La cinquième annulation : Détester une chose apportée par le prophète même si on la met en application

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  25 Janvier 2012, 01:07  -  #LA CROYANCE ISLAMIQUE

http://dc387.4shared.com/img/whVvRo2A/s7/La_cinquime_annulation_de_lisl.png

Le sheikh Mouhammad ibnou 'Abdil Wahhâb a dit :

"La cinquième [annulation] : Celui qui déteste une chose venue du messager d’Allah est un mécréant, et même s’il la met en application."



Explication de Sheikh Al Fawzan :


Cinquième annulation : Détester une chose apportée par le prophète même si on la met en application.

La preuve de cette annulation est la parole d’Allah (عز وجل) : « Et quant à ceux qui ont mécru, il y aura un malheur pour eux, et Il rendra leurs œuvres vaines. (8) C’est parce qu’ils ont de la répulsion pour ce qu’Allah a fait descendre. Il a rendu donc vaines leurs œuvres. » (Sourate Mouhammed, verset 8 et 9) Cela prouve que celui qui déteste ce que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a amené, a rejeté l’Islam et ses œuvres sont détruites, car la foi est basée sur 6 piliers : Croire en Allah, en Ses Anges, en Ses Livres, en Ses Prophètes, au Jour Dernier et au Destin.
Et Allah (سبحانه وتعالى) dit également : « Cela parce qu’ils ont suivi ce qui courrouce Allah, et qu’ils ont de la répulsion pour [ce qui attire] Son agrément. Il a donc rendu vaines leurs œuvres. » (Sourate Mouhammed, verset 28)


Une chose apportée par le Prophète (صلى الله عليه و سلم) :

Cela comprend le Coran et la Sounnah du Prophète (صلى الله عليه و سلم). En effet, la révélation se divise en 2 parties :


1- Le Coran : C’est la première source et référence de l’islam.
2- La sounnah : Car la sounnah du Prophète (صلى الله عليه و سلم) est également une révélation, Allah (سبحانه وتعالى) dit au sujet de Son Prophète (صلى الله عليه و سلم) : « Et il ne prononce rien sous l’effet de la passion ; * ce n’est rien d’autre qu’une révélation inspirée. » (Sourate An-Najm, verset 3 et 4) Et Il (تعالى) dit également : « Prenez ce que le Messager vous donne; et ce qu’il vous interdit, abstenez-vous en. » (Sourate Al Hashr, verset 7)

Parmi les grandes formes d’adoration il y a l’amour d’Allah (سبحانه وتعالى), puis l’amour du Messager (صلى الله عليه و سلم). Et cet amour implique que l’on doit aimer tout ce qui vient d’Allah et de Son Messager (صلى الله عليه و سلم) et cela implique également que quiconque déteste quoi que ce soit qui vient d’Allah et de Son Messager (صلى الله عليه و سلم), c’est qu’il déteste Allah et Son Messager. Or cela est une forme de mécréance. Il est donc obligatoire pour le musulman d’aimer tout ce qui vient d’Allah : le Coran, la sounnah et Son Messager (صلى الله عليه و سلم).


Même s’il la met en application :

Cela signifie qu’il n’est pas croyant tant qu’il n’a pas aimé tout ce qui vient d’Allah, même s’il pratique tout. Car en fait c’est un mounafiq (hypocrite), et il correspond tout à fait à la description des mounafiqin à l’époque du Prophète (صلى الله عليه و سلم) au sujet desquels Allah (سبحانه وتعالى) a dit : « Et lorsqu’on leur dit : « Venez vers ce qu’Allah a fait descendre et vers le Messager », tu vois les hypocrites s’écarter loin de toi. » (Sourate An-Nissa, verset 61) En effet, ces gens prétendaient être des musulmans, mais ils détestaient la révélation.


