour ».

Il dit aussi : « A notre époque, une personne qui dort bien habillée, on ne peut pas dire que lorsqu’elle dort ses mains sont sales ».

Or on avait parlé de la saleté lors des cours précédent : pour qu’une eau soit sale, il faut que ce soit son goût, sa couleur ou son odeur change. Une personne qui se réveille la nuit et se lave les mains, supposons qu’elle rentre ses mains dans le récipient où elle va faire ses ablutions. Est-ce que l’eau va changer de couleur ? Est ce qu’elle va changer d’odeur ? Est-ce qu’elle va changer de goût ? Non.

Donc sheykh AL ‘Uthaymîn dit que, lui, il considère qu’une personne qui se réveille le matin, qui a dormi la nuit, entre ses mains dans le récipient, l’eau ne devient pas impure mais il a fait une chose qui est interdite parce que le Prophète (salât alayhi wa salam) nous a ordonné de nous laver trois fois les mains.

Ensuite la question qui vient toute seule : Pourquoi se laver les mains si ça ne salit pas l’eau ? On comprend de ce hadîth de ne pas rentrer les mains, pourquoi ? Parce que ça va salir l’eau. ?

Les savants ont expliqué en disant que c’est une chose ghaybiya. Elle entre dans le cadre de l’invible. Pourquoi ? ALlâhu Oualem.
On lave nos mains car le Prophète (salât alayhi wa salam) nous a ordonné de nous laver les mains même si elles sont propres. Il n’y a pas de saleté apparente dessus.

Il y a une autre explication du Sheykh Ibn Al Taymiyya (et là on voit le fiqh des savants). Sheykh Al Islâm Ibn Taymiyya dit : « Car le shaytan s’est amusé avec les mains».

Il a cité une preuve parmi les ahadîth du Prophète (salât alayhi wa salam) qui dit (rapporté par Muslim) :
« Lorsque l’un d’entre vous se réveille, qu’il lave trois fois ses narines car le Satan a dormi dans ses narines ».

Et Sheykh Al ‘Uthaymîn a dit :
« Est-ce que l’un d’entre nous ressent le fait que shaytan dort dans ses narines ? Non, personne ne le ressent. Mais le Prophète (salât alayhi wa salam) nous a ordonné lorsque l’on se réveille de laver trois fois les narines, de faire trois fois l’instinshaq et l’instinthar malgré le fait que l’on n’a pas senti le diable dormir dans nos narines ».

De même pour le fait de laver les mains en se réveillant. On se lave les mains parce que le Prophète (salât alayhi wa salam) nous l’a dit et nous a dit :
« Il ne sait pas où ses mains ont dormi ».
Et il dit :
« Pourquoi ? Car le shaytan s’est amusé avec les mains ».


Et si le Prophète (salât alayhi wa salam) nous a ordonné de laver nos mains c’est qu’il y a une raison et même si on ne la connait pas, si la saleté on ne la voit pas, comme le fait que le diable a dormi dans nos narines, on ne le sent pas physiquement mais on lave quand même nos narines ; c’est pareil pour les mains.

Les savants ont dit : « Celui qui se réveille le matin, qui a dormi la nuit, s’il fait les ablutions après, le fait de faire l’instinshaq et l’instinthar et de se laver les mains cela suffit. Contrairement aux personnes qui se lèvent dans le milieu de la nuit et qui ne veut pas forcément faire la prière, là on lui dit : « Lave tes mains trois fois et ton nez trois fois».

Mais une personne qui fait les ablutions après, le fait qu’il a lavé ses mains et lavé trois fois son nez pendant les ablutions suffit.
Sheykh Al ‘Uthaymîn et sheykh Al Fawzan disent cela.

Donc ça s’était concernant le chapitre des obligations des ablutions.



Les Sounnah :

1- Le siwak :

2- Laver trois fois les mains au début d’el Wudhu :

Concernant les Sunan, on avait parlé du siwâk. On avait parlé de laver trois fois les mains au début d’el Wudhu qui n’est pas une obligation mais une sunna. C’est de laver le bout des doigts jusqu’aux coudes qui est une obligation.

