Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

convertistoislam

« On ne connaît pas la vérité par les hommes, mais connais donc la vérité, et après tu connaîtras ceux qui la suivent. »


La participation et les félicitations des fêtes non musulmanes

Publié par convertistoislam - l'islam pour tous sur 12 Décembre 2014, 17:30pm

Catégories : #AVIS JURIDIQUES, #l'alliance et le désavoeu

http://dc471.4shared.com/img/63-JLCk6/s7/0.9724245263772539/innovation_alliance_et_dsavoeu.png

 

L'interdiction de pratiquer les fêtes des mécréants et de les féliciter pour celles-ci

 

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.



Allah a dit dans la sourate Al Fourqan n°25 verset 72 lorsqu'il a fait la description des croyants: « Ceux qui n'assistent pas aux choses fausses ».
 

قال الله تعالى: و الذين لا يشهدون الزور
(سورة الفرقان ٧٢)


L'imam Ibn Kathir (mort en 774) a dit dans son tefsir concernant ce verset (vol 3 p 2097): Abou Al Aliya, Tawous, Mohamed Ibn Sirin, Dahhak, Rabi' Ibn Anas et autres ont dit que le sens de cela est les fêtes des associateurs.

D'après Abdallah Ibn Omar (qu'Allah les agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui ressemble à un peuple fait partie d'eux ».
(Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4031)

 

 

عن عبد الله ابن عمر رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم: من تشبه بقوم فهو منهم
(رواه أبو داود في سننه رقم ٤٠٣١ و قد صححه أهل العلم)


Ce hadith a été authentifié entre autres par :
- L'imam Ibn Taymiya dans Majmou Al Fatawa 25/331
- L'imam Dhahabi dans Siyar A'lam Noubala 15/509
- L'imam Ibn Hajar dans Fath Al Bari 10/282
- Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°6149

L'imam Ibn Qayim Al Djawziya (mort en 751) a dit dans Ahkam Ahl Dhimma p 1245: « Il n'est pas permis au musulman d'assister aux fêtes des mécréants par consensus des gens de science. Les juristes des quatre écoles juridiques ont explicitement mentionné cela dans leurs ouvrages ».

Et il a dit à la page 441 du même ouvrage: « En ce qui concerne les félicitations pour les rites spécifiques à la mécréance alors ceci est interdit par consensus des savants.
Comme par exemple le fait de les féliciter pour leurs fêtes et leurs jeûnes en disant: - bonne fête à toi - ou - félicitation pour cette fête - ou ce genre de paroles.
Ces paroles, si la personne qui les a prononcé est sauvée de la mécréance, sont certes interdites.
Le fait de dire ces choses est comme la fait de féliciter celui qui s'est prosterné devant une croix et ceci est plus grave auprès d'Allah et le met plus en colère que de féliciter celui qui a bu de l'alcool, celui qui a tué une âme ou a pratiqué la fornication ».

L'imam Ibn Hajar Al Haytami (mort en 973) a dit dans Al Fatawa Al Fiqhiya Al Koubra vol 4 p 238: « Et parmi les plus mauvaises innovations le fait que les musulmans se conforment aux chrétiens dans leurs fêtes, ceci en imitant leur nourriture, en leur faisant des cadeaux ou en acceptant leurs cadeaux ».

 

___________

 

Chers frères et sœurs, par la présente lettre, nous souhaiterions attirer votre attention sur un acte blâmable constaté ces derniers jours à savoir : la célébration de noël par certains musulmans. En effet, il est du devoir de chaque musulman et musulmane de se recommander le bien et s’interdire le mal conformément à la parole d’Allah : « Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils commandent le convenable, interdisent le blâmable accomplissent la Salât, acquittent la Zakât et obéissent à Allah et à Son messager. Voilà ceux auxquels Allah fera miséricorde, car Allah est Puissant et Sage. » Sourate le repentir, verset 71.

Les musulmans ont pour devoir de se démarquer totalement des manifestations caractéristiques aux autres religions. Le Prophète Muhammad صلى الله عليه وسلم a dit : "Celui qui imite un peuple (dans ce qui lui est propre) fait partie d'eux." Rapporté par abou daoud. Cette démarcation implique notamment que les musulmans se gardent d'adopter une attitude particulière (ce qui, en soi, est une forme de considération) durant les jours de fêtes religieuses chrétiennes. Le fait de mettre un sapin chez soi, les décorations ou d'offrir des cadeaux aux enfants à l'occasion de noël est donc condamné. De plus, cela perturbera l’enfant dans sa croyance et sa pratique et troublera son identité musulmane. Nous sommes tous responsables de l’éducation de nos enfants, pourquoi leur enseigner des fêtes païennes contraires à nos croyances ? Pourquoi les chrétiens ne font-ils pas de même avec nos fêtes ? Rappelons qu’un être forge son caractère à travers son éducation alors comment sera-t-il après avoir fêté pendant des dizaines d’années : noël, halloween, pâques etc ? Un musulman croyant au père noël et à Jésus comme divinité ? Qu’Allah nous préserve de cet égarement - pour se faire - craignons Le, restons fermes et attachés à l’Islam, la seule religion monothéiste sur terre agréée par Le Seigneur de l’univers.

 

Question : certains musulmans participent aux fêtes des chrétiens. Quels conseils leur prodigueriez-vous ?

Réponse : Il n’est pas permis au musulman et à la musulmane de participer aux fêtes des chrétiens, juifs et autres mécréants. Il est même obligatoire de délaisser cela, car quiconque imite un peuple en fait partie. D’ailleurs, le Prophèteصلى الله عليه وسلم nous a interdit de leur ressembler, ou de les imiter dans leurs mœurs. Il est donc du devoir du musulman et de la musulmane de prendre garde à cela. Il ne leur est pas permis de les aider en quoi que ce soit, car ce sont des festivités contraires à la loi religieuse. Il n’est donc pas permis d’y participer, ni de coopérer avec les organisateurs, ni de les aider en quoi que ce soit, serait-ce en leur proposant du thé, du café ou autre chose comme des ustensiles…

A ce sujet, Allah - Glorifié soit-Il - a dit : "Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. Et craignez Allah, car Allah est, certes, dur en punition ! " Sourate la table servie, verset 2.

Or le fait de participer avec les mécréants à leurs festivités est une forme d’entraide dans le péché et la transgression.

Source : Madjmû’ Fatâwâs wa maqâlât mutanawwi’ah volume 6 page 405.
Cheikh ibn Bâz, ancien mufti de l’Arabie Saoudite

 

 

 

Voir aussi sur le même thème

 

Nous sommes sociaux !