Donc le fait d’appliquer la religion en apparence, alors qu’au fond de soit on la déteste, cela n’a aucun intérêt pour l’au-delà. La raison pour laquelle les mounafiqin appliquaient la religion alors qu’ils ne l’aimaient pas, c’est qu’ils voulaient se protéger en prenant la religion comme un bouclier. Ou bien pour obtenir quelque intérêt dans la douniya, comme par exemple avoir les mêmes privilèges que les musulmans. Ils n’ont pas agi par foi et c’est pour cela qu’Allah (تعالى) les a jugé comme étant des kouffar et qu’ils seront au plus bas fond de l’Enfer.


Concernant ce qui vient d’Allah, il y a 3 catégories de personnes :

1 - Les kouffar el asliyoun :

Ce sont ceux qui sont kouffar à la base, comme les juifs et les chrétiens par exemple. Ils sont nés dans des familles mécréantes et ont grandi dans la mécréance et n’ont jamais cru en l’Islam. Ceux-là, à la base, ils détestent les messages et la révélation d’Allah (سبحانه وتعالى). Et lorsqu’on les appelle à l’Islam, ils disent ce qui est mentionné dans le Coran : « Et quand on leur dit : « Venez vers ce qu’Allah a fait descendre (la Révélation), et vers le Messager », ils disent : « Il nous suffit de ce sur quoi nous avons trouvé nos ancêtres ». » (Sourate Al Ma-idah, verset 104) Même si leurs parents étaient des ignorants et qu’ils étaient dans l’égarement, ils les suivent.
Cependant, il est permis d’épouser les femmes des gens du livre, de manger leur viande si elle a été égorgée, d’accepter le paiement de la Jeziya en temps de Jihad ou d’autres règles en rapport avec les kouffar.


2 - Les kouffar el Mourtadoun :

Ce sont ceux qui étaient ou qui se disent musulmans mais qui ont quitté la foi. Leur degré de kouffr est plus grand que les kouffar el asliyoun, et donc les règles en rapport avec les kouffar ne s’appliquent pas pour eux.


3 - Les mou°min :

Ce sont ceux qui aiment tout ce qui vient d’Allah, et c’est pour cela qu’Allah (سبحانه وتعالى) dit à leur sujet : « La seule parole des croyants, quand on les appelle vers Allah et Son messager, pour que celui-ci juge parmi eux, est : « Nous avons entendu et nous avons obéi ». Et voilà ceux qui réussissent. » (Sourate An-Nour, verset 51)
Et Allah (عز وجل) dit également : « Non ! ... Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement [à ta sentence]. » (Sourate An-Nissa, verset 65) Donc lorsque le vrai croyant fait face au verdict qui vient d’Allah et de Son Messager, son attitude est qu’il doit s’y soumettre, l’accepter et en être satisfait. Il ne s’oppose pas à ce verdict car il sait au fond de son cœur que tout ce qui vient d’Allah et de Son Messager, est la vérité et la justice.


Il n’y a pas de distinction à faire entre le Coran et la Sounnah, puisque tous les 2 viennent d’Allah. Mais les gens de l’égarement n’acceptent que le Coran, comme par exemple la secte des Qor-âniyoun qui prétendent que seul le Coran est sûr et que dans la sounnah il peut y avoir des doutes dans les chaînes de transmission. Pour les gens de la sounnah, il n’y a aucun doute au sujet des hadiths rapportés par des gens fiables. Pour eux, tout ce qui est authentique de la part du prophète (صلى الله عليه و سلم) apporte la science, la connaissance et la certitude. Donc on peut et on doit l’utiliser comme preuve dans toutes les questions qui sont en rapport avec l’Islam, que ce soit dans la croyance, dans la pratique ou dans les interactions de la vie courante.


Et lorsque le sheikh Mouhammad ibnou 'Abdil Wahhâb a dit « celui qui déteste une chose », c’est-à-dire une chose indéfinie, cela peut être une seule chose parmi tant d’autres. Donc celui qui déteste une seule de ces choses qui ont été amenées par le Prophète (صلى الله عليه و سلم), cela est suffisant pour qu’il sorte de l’Islam. Selon ‘Abdoullah Ibn ‘Amr Ibn Al ‘Ass (رضي الله عنهما), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Aucun d’entre vous ne sera véritablement croyant tant qu’il ne met pas toute sa passion en accord avec les enseignements que j’ai apportés. » C’est un hadith dont l’authenticité n’est pas sûre, mais dont la signification est vraie car elle est supportée par des versets du Coran, tel que le verset 28 de Sourate Mouhammed (mentionné plus haut).