3- Laver la bouche et le nez avec une seule poignée :

Troisièmement le fait de faire el Madh.Madha, el instinshaq avec une seule poignée. De laver la bouche et le nez avec une seule poignée et trois fois. On avait dit qu’il n’y avait aucun hadîth dans la sunna du Prophète (salât alayhi wa salam) qui stipulait le fait de laver la bouche avec qu’une seule poignée puis de reprendre une poignée et de laver le nez avec. Non, la sunna est de laver avec une seule poignée à la fois la bouche et le nez.
On avait cité la parole de sheykh Al ‘Uthaymîn qui disait :« Celui qui éprouve des difficultés à faire cela, il lui est autorisé de faire une poignée pour la bouche et une poignée pour le nez.»

4- Accentuer l'instinshaq :
Ensuite, quatrièmement, on avait dit que parmi les sunan, c’est d’accentuer dans l’instinshaq sauf quand la personne est en état de jeûne. Donc accentuer lorsque l’on introduit de l’eau dans nos narines.

5- Commencer par la droite :
On avait dit aussi que parmi les sunan, il y avait le fait de commencer par la droite et ensuite la gauche. La main droite puis la main gauche, le bras droit puis le bras gauche, etc.

Citation:
Et là j’ai fait une erreur la semaine dernière concernant le hadîth de 3Aisha, que Dieu soit satisfait d’elle, lorsqu’elle dit :
« Le Prophète (salât alayhi wa salam) aimait commencer par la droite dans toute chose. Lorsqu’il se chaussait, lorsqu’il se peignait, lorsqu’il se lavait et dans tout ses circonstances ».
Je vous avais dit que « Dans toutes ces circonstances», il ne fallait pas le prendre dans sa globalité parce qu’il y a des cas où le Prophète (salât alayhi wa salam) commence par la gauche. Et je vous avais dit que le Prophète (salât alayhi wa salam) avait dit que lorsque l’on rentre dans l’endroit où l’on fait ses besoins, de commencer par le pied gauche.
Ce n’est pas un hadîth (le faite rentrer aux toilettes avec le pied gauche), c’est une erreur de ma part. Ce que je voulais dire c’est qu’il y a un hadîth du Prophète (salât alayhi wa salam) qui interdit de faire El Instinja avec la main droite (on avait vu ce hadîth). Le Prophète (salât alayhi wa salam) a interdit de faire El Instinja (de laver ses parties intimes) avec sa main droite, autrement dit de laver avec la main gauche.

Donc cela prouve que le hadîth de 3Aisha qui dit « Dans toutes ses circonstances», il ne faut pas le prendre dans sa globalité car il y a des circonstances où le prophète (salât alayhi wa salam) utilise sa main gauche.

Quant au fait de rentrer aux toilettes en commençant par le pied gauche, il n’y a pas de hadîth à ce sujet. Les savants ont dit :
« Le Prophète (salât alayhi wa salam) commençait par la droite pour faire les bonnes choses et il commençait par la gauche pour les choses qui sont répugnantes ou désagréables».


6- Ad-delk :
On avait aussi parlé d’Ad.Delk, le fait de frotter avec sa main le membre que l’on lave pendant les ablutions. Ad.Delk, c’était une sunna, de frotter. Ce qui était obligatoire, c’est que l’eau recouvre le membre.

Par rapport à El Ghusl Al Janaba (le grand lavage) les savants disent : «Si tu as l’intention de faire le grand lavage, tu plonges dans la mer, tu en ressors, tu fais l’instinshaq et el Madh.Madha»

Parce que dans la condition du grand lavage c’est que l’eau atteigne toutes les parties de ton corps, même la bouche et le nez.
Donc une personne qui a l’intention de faire le grand lavage, plonge dans l’eau entièrement et fait el madh.madha et el instinshaq, c’est bon elle est pure, elle peut faire sa prière.

