[Fatawas] Les conditions de la zakat

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  5 Septembre 2010, 02:29  -  #LES 5 PILIERS DE L'ISLAM

Les conditions de la zakat


cat31072008190251.jpg

 

Obligation de la zakat pour un jeune ou un vieux

 

Q : Je suis une jeune personne âgée de 17 ans. Je vis avec ma famille et c’est mon père qui se charge de mes dépenses. Je possède une somme d’argent déposée dans une banque islamique ; une année (lunaire) s’est écoulée depuis que je l’ai amassée. Est-elle concernée par la zakat  ? Les intérêts sont-ils concernés par la Zakât ? Est-il vrai que la zakat ne concerne que les adultes ?

 

R : Les biens concernés par la zakat sont : les bêtes, l’or et l’argent, les fruits de la terre (fruits, légumes et grains) et les marchandises destinées à la vente, même si leur propriétaire est jeune.

 

Les biens possédés par les orphelins sont aussi bien concernés par la zakat que ceux des adultes[1], et ce sont leurs tuteurs qui la versent.

 

Les bénéfices des commerces sont concernés aussi par la zakat , même si leur montant n’a pas atteint le seuil minimal (nissâb), tant que le capital l’atteint, lui.

 

 

 

  • Fatwa de cheikh Abdullah ibn ‘Abdir-Rahmân Ibn Jibrîn,
  • Fatâwâ az-Zakât (Fatwas relatives à la Zakât rassemblées par Muhammad al-Musnad), page 10.

 

[1] Seules les personnes non pubères sont considérées comme étant Yatîm (orphelins); passé cet âge, elles ne le sont plus.

 

 

 

Informer l'ayant droit qu'il s'agit de la zakat ?


Q : Lorsqu’une personne sort sa zakat à son ayant droit, doit-il l’informer qu’il s’agit de la zakat ?

R : Si la personne paye sa zakat à son ayant droit, et ce dernier l’a refuse, alors il lui est obligatoire de l’informer, pour qu’il prenne vraiment conscience de ce qu’on lui donne. Dès lors, s’il le souhaite, il peut l’a refuser ou bien l’accepter.

Quant à celui dont l’habitude est de prendre la zakat, et l’accepte, alors il est préférable pour le donneur de ne pas l’informer. Car il y a dans cette information une sorte de rappel, de reproche, et certes Allah le Très-Haut nous dit :

« O ! Les croyants ! N’annulez pas vos aumônes par un rappel ou un tort. »

Sourate 'La vache' verset 264.

  • Fatwa du cheikh ibn al Otheymine tirée de son livre ‘les modalités du paiement de la zakat’

  • Fatwa numéro 377, page 436.

 

 

La zakat pour le dénué de raison et l'enfant

 

Q : Est ce que l'aumône légale (zakat) est obligatoire pour le dénué de raison et l'enfant ?

R: Ce cas fait sujet de divergences entre les savants : certains d'entre eux disent que la zakat sur les biens du dénué de raison et de l'enfant n'est pas obligatoire, puisqu’ils ne font pas parties des gens dont les oeuvres sont prises en compte.

Tandis que d'autres savants ont dit, qu'au contraire, la zakat est obligatoire et ceci est la vérité car la zakat fait partie des droits sur les biens, donc ses possesseurs ne sont pas pris en valeur selon la parole d'Allah le très-haut :

“Prélève de leurs biens une Sadaqa”

( sourate 'le repentir' verset 103)

Ainsi que de la parole du Prophète ( Que la bénédiction d' Allah et le prière soient sur lui ) :

« Informe-les qu'Allah leur a prescrit une charité acquittée par leurs riches en faveur de leurs pauvres. »

La zakat est donc obligatoire sur les biens de l'enfant et du dénué de raison, et la responsabilité incombe au tuteur.

  • Fatwa du cheikh ibn ‘Otheimine tirée de son livre « Les piliers de l’islam »

  • Question numéro 356, page 423.