(Le cours se finit par des exemples de choses qui sont souvent détestées pour les gens de l’égarement, comme El Riba, la position de la femme en Islam par rapport à l’homme, le port du hijab, etc.)

 


Parmi les autres exemples de choses qui sont souvent détestées, il y a le fait de ne pas vouloir dire des juifs et des chrétiens qu’ils sont des kouffars. Ainsi, sous prétexte que certains musulmans vivent dans des pays de koufr, ils font des compromis dans leur religion afin de faire plaisir au kouffars et pour que ces derniers les aiment. Et ceci est interdit en Islam, Allah (عز وجل) dit : « Ils aimeraient bien que tu transiges avec eux afin qu’ils transigent avec toi. » (Sourate Al Qalam, verset 9)


Beaucoup de versets montrent qu’il n’y a pas d’égalité entre le musulman et le non musulman, Allah (سبحانه وتعالى) dit : « Ne seront pas égaux les gens du Feu et les gens du Paradis. Les gens du Paradis sont eux les gagnants. » (Sourate Hashr, verset 20) Et Il (عز وجل) dit aussi : « Ceux qui commettent des mauvaises actions comptent-ils que Nous allons les traiter comme ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, dans leur vie et dans leur mort ? Comme ils jugent mal ! » (Sourate Jâthiya, verset 21)


Mise en garde contre le fait de rejeter une chose de la révélation :

Au temps du Prophète (صلى الله عليه و سلم), il y avait un homme qui récitait toujours la sourate « Qoul houwa-Llahou ahad » (sourate Al Ikhlass) lorsqu’il dirigeait la prière de ses Compagnons. Ces derniers sont venus en informer le Prophète (صلى الله عليه و سلم) qui lui a demandé : « Pourquoi récites-tu toujours cette sourate ? » L’homme a répondu : « Je la récite parce que je l’aime. » Et le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Ton amour pour cette sourate te fait entrer au Paradis. »
Et dans une autre version, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit aux compagnons : « Dites-lui qu’Allah l’aime. »
Donc aimer le Coran est une preuve de la foi et cela fait entrer au Paradis. Toutefois, détester le Coran ou la sounnah annule la foi.

Il en est de même pour celui qui déteste le Coran ou la sounnah car cela est en contradiction avec l’avis de son imam ou professeur en Islam. S'il a une haine dans son cœur à cause cela, alors cela prouve qu’il n’a pas de foi et ses œuvres sont annulées, car le vrai croyant ne place rien devant le Livre d’Allah et la sounnah du Prophète (صلى الله عليه و سلم).
L’Imam Ash-Shafi3i (رحمه الله) a dit : « Les musulmans sont tous d’accord sur le fait que si la sounnah du Messager (صلى الله عليه و سلم) a été clarifiée à quelqu’un, il ne lui est pas permis de la délaisser pour la parole de quiconque. » (rapporté et authentifié par Ahmed Ibn Hanbal)


Une fois, ‘Abdoullah Ibnou ‘Abbas (رضي الله عنهما) expliquait aux gens une parole que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) avait dite. Et les gens lui ont dit : « Oui, mais Abou Bakr et ‘Oumar ont dit autrement. » ‘Abdoullah Ibnou ‘Abbas (رضي الله عنهما) a alors dit : « J’ai peur que des pierres tombent du ciel sur vos têtes. Je vous dis le Messager (صلى الله عليه و سلم) a dit, et vous me dites Abou Bakr et ‘Oumar ont dit. Voulez-vous mettre Abou Bakr et ‘Oumar au même niveau que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) ? »