7- Laver 3 fois :
Ensuite : De laver trois fois ou bien deux fois ou bien une fois. Tout cela est rapporté dans la sunna du Prophète (salât alayhi wa salam)
Des savants rajoutent, parmi eux sheykh Al Uthaymîn, rahimahullah, qu’il est aussi autorisé de mélanger : de laver un membre une fois, l’autre deux, puis l’autre 3 fois, le suivant d’après une fois et ainsi de suite. Il est aussi autorisé de mélanger le nombre.
On avait aussi dit qu’il était préférable d’essuyer de temps en temps la tête trois fois comme ça a été rapporté du Prophète (salât alayhi wa salam).

8- L'ordre :
On avait aussi parlé de l’ordre qui était une sunna et non une obligation et on avait parlé de la du3a à dire après les ablutions.
On avait cité : «J’atteste qu’il n’y a point de divinité qu’Allah l’Unique qui n’a point d’associé et j’atteste que Muhammad est Son serviteur et Son Messager. »

Et le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit :
« Si l’un d’entre vous fait ses ablutions et les fait de la meilleure des façons puis dit à la fin de ses ablutions : « J’atteste qu’il n’y a point de divinité qu’Allah l’Unique qui n’a point d’associé et j’atteste que Muhammad est Son serviteur et Son Messager. » Les huit portes du Paradis lui seront ouvertes et il rentrera par celle qu’il désire.»

9- Les invocations lors des ablution :
On avait également cité qu’il n’y avait aucune invocation authentique à dire pendant les ablutions. C’est une règle et il faut la considérer comme telle.

Toute invocation que l’on vous rapporte à dire durant les ablutions, sachez qu’il est faible ou mensonger.

10- Prier 2 raka' après les ablutions :
Parmi les choses préférables après les ablutions, c’est de prier deux raka’at. La preuve est le hadîth de Othmân, que Dieu soit satisfait de lui, quand il a décrit les ablutions du Prophète (salât alahy wa salam). Il a dit : « Et le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit :
« Celui qui fait ses ablutions comme je viens de le faire, puis fait deux raka’at sans parler à lui-même (c'est-à-dire que son esprit ne soit pas préoccupé par les choses de cette vie d’ici bas), ALlâh Subhana Wa Ta3Al lui pardonnera ses péchés antérieurs (ses petits péchés)».


La preuve est aussi le hadîth rapporté par Abû Hurayra qui dit que le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit à Bilal lors de la salât du matin :
« O Bilal ! Informe toi de l’acte que tu fais et dont tu espères le plus de récompenses en Islâm car j’ai entendu le bruit de tes chaussures au Paradis ». Et Bilal, que Dieu soit satisfait de lui, a dit : « Je n’ai jamais fait l’acte que je fais et dont j’espère le plus d’être récompensé, c’est qu’à chaque que je fais mes ablutions, que ce soit la nuit ou le jour, je prie après ces ablutions de raka’at. Je prie ce qu’ALlâh Subhana Wa Ta3Ala m’a autorisé à prier»

Les savants ont cité beaucoup de choses à retenir de ce hadîth. Parmi ces choses, c’est que Bilal, que Dieu soit satisfait de lui, fait parti des gens du Paradis. C’est une preuve. Et ceux qui sont au Paradis et qui ont été informés qu’ils feraient partis du Paradis, il n’y a pas seulement les dix que le Prophète (salât alayhi wa salam) cite dans le hadîth des 10 :
« Abû Bakr fil jannah, Omar fil Jannah, Othmân fil Jannah, 3Ali fil Jannah, ….»

Il n’y a pas que ces dix là, il y en a d’autre, comme Bilal. La preuve est ce hadîth. Et parmi les choses que les savants retiennent de ce hadîth c’est qu’il est autorisé à toute heure lorsque la prière a une cause, c'est-à-dire ici en l’occurrence lorsque la personne fait ses ablutions, il lui est autorisé de faire deux raka’at après quelle que soit l’heure de la journée, même si ce sont des horaires où il a été rapporté qu’il est déconseillé de prier pendant.

Donc ça c’étaient les sunnan d’el wudhu.

Le sheykh va ensuite parler de ce qui annule les ablutions.



Ce qui annule les ablutions



1- La première qui annule les ablutions : c’est tout ce qui sort des deux orifices, de devant et de derrière.

