La gentillesse envers les animaux

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  21 Mai 2011, 18:43  -  #LE BON COMPORTEMENT

Salam alaykoum wa rahmatoullah wa barâkatouh.

Depuis longtemps, je voulais écrire un petit article sur le sujet afin de donner un simple aperçu de la bienveillance et la compassion  de l'islam envers les animaux.

Ensuite, entre ce que dit l'islam et les actes de certains musulmans envers les animaux c'est un autre problème ... malheureusement.


http://dc396.4shared.com/img/agLiK_sW/s7/0.7094571611164247/bienveillance_et_la_compassion.png

 

Chapitre 14



La gentillesse envers les animaux

 

 

Allah (Gloire et pureté à Lui) est le Créateur de toute chose et tout Lui appartient. Il a créé les animaux pour nos besoins et par conséquent nous avons des devoirs envers eux. Le Jour du Jugement, Allah nous demandera des comptes en ce qui les concerne, notamment si nous les avons bien traités.

 

Les animaux ont des droits

 

Les animaux ont des droits en islam. Allah a créé les êtres humains pour un but et les animaux pour un autre but. Bien traiter les animaux est un de nos devoirs envers eux. Allah nous autorise à tirer avantage [nourriture, boisson, vêtements, etc.] de certains animaux mais cela ne signifie pas que l’on doit traiter ces animaux avec cruauté ou les faire travailler au-delà de leur capacités.

 

Le Messager d’Allah -paix et salut sur lui- a interdit que l’on tue des animaux excepté pour se nourrir. Il -paix et salut sur lui- a dit : « Quiconque ne fait pas miséricorde, on ne lui fera pas miséricorde. » (Boukhârî et Mouslim).

 

Il -paix et salut sur lui- a aussi dit : « Soyez miséricordieux avec ceux qui vivent sur terre, et Celui qui est au ciel sera miséricordieux envers vous. » (Tirmidhî).

 

Être miséricordieux envers les animaux

 

Le Prophète -paix et salut sur lui- a dit : « Un jour, un homme assoiffé qui marchait depuis un certain temps passa près d’un puits. Il y descendit afin de se désaltérer et d’étancher sa soif. En remontant, il vit un chien qui haletait et lapait de la boue à cause de la soif. L’homme se dit alors en lui-même : Ce chien est dans la même situation dans laquelle j’étais précédemment. Alors, il décida de redescendre dans le puits, remplit sa chaussure d’eau et remonta avec en la tenant dans sa bouche entre les dents. Arrivé à la surface, il la donna au chien qui but tout. Allah apprécia cet acte et Il lui pardonna ses péchés. » Les Compagnons demandèrent alors : « Ô Messager d’Allah ! Serons-nous récompensés pour notre bienfaisance envers les animaux ? Il -paix et salut sur lui- leur répondit : « Oui. Tout œuvre de bien que vous accomplirez pour un animal vous sera compté et vous en serez rétribués. » (Boukhârî).

 

Le Messager d’Allah -paix et salut sur lui- raconta : « Une femme fut châtié pour avoir été cruel envers un chat. Elle l’avait emprisonné dans une cage jusqu’à ce qu’il meure. Elle ne lui donna ni à manger ni à boire ni même elle ne le libéra pour qu’il aille chercher sa subsistance à la surface de la terre (insectes, rongeurs, etc.). Alors, pour cela, Allah la fit entrer en Enfer. » (Boukhârî et Mouslim). 

 

Une autre fois, au cours d’un voyage, alors que le Prophète -paix et salut sur lui- s’isola pour accomplir son besoin, un de ses Compagnons attrapa un jeune oisillon. Lorsque la mère revint, elle ne trouva plus son petit. Affolée, elle battit des ailes sur le sol. A ce moment-là, le Prophète -paix et salut sur lui- revint et vit la scène. Il -paix et salut sur lui- demanda : « Qui a pris le petit de cette mère et l’a mise dans une telle détresse ? Que celui qui l’a pris le lui rende tout de suite. » (Abou Dâwoud).

 

Une fois encore, toujours durant un de ses voyages, Il -paix et salut sur lui- vit une fourmilière à laquelle on avait mis le feu. Il -paix et salut sur lui- demanda : « Qui a incendié cette fourmilière ? Personne n’a le droit de punir par le feu si ce n’est le Seigneur du Feu. » (Abou Dâwoud).  