Donc, si on craint que des pierres ne tombent du ciel pour avoir placé la parole de deux sahabas avant celle du Prophète (صلى الله عليه و سلم), que dire de placer la parole de son Cheykh avant celle du Prophète (صلى الله عليه و سلم) ? Et on craint également pour la personne qui possède ces caractéristiques qu’il soit parmi ceux dont Allah (سبحانه وتعالى) a dit : « Et quand on leur récite Nos versets bien clairs, tu discerneras la réprobation sur les visages de ceux qui ont mécru. » (Sourate Al Hajj, verset 72)

Allah (سبحانه وتعالى) dit : « Le combat vous a été prescrit alors que vous le détestez. Or, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose alors qu’elle vous est un bien. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu’elle vous est mauvaise. C’est Allah qui sait, alors que vous ne savez pas. » (Sourate Al Baqara, verset 216) Ce qu’ils détestent en réalité dans le combat, c’est le fait qu’il y ait des difficultés, des blessures, la mort et le danger. Or l’être humain déteste cela car ça fait partie de sa nature. C’est comme la personne qui souffre d’un mal de dent et qui doit se faire arracher une dent. Il déteste cela mais il sait que c’est finalement un bien pour lui. Donc le musulman doit savoir que le verdict d’Allah (عز وجل) ou du Prophète (صلى الله عليه و سلم) est quelque chose de bien.

Allah (تعالى) dit également : « Ô vous qui avez cru ! Ne devancez pas Allah et Son messager. Et craignez Allah. Allah est Audient et Omniscient. » (Sourate Al Houjrat, verset 1) Et ‘Omar Ibn Al Khattab (رضي الله عنهما) a dit : « Accusez votre opinion par rapport à la religion. » C’est-à-dire lorsque vous avez un conflit intérieur accusez votre opinion et pas la religion.



Questions / Réponses concernant le fait de rejeter ou de ne pas aimer une chose de la révélation ou des obligations :

Question 1 :

Est-ce obligatoire de déclarer quelqu’un qui déteste une chose du Coran et de la Sounnah comme kafir, si cette haine est apparente ?

Réponse :

Si la personne montre cette haine en disant : « je déteste ce qui vient d’Allah. » ou « je déteste ce qui vient du Prophète (صلى الله عليه و سلم) », alors il n’y a pas de doute. Mais si la personne ne le dit pas, alors on ne peut pas savoir ce qu’il y a dans son cœur.


Question 2 :

Certaines personnes trouvent difficile de faire certaines actions et ils les font avec beaucoup de difficulté Et parfois, ils détestent même faire certaines choses qu’Allah a révélées, comme par exemple se lever pour salat al Fajr. Peut-on considérer ces gens-là parmi ceux qui détestent ce qu’Allah a révélé à son Messager (صلى الله عليه و سلم) ?

Réponse :

Il faut distinguer la personne qui déteste ce qu’Allah a révélé et la personne qui a une certaine paresse lorsque vient le temps de prier la nuit, ou de prier le Fajr. Cela ne fait pas sortir de l’Islam, mais cela est blâmable. Par exemple, lorsqu’Allah (تعالى) a révélé : « Le combat vous a été prescrit alors que vous le détestez. » (Sourate Al Baqara, verset 216) Cela ne veut pas dire qu’ils détestent qu’Allah leur ait ordonné le combat, mais ils détestent le combat lui-même à cause de sa difficulté. Alors, il n’y a pas de doute que la personne est blâmée, mais cela n’arrive pas au degré de koufr. La paresse est donc une faiblesse dans la foi et c’est une caractéristique des hypocrites.


Question 3 :

Si une personne rejette un hadith du Prophète (صلى الله عليه و سلم) concernant la croyance, sous prétexte qu’il s’agit d’un hadith Ahad (rapporté par peu de narrateurs), peut-on considérer cela comme une forme d’apostasie ?