Dans ce sujet, il n’y a pas lieu d’avoir honte car ALlâh Subhana Wa Ta3Ala n’a pas honte de la vérité. Même si ce sont des choses intimes et que la personne est gênée de les dire, en Islâm, il n’y a pas de gêne lorsqu’il s’agit d’apprendre sa religion.

Il y a des femmes des Compagnons, que Dieu soient satisfait d’eux, qui sont venues poser des questions au Prophète (salât alayhi wa salam) que les femmes de maintenant n’oseraient jamais demander.

On verra inschâ’ALlâh ces ahadîth.

L'urine, l'excrément et le gaz :

Donc on va parler de tout ce qui sort des deux orifices, c'est-à-dire du sexe et de l’anus. Le sheykh dit : « Que ce soit de l’urine, des excréments ou bien des gaz». Tout ce qui sort des deux orifices, que ce soit de l’urine, des excréments ou bien des gaz, cela annule les ablutions.

Et d’autres savants ont dit : « Même s’il y a une autre substance qui sort, cela annule les ablutions.» Par exemple, ceux qui sont malades, qui ont une maladie de l’estomac ou le cancer, ils ont du sang qui sort de leur anus. Les savants disent : « Ce sang là annule les ablutions. Ce ne sont pas des excréments, mais ça annule les ablutions. »

La preuve est la parole d’ALlâh Subhana Wa Ta3Ala dans la sourate Al Ma’idah verset 6 : «5.6. ش croyants ! Lorsque vous vous disposez à faire la salât, faites d’abord vos ablutions en vous lavant le visage et les mains jusqu’aux coudes, en vous passant les mains mouillées sur la tête et en vous lavant les pieds jusqu’aux chevilles. Mais si vous êtes en état d’impureté, lavez-vous tout le corps. Si vous êtes malades ou en voyage, si vous venez de satisfaire vos besoins naturels, si vous avez eu commerce avec des femmes et que vous ne trouviez pas d’eau, faites des ablutions symboliques avec de la terre propre en vous en essuyant le visage et les mains. Dieu n’entend vous imposer aucune gêne, Il veut seulement vous purifier et parachever Ses bienfaits envers vous. Peut-être Lui en serez-vous reconnaissants ?»
[Sourate Al Ma’idah verset 6]

« Si vous venez de satisfaire vos besoins naturels » c-a-d revient où son besoin est sorti d’un des deux orifices, soit de l’urine, des excréments ou bien des gaz.

La preuve dans la sunna est le hadîth raporté par Abû Hurayra où le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit :
« Allâh n’accepte pas la prière de l’un d’entre vous lorsqu’il a al Ahdath (c'est-à-dire lorsque quelque chose d’un des deux orifices) jusqu’à ce qu’il fasse ses ablutions.»

« Ahdatha » : Les savants disent que c’est tout ce qui sort de l’orifice.

Un homme de la ville Hadramut au Yémen, a demandé à Abû Hurayra qui a rapporté ce hadîth : « O Abû Hurayra, qu’est ce qu’El Ahdath ? » Abû Hurayra a répondit : « Fusaun aw durat »
Les savants ont expliqué « Fusaun aw durat », et parmi eux sheykh AL ‘Uthaymîn, rahimahuLlâh a dit : « Fusaun c’est un gaz qui sort sans bruit et Durat, c’est un gaz qui sort en faisant du bruit.».
Les savants ont dit qu’Abû Hurayra a donné cette réponse à titre d’exemple parce que si on ne considère pas la réponse d’Abû Hurayra comme un exemple, on restreint Al Hadath au gaz.

On a dit qu’Al Hadath c’est tout ce qui sort des orifices, que ce soit des excréments, de l’urine ou du gaz.

Lorsqu’Abû Hurayra a répondu à la question : « Qu’est ce qu’el Ahdath ? » => « C’est un gaz qui sort sans bruit ou avec du bruit ». Les savants ont dit qu’Abû Hurayra a répondu pour donner un exemple et non pour donner la définition d’Al Ahdath.


El Madhî et el Wadhî

Parmi les choses qui annulent les ablutions, il y a EL Madhî et El Wadhî.

