Infiltré au sein de la communauté musulmane pour le compte des services de renseignement

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  18 Octobre 2012, 20:16  -  #ACTUALITES

direction_des_rg.jpgDes révélations incroyables secouent actuellement la communauté musulmane danoise. Morten Storm, un converti à l’islam d’origine danoise a affirmé qu’il était un agent infiltré, se faisant passer pour un extrémiste dans le but de piéger de jeunes musulmans. Le danois a fourni des preuves, et des détails quant aux missions qu’il a rempli pour la CIA, et les services de renseignement de son pays, le Danemark.


Infiltré au sein de la communauté musulmane pour le compte des services de renseignement


Bien que cela puisse surprendre, c’est l’infiltré en personne, Morten Storm, qui a avoué être un espion pour le compte des Services de renseignement danois (PET) et de la CIA. Dans le cadre de sa mission, il a effectué plusieurs voyages notamment au Yémen.


Indigné par cette pratique d’infiltration d’agent double, Qadir Baksh, président du Centre islamique de Luton a affirmé au journal local mercredi 10 octobre  : « Les services de police et de sécurité veulent que nous leur fassions confiance, alors qu’ils nous envoient des agitateurs au sein de notre communauté afin d’égarer des fidèles ».


Morten Storm a déclaré au quotidien danois Jyllands-Posten qu’il a été recruté par les Services de renseignement danois et la CIA en 2006 dans le but d’espionner et de traquer les extrémistes.


Il a également affirmé qu’il a mené la CIA jusqu’au leader d’Al Qaïda au Yemen, Anwar Al-Awlaqi, assassiné le 30 septembre 2011 après avoir été attaqué par un drone américain.


L’infiltré danois s’était installé à Luton, en Angleterre, en 1999  où il a affirmé à des représentants de la communauté musulmane vouloir mener une nouvelle vie après avoir été dans l’extrémisme. Puis, il a commencé à prôner des idées radicales afin d’attirer des jeunes de manière volontaire.


Selon des membres de la communauté musulmane locale, dont Qadir Baksh, l’infiltré tentait toujours de les pousser à adhérer à ses idées, mais beaucoup le contredisaient. Malheureusement, d’autres tombaient dans le piège du fauteur de trouble.

 « Il courait partout, ici et là, avec son idée corrompue de l’islam, induisant les gens en erreur » ajoute Qadir Baksh. « Nous avons pensé qu’il était probablement surveillé par les services de renseignement ». D’ailleurs, Qadir Baksh, avait rapidement eu des doutes quant à son sujet, mais aucune preuve de son infiltration au service des autorités.

Ces aveux soudains de Morten Storm suscitent toute de même une interrogation sur le but recherché. L’ex-infiltré souhaitait en révélant son passé une reconnaissance de son travail et de ses missions accomplies au cours de ses voyages (ceux au Yémen par exemple), et faire savoir à sa famille que son travail était de lutter contre le terrorisme.


S’infiltrer, simuler l’extrémiste, des pratiques de la CIA et du FBI pour traquer les terroristes


Il est connu que la CIA et le FBI procèdent en usant de ces pratiques douteuses afin de piéger des terroristes potentiels. Ces pratiques complètement immorales, et qui vont beaucoup trop loin, avaient pourtant été dénoncées aux Etats-Unis par des associations, mais aussi des représentants de la communauté musulmane. C’est depuis les attentats du 11 septembre 20111 que ces pratiques se sont accrues dans le cadre d’opérations d’espionnage de potentiels réseaux terroristes.


En 2009, les musulmans des Etats-Unis avaient dénoncé cette méthode d’infiltration au sein des mosquées, allant jusqu’à endoctriner des jeunes, avec des idées de terrorisme totalement en contradiction avec l’islam. Ils dénonçaient aussi l’espionnage dans les mosquées, les écoutes.


Pendant six années, les musulmans de la ville de New-York avaient été surveillés, écoutés, suivis, fichés. Des groupes d’étudiants musulmans avaient même infiltrés. Six ans d’infiltration et d’espionnage n’avait abouti à aucune piste de terrorisme.

La CIA a refusé de commenter les aveux de Morten Storm, même silence à la Maison Blanche.

 

source