Par conséquent, le musulman doit montrer de la miséricorde et de la compassion envers les animaux. Il ne doit pas les prendre et les utiliser comme cible.


Une fois, ‘Abdallah ibn ‘Umar (t) passa à coté de jeunes enfants qui avaient attaché un oiseau et l’utilisait comme cible pour leurs flèches. Lorsqu’il les vit, il les dispersa. Ensuite, il (t) s’exclama : « Qui a fait cela ? Qu’Allah maudisse celui qui a fait cela ! Le Messager d’Allah -paix et salut sur lui- a maudit quiconque utilise un être vivant comme cible. » (Boukhârî et Mouslim). 

 

De même, lorsqu’un musulman s’apprête à sacrifier une bête, il doit la rassurer et la tranquilliser.

Le Prophète -paix et salut sur lui- a dit : « Certes, Allah a écrit la bienfaisance dans toute chose. Lorsque vous devez tuer, faîtes-le bien. Et si vous devez sacrifier [une bête], alors sacrifiez-la bien. Que chacun d’entre vous aiguise bien sa lame et qu’il épargne à la bête des souffrances inutiles au moment où il l’égorge. » (Mouslim).


Il -paix et salut sur lui- a aussi dit : « Quiconque se montre miséricordieux, même lorsqu’il sacrifie un oiseau, Allah lui fera miséricorde, le Jour du Jugement. » (Boukhârî).

 

Un musulman ne doit jamais torturer un animal [ou une bête]. Il ne doit jamais le frapper, lui infliger des souffrances, le faire porter [et travailler] plus qu’il ne peut supporter, ou le mutiler.

Une fois, un âne marqué au visage, au fer, passa devant le Prophète -paix et salut sur lui-. Celui-ci s’exclama : « Qu’Allah maudisse celui qui a marqué au fer cet animal. » (Mouslim). 

 

On ne doit aussi jamais tuer des animaux en utilisant des clous ou des crochets. Ceci est interdit. En effet, cela cause beaucoup trop de souffrances à l’animal. Il en est de même des pierres, des catapultes ou ce qui y ressemble.

Le Messager d’Allah -paix et salut sur lui- a dit : « Jeter des pierres ne tue pas ni ne mets hors d’état de nuire l’ennemi. Cela ne fait que mutiler en cassant une dent ou en crevant un œil. » (Boukhârî

 

Les bêtes de somme

 

Les bêtes de somme sont les animaux domestiques utilisés pour porter de lourds fardeaux comme : les ânes, les chevaux, etc.

Le Messager d’Allah -paix et salut sur lui- nous a averti en disant : « Craignez Allah en traitant les animaux de trait ! » (Abou Dâwoud).

 

Une fois, le Prophète -paix et salut sur lui- vit un chameau qui pleurait et poussait des gémissements. Il -paix et salut sur lui- se dirigea vers lui et, arrivé à sa hauteur, Il -paix et salut sur lui- lui caressa la tête et le tranquillisa jusqu’à ce qu’il cesse ses plaintes. Ensuite, Il -paix et salut sur lui- alla trouver son propriétaire et lui dit : « Ne crains-tu pas Allah avec cette bête qu’Il t’a donnée. Ne peux-tu la traiter avec respect et décence !? Elle vient de se plaindre à moi non seulement du manque de nourriture que tu lui donnes mais aussi des trop lourds fardeaux que tu lui fais porter ou tirer ! » (Abou Dâwoud).

 

Par conséquent, le musulman doit faire attention à ne pas surcharger une bête de somme. Il ne doit pas non plus rester assis longtemps sur son dos lorsqu’elle est debout. En fait, il ne doit l’utiliser que pour accomplir les tâches requises et sitôt celles-ci finies, il doit la laisser se reposer.


A ce sujet, le Prophète -paix et salut sur lui- a dit : « N’utilisez pas le dos de vos animaux comme des chaises. Certes, Allah vous les a soumis afin qu’ils puissent porter à votre place des fardeaux à des endroits et des distances que vous ne pourriez accomplir si ce n’est avec peine et difficulté. Allah vous a soumis cette Terre. Donc, accomplissez ce que vous devez accomplir et ne les surchargez pas plus qu’ils ne peuvent supporter. » (Abou Dâwoud).  

 
Fin.

Issa (Abu Ilyès)