El Madhî : c’est le liquide qui sort de l’homme ou de la femme, léger, blanc, gluant qui sort du sexe lorsque la personne éprouve du plaisir. La personne peut ne pas ressentir la sécrétion de cette substance.
Les savants disent : « Le Madhî est propre à l’homme comme à la femme».

El Wadhî : C’est le liquide blanc qui sort de l’homme après l’urine. C’est un liquide pâteux, blanc qui sort du sexe de l’homme après qu’il a uriné.

Donc ces deux substances annulent les ablutions.

La preuve est la parole d’Ibn 3Abbâs qui dit : « El Manî (qui est le sperme) c’est celui qui oblige les grandes ablutions, el Madhî et el Wadhî : laves ton sexe et tes testicules et fais tes ablutions comme pour faire la prière (c'est-à-dire les petites ablutions) ». Autrement dit : El Madhî et El Wadhî annulent les ablutions.



2- La deuxième chose qui annule les ablutions : le sommeil profond qui rend la personne inconsciente.

Les savants ont expliqué la définition du sommeil et ils ont fait la différence entre le sommeil et la somnolence.

Ce qui oblige les ablutions est le sommeil et non la somnolence.
Les savants ont dit que le sommeil est lorsqu’une personne dort, elle n’entend pas (ce qu’il y a autour d’elle) et ne comprend pas.
Celui qui somnole, entend des voix autour de lui mais il ne comprend pas, pour lui c’est incompréhensible. Celui qui dort à tel point qu’il n’entend pas et ne comprend pas doit refaire ses ablutions.

La somnolence n’annule pas les ablutions.


Quelle est la preuve dans la sunna du Prophète (salât alayhi wa salam), dans le hadîth où l’on voit que le Prophète (salât alayhi wa salam) a séparé le sommeil de la somnolence ?

La preuve est le hadîth où le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit :
« Lorsque l’un d’entre vous somnole lorsqu’il prie, qu’il dorme jusqu’à ce que le sommeil s’éloigne de lui car l’un d’entre vous, lorsqu’il prie et qu’il est en état de somnolence, il ne sait pas ce qu’il dit car il se peut qu’il croit qu’il dit « AstaghfiruLlâh » alors qu’il s’insulte lui-même ». Hadîth Hassan rapporté par Al Bukhârî.


Maintenant quelle est la preuve que le sommeil annule les ablutions ?

La preuve est le hadîth de Sufyan Ibn Hassan (48 :51 => à vérifier pour le prénom) qui dit que «Le Prophète (salât alayhi wa salam) nous ordonnait lorsqu’on était en voyage de garder nos ghuf (ce qui couvre le pied et qui est en cuir) trois jours et trois nuits (c'est-à-dire 72 heures) sauf lorsque l’un d’entre nous est en état de grande impureté (Janâba). Mais le Prophète (salât alayhi wa salam) nous ordonnait de garder nos ghuf lorsque l’on urinait, lorsque l’on allait faire nos besoins (c'est-à-dire l’urine ou l’excrément) ou lorsque l’on dormait ».

Ici le Compagnon a mis l’urine, les excréments et le sommeil sur le même piédestal. C'est-à-dire que ces trois choses annulent les ablutions mais elles n’obligent pas à enlever ses ghuf, ses chaussettes, c’est autorisé d’essuyer dessus.
Ce qui annule l’essuyage sur les chaussettes c’est Al Janâba, la grande impureté.


Et l’autre preuve que le sommeil annule les ablutions est le hadîth de 3Ali, que Dieu soit satisfait de lui, qui dit que le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit :
« L’œil est le lien du derrière ».

Abû Dâwûd a expliqué le sens de ce hadîth: « Le réveil [lorsque le Prophète (salât alayhi wa salam) a parlé de l’œil, il a parlé du réveil parce qu’une personne qui dort, dort en général les yeux fermés] préserve et surveille le derrière. C'est-à-dire que lorsque tu es réveillée, tu sais ce qui sort de toi ».

Le Prophète (salât alayhi wa salam) a donné une métaphore : lorsque la personne est en état de réveil, elle sait ce qui sort de son corps contrairement à quand elle dort où elle n’a plus la possibilité de vérifier ce qui sort.

Le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit :
« Celui qui dort, qu’il fasse ses ablutions ».