 

 

La définition du pauvre en Islam


Q : Quelle est la définition du pauvre, en Islam ?

 

R : Il est celui à qui le droit revient de recevoir la zakat car il ne subvient pas à ses besoins, ni à ceux de sa famille, à l’époque ou l'endroit où il vit, et ceci sur une durée de 1 an.


Il est probable que 1000 rials dans une époque représentent une richesse et dans une autre époque ou un autre endroit ne représentent pas une richesse suffisante pour vivre.

 

  • Fatwa du cheikh ibn ‘Otheimine tirée de son livre « Les piliers de l’islam »
  • Question numéro 368, page 431.

 

 

 

Le paiement de la zakat sur un dépôt prêté


Q : J’ai laissé un dépôt chez un homme depuis quatre années, et j’en ai payé la zakat durant trois années, la dernière année j’ai demandé à la personne ce dépôt mais elle ne m’en a rien rendu. M'est-il obligatoire d'en payer la zakat pour la dernière année, ou non ?


R : Le dépôt fait par une personne chez une autre est jugé de la même façon que les biens existants et présents, il lui est obligé d’en payer la zakat sauf s’il en a été empêché ; En effet si le dépôt a été dépensé et que l’homme soit pauvre, tu n’es certes pas obligé d’en payer la zakat car il n’y a pas de zakat sur les dettes existantes chez les pauvres. En revanche après son remboursement tu devras payer la zakat pour une seule année.


Le fait est qu’il est obligatoire au créancier ( prêteur ) de prendre en considération ces gens qui sont dans le besoin, ces pauvres qui sont endettés, et qu’il ne leur demande pas qu’ils s’acquittent de leurs dettes qu’il ne leur revendique pas non plus, car il est certes interdit que la personne dise au pauvre déjà endetté, rends-moi ma dette. Et il est interdit qu’il lui en parle ou bien même, qu’il lui en fasse allusion. Car Allah Le très-haut a dit :

«A celui qui est dans la gêne, accordez un sursis jusqu'à ce qu'il soit dans l'aisance. Mais il est mieux pour vous de faire remise de la dette par charité ! »

(Sourate El-Baquara verset 280).


Il est vraiment très regrettable et très attristant de constater qu’une partie de cette communauté s’assimile aux juifs en pratiquant l’usure et l’intérêt, qu’Allah nous en préserve.


En effet, certaines personnes pratiquent l’usure et l’intérêt et par conséquent, oppriment les gens. Par exemple dès lors que l’échéance d’un prêt fait à un pauvre arrive à terme et que celui-ci ne puisse pas le rembourser, nous nous apercevons que le créancier commence à utiliser des stratagèmes dans le seul but de récupérer son prêt et cela aux dépens du pauvre, en lui prêtant une nouvelle somme d’argent avec un taux d’intérêt plus élevé ou alors en lui disant d’emprunter et donc de s’endetter auprès d’un autre afin de s’acquitter du premier et il remboursera cette dette-ci de la même façon afin de s’acquitter du deuxième et ainsi de suite jusqu’à ce que la dette atteigne les centaines puis les milliers et que les milliers atteignent les centaines de milliers puis les millions et tout cela aux dépens de ce pauvre, détruit et réduit à néant.


Et ceux qui oeuvrent de cette manière et qu’Allah nous en préserve, sont certes ceux qui désobéissent à Allah le Tout Puissant, ceux qui ne le craignent pas et ceux qui n'ont aucune miséricorde et aucune compassion envers ces personnes qui sont dans le besoin. Et il t’est obligatoire dès lors que tu as prêté une somme d’argent à une personne en difficulté, de rester muet et de te taire, de ne pas lui réclamer la dette et de ne pas revendiquer ce qu’il te doit, car en effet si tu fais cela, tu serais certes désobéissant à Allah Le Très Haut, Le Tout Puissant.

  • Fatwa de Cheikh Otheimine tirée du livre ‘les modalités du paiement de la zakat.

  • Question 13, page 25.

source