Réponse :

Si la personne sait que le hadith est authentique et que c’est un texte clair concernant ce sujet n’ayant pas d’autre signification possible, dans ce cas là elle est considérée comme apostat et n’a pas d’excuse. Par contre, si elle ne connaît pas son authenticité, ou bien que le hadith peut être interprété différemment et n’est pas clair, alors elle est excusée.


Question 4 :

Si quelqu’un déteste une chose qui n’a ni été ordonnée, ni été interdite, est-ce que cela rentre dans le 5ème nâqid ? Ou bien si une personne déteste une chose de la religion pour laquelle il y a une divergence d’opinion entre les savants, est-ce que cette personne est kâfir ?

Réponse :

Tout ce qui est moubah (ni ordonné, ni interdit) ou ce qui est sujet à divergence, la personne est excusée. Si le moujtahid (celui qui possède les moyens nécessaires pour rechercher la vérité) se trompe, il est excusé. Si ce n’est pas un moujtahid et qu’il a choisi parmi les avis des savants de Ahloul sounnah wal jama’a selon ce qui lui parait être la vérité, il est également excusé. Quant à celui qui choisit une position uniquement parce qu’elle est en accord avec sa passion, il n’y a pas de doute qu’il commet un péché, mais cela n’atteint pas le degré de l’apostasie.


Question 5 :

Concernant le verset : « C’est parce qu’ils ont de la répulsion pour ce qu’Allah a fait descendre. Il a rendu donc vaines leurs œuvres. » (Sourate Mouhammed, verset 9), il y en a qui font la distinction entre celui qui déteste une partie de ce qui a été révélé et celui qui déteste tout ce qui a été révélé et ceux-là prétendent que ce verset ne s’applique qu’à ceux qui déteste tout ce qui a été révélé. Est-ce que cette distinction est correcte ?

Réponse :

Non, le verdict concernant ce verset, englobe ceux qui détestent tout et ceux qui détestent une partie, car cette partie fait partie d’un tout. Et cela fait partie de ce qu’Allah a révélé, donc pourquoi le détester ? Quiconque déteste une chose quelconque de ce qui a été révélé au Prophète (صلى الله عليه و سلم), a rejeté la foi.


Question 6 :

Est-ce que celui qui déteste les sahabas fait partie de ce point qui annule l’Islam (la 5ème annulation) ?

Réponse :

Oui, celui qui déteste les sahabas, comme par exemple les Râfidas parmi les Chii’a, c’est la preuve qu’il a de l’hypocrisie. En effet, personne ne peut détester un sahaba parmi les sahabas du Prophète (صلى الله عليه و سلم) hormis les hypocrites et Allah (عز وجل) a appelé cela du koufr dans le Coran. Allah (تعالى) a dit : « Muḥammad est le Messager d’Allah. Et ceux qui sont avec lui sont durs envers les mécréants, miséricordieux entre eux. Tu les vois inclinés, prosternés, recherchant d’Allah grâce et agrément. Leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation. Telle est leur image dans la Thora. Et l’image que l’on donne d’eux dans l’Evangile est celle d’une semence qui sort sa pousse, puis se raffermit, s’épaissit, et ensuite se dresse sur sa tige, à l’émerveillement des semeurs. [Allah] par eux [les croyants] remplit de dépit les mécréants. » (Sourate Al Fath, verset 29) Dans ce verset on apprend qu’Allah (تعالى) a amené les sahabas pour mettre la colère dans le cœur des kouffars. Donc quiconque éprouve de la haine envers les sahabas fait partie des kouffars. C’est un verset que l’Imam Malik a utilisé pour montrer la mécréance des Râfidas. […]


Question 7 :

Ceux qui parlent contre les savants et qui disent qu’ils ne connaissent que les règles relatives aux menstrues et aux lochies afin de les ridiculiser, cela fait-il partie du koufr ?

Réponse :

Cela n’est pas du koufr, mais ça fait partie des grands péchés et ces gens doivent se repentir à Allah (تعالى). De plus, ce genre de parole ne va apporter que du mal, et les gens vont même détester les savants ou cela diminuera la confiance qu’ils ont en eux.

 

source