3- La troisième chose qui annule les ablutions : La perte de connaissance

Que ce soit par enivrement ou par maladie car la négligence ou l’oubli dans ce genre de situation sont plus grand que lors du sommeil.

Une personne qui a perdu connaissance est dans un état plus grand, plus profond que le sommeil. Celui qui dort est plus « sur terre » que celui qui a perdu connaissance.


4- La quatrième chose qui annule les ablutions : Celui qui touche son sexe sans obstacle et qui le touche avec plaisir.

La preuve est le hadîth du Prophète (salât alayhi wa salam) qui dit :
« Celui qui touche son pénis, qu’il fasse ses ablutions».

Celui qui touche son sexe sans obstacle : autrement dit celui qui touche son sexe à travers son vêtement, cela n’annule pas les ablutions.

Sans obstacle
Quelle est la preuve que c'est sans obstacle ?
La preuve est le hadîth rapporté par Abû Hurayra où le Prophète (salât alayhi wa salam) dit :
« Celui qui touche avec sa main son sexe sans obstacle, il lui est obligatoire de faire ses ablutions ». Hadîth authentifié par sheykh Al Albâny, rahimahuLlâh.

Donc là on voit que le Prophète (salât alayhi wa salam) a posé comme condition qu’il n’y ait pas d’obstacle.

Que ce soit un homme ou une femme.
Lorsqu’il touche son sexe par plaisir : que ce soit un homme ou une femme, car dans le hadîth là, le Prophète (salât alayhi wa salam) parle de l’homme, mais il y a d’autres ahadîth comme celui rapporté par Ayyûb Al Ansari qui dit que le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit :
« Celui qui touche son sexe, qu’il fasse ses ablutions ».

Avec plaisir
Donc là je vous ai apporté la preuve de celui qui touche sans obstacle, je vous ai ramené la preuve que le hadîth parle à la fois de l’homme et de la femme, maintenant quelle est la preuve qui montre que c’est celui qui touche son sexe avec plaisir ? Autrement dit celui qui touche son sexe sans plaisir, cela n’annule pas ses ablutions.

La preuve est un autre hadîth où un Compagnon a demandé au Prophète (salât alayhi wa salam) :
« Est-ce que je dois faire mes ablutions lorsque je touche mon sexe ? » Le Prophète (salât alayhi wa salam) lui a répondu : N’est-ce pas un membre de ton corps ? »

Donc l’on comprend que c’est comme la main, le pied, le visage et lorsque nous les touchons, cela n’annule pas les ablutions.


Divergence sur le fait de toucher avec plaisir ou non
Donc là on voit qu’il y a une contradiction apparente entre les deux ahadîth du Prophète (salât alayhi wa salam). Et les savants disent qu’il n’y a jamais de contradiction entre les ahadîth du Prophète (salât alayhi wa salam).

Sheykh Al Albâny dit en expliquant ce hadîth : « C’est une partie de toi-même à partir du moment où tu le touches sans plaisir. A partir du moment où tu le touches sans plaisir, là tu as touché ton sexe comme un autre membre de ton corps ».
Ensuite sheykh Al Albâny, rahimahuLlâh, dit : "Car dans ce cas là il est possible de faire ressembler ton sexe à tes autres membres car tu l’as touché sans sensation de plaisir. Contrairement à lorsque tu touches ton sexe avec plaisir, dans ce cas là tu ne peux plus le comparer aux autres membres de ton corps ». (Car on ne touche pas les autres membres de son corps avec plaisir).

Le sexe touché avec plaisir annule les ablutions et le sexe touché sans plaisir n’annule pas les ablutions.

D’autres savants ont dit que le premier hadîth abroge le second. Parmi eux il y a sheykh Ibnu Bâz rahimahuLlâh.
Dans le hadîth, le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit : « Celui qui touche son sexe » c'est-à-dire son sexe à lui et non celui d’autrui. Une femme qui lave son petit enfant et qui lui lave son sexe, qu’est ce qu’on lui dit ? Est-ce qu’on dit qu’elle doit refaire ses ablutions ou non ? Certains savants disent : « Oui, elle doit refaire ses ablutions » et parmi eux, sheykh Al Fawzan rahimahuLlâh. L’avis le plus juste est que la femme qui lave son petit enfant et qui touche son sexe n’a pas à refaire ses ablutions.

Sheykh Al ‘Uthaymîn donne une autre information et dit : « Toucher ses testicules n’annule pas ses ablutions » car le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit : «Celui qui touche son sexe » et non les testicules.

Pourquoi est-ce que toucher son sexe avec plaisir annule les ablutions et le toucher sans plaisir n’annule pas les ablutions ?

Il y a deux ahadîth qui, en apparence, se contredisent.

La première chose à faire que de dire que l’un abroge l’autre, les savants ont dit : « De trouver un terrain d’entente entre les ahadîth prévaut sur le fait de dire que tel hadîth abroge l’autre ».

Donc là en parlant de plaisir et de non plaisir, on arrive à trouver un terrain d’entente entre les deux ahadîth. Il n’y a plus de contradiction lorsque l’on comprend les ahadîth comme ça.
Rassembler les ahadîth est meilleur que de dire que l’un prévaut sur l’autre.


5- La cinquième chose qui annule les ablutions : Consommer de la viande de chameau

La preuve est le hadîth rapporté par *** (65 :48 ) qui dit que le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit :
« Faites vos ablutions après avoir mangé de la viande de chameau et ne faites pas les ablutions lorsque vous mangez la viande de vache, de mouton, de chèvre». Hadîth authentique rapporté par Ibn Majâh et At.Tirmidhî.

Donc dans ce hadîth, le Prophète (salât alayhi wa salam) nous ordonne : « Faites vos ablutions après avoir mangé de la viande de chameau et ne les faites pas après avoir mangé de la viande de vache, de mouton, de chèvre … ».

Et l’autre preuve est le hadîth de Jabîr Ibn Samoura qu’un homme est venu demandé au Prophète (salaât alayhi wa salam) et lui a dit :
« Est-ce que je dois faire mes ablutions après avoir mangé de la viande de vache, de mouton, de chèvre … ?»
Le Prophète (salât alayhi wa salam) lui a répondu : « Si tu veux fais tes ablutions et si tu ne veux pas, ne les fais pas».

Le Prophète (salât alayhi wa salam) lui a donné le choix.

L’homme lui a ensuite demandé : « Est-ce que je dois refaire mes ablutions après avoir consommé de la viande de chameau ? » Le Prophète (salât alayhi wa salam) lui a répondu : « Na3am (oui), fais tes ablutions après avoir consommé de la viande chameau».

A ce sujet, certaines personnes disent que la viande de chameau n’annule pas les ablutions. Ils ont pour preuve une histoire qu’ils disent. Ils disent pourquoi. Parce que ce hadîth « faites vos ablutions après avoir consommé de la viande de chameau », a une cause. La cause est que le Prophète (salât alayhi wa salam) mangeait de la viande de chameau avec ses compagnons, et un de ses compagnons a lâché un gaz alors qu’ils étaient en train de manger. Ils disent que le Prophète (salât alayhi wa salam) a eu honte de lui dire : « Lèves toi et va faire tes ablutions » et qu’il a dit : « Faites vos ablutions après avoir mangé de la viande de chameau » pour que ne soit pas spécifié celui qui a lâché un gaz.

Les savants ont dit que cette histoire est fausse, qu’elle n’a aucune origine dans la sunna du Prophète (salât alayhi wa salam). Le Prophète (salât alayhi wa salam) n’a pas honte de dire « Lèves toi et va faire tes ablutions ». Au contraire, il apprend sa religion, l’Islâm, et quand on enseigne l’Islâm, on se doit d’ordonner le bien et d’interdire le mal.

Le Prophète (salât alayhi wa salam) était sur le minbar, une personne entre pendant la Khutba et s’assoit sans faire deux raka’at. Devant tout le monde, le Prophète (salât alayhi wa salam) lui a dit : « Est-ce que tu as prié » - Il lui a dit : « Non » - Le Prophète (salât alayhi wa salam) lui a dit : « Lèves toi et pries deux raka’at ».

- Fin -