La Lumière de l'Islam et les Ténèbres de la Mécréance et de l'Association

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  17 Août 2011, 18:13  -  #LA RELIGION ISLAMIQUE

http://dc269.4shared.com/img/pambeGK2/s7/0.8712726485430984/La_Lumire_de_lIslam.png

 

Certes la Louange est à Allâh, nous le louons, implorons Son Secours et Lui demandons le Pardon. Nous nous protégeons par Allâh contre le mal de nos propres âmes et contre les maux engendrés par nos mauvaises actions. Celui qu'Allâh guide, nul ne pourra l'égarer, et celui qu'Il égare, nul ne pourra le guider. Et j'atteste qu'il n'y a point de dieu à part Allâh, Seul sans aucun associé, et j'atteste que Mohammed est Son serviteur et Messager.  Avant d'aller dans le vif du sujet, il conviendrait de présenter une définition générale de l'Islam. Il existe plusieurs définitions données par les savants musulmans ;

 

mais étant convaincu qu'elle est plus précise, nous mentionnerons la suivante : « c'est la soumission à Allâh par le monothéisme, l'observance de Son obéissance et le reniement du Chirk (l'Association, polythéisme) et de ses adeptes ».[Voir Fatâwa cheykh El Islâm Ibn Taymiyya ; et, El Osôl Ath-Thalêth de Cheykh de l'Islam Mohammed Ibn cAbd El Wahhêb ; qu'Allâh leur fasse miséricorde.]

 

Cela étant, nous pouvons facilement comprendre à l'appui de ladite signification, qu'en fait le terme « Islam » renvoie réellement à l'essence de toutes les religions qui l'ont précédé. Car, il n'est pas de doute que tous les Messages divins contenus dans les religions instaurées[ Allusion faite aux autres « religions » qui en vérité sont la production de l'homme, de sa pensée, de ses méditations, telles que le Bouddhisme, l’Hindouisme, etc. La différence, toute entière, entre ces « religions » et l'Islam est du même type que celle qui existe, à tous les égards, entre le Créateur : Allâh à Lui la Majesté-, et la créature, à savoir les fondateurs des « systèmes religieux » précités.] par Allâh -Pureté à Lui-, renferment les institutions évoquées dans le sens du terme Islam. En d'autres mots, tout comme la religion prêchée par le Messager d'Allâh Mohammed  , les autres Messagers et Prophètes -Prière et Salut d'Allâh sur eux tous- ont aussi prôné les mêmes bases instituées par Notre Créateur -Très Haut soit-Il-. Noûh (Noé), Ibrâhîm (Abraham), Moûsâ (Moïse) cIsâ (Jésus) ainsi que tous les Prophètes ont appelé leurs peuples à se soumettre à Allâh par le Tawhîd, à Lui être obéissants et à se désavouer du Chirk (polythéisme, Association) et de ses partisans.

 

Ainsi, parler des bienfaits de l'Islam, c'est évoquer d'innombrables valeurs et vertus dont la provenance est indissociablement liée à la Miséricorde, la Sagesse, la Science, la Bienfaisance ainsi qu'à tous les Attributs de Perfection et de Majesté par lesquels Allâh S'est décrit. Une religion de Miséricorde et de Vérité, car elle provient du Tout Miséricordieux, du Véridique -Majesté et Pureté à Lui-.

 

Parler des indéniables mérites de la religion musulmane, c'est aussi le fait d'attribuer ces mêmes valeurs aux religions monothéistes qui précédèrent l'Islam révélé au Messager Mohammed . Nous appelons religions monothéistes, celles par lesquelles leurs fidèles vouent une adoration unique sans aucun associé à Allâh. De là jaillit une question cruciale : le Judaïsme et le Christianisme demeurent-ils toujours monothéistes au-delà de l'avènement universel de l'Interpolation et la Modification[Consulter à ce sujet un très beau livre intitulé : l'Unicité d'Allâh dans la Thora, l'Évangile et le Qour'ên, petite épitre à l'intention de notre voisin le chrétien, écrit par le Docteur Abd El Malik El Kalîb, et introduit par le Cheikh Abd El Ghani Aoussat.] ? Peut-on raisonnablement prétendre pratiquer le monothéisme (ce qui veut dire linguistiquement et religieusement : vouer le culte à un Unique Adoré. « Foi en un Dieu unique », selon la définition du dictionnaire Hachette[Hachette dictionnaire encyclopédique 2000.]) tout en disant :« Jésus est Fils de Dieu » ? « Il est Dieu même » ? Ou encore en professant la Trinité ?[Voir note n°3.] De même, est-il juste de se prononcer monothéistes alors que l'on prétend que : cOzayr est le Fils d'Allâh, et que l’on prend les rabbins pour des Seigneurs en dehors d'Allâh, ils leur interdisent le licite et leur autorisent l'interdit[Allâh -Majesté à Lui- dit ﴾Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Messie fils de Marie, comme Seigneurs en dehors d'Allâh, alors qu'on ne leur a commandé que d'adorer un Adoré unique. Pas de divinité à part Lui ! Gloire à Lui ! Il est au-dessus de ce qu'ils [Lui] associent ﴿ At-Tawba/ V. 31.] ? Ceci, sans oublier toutes les pratiques qui découlent de ces modifications.

 

Sans le moindre doute, les religions qui jadis étaient authentiques et monothéistes, avant qu'elles ne soient falsifiées, regroupaient de vénérables valeurs et vertus. Mais après la venue de l'Islam, religion d'Allâh, le Créateur, -à Lui la Puissance-, qu'Il a révélée à Son Serviteur et Messager , tous ces bienfaits y sont contenus (ainsi que d'autres incalculables). Ainsi, retrouvons-nous une multitude considérable de Textes religieux (Versets et Hadîths), clairs et lucides qui notifient toutes ces réalités que nous venons de faire remarquer.

 

Allâh -qu'Il soit Exalté- dit ﴾Je n'ai créé les djinns et les hommes que pour qu'ils M'adorent﴿ Ad-Dêriyêt/ V. 56. Il a dit aussi ﴾NousTâghoût » ﴿ An-Nehl/ V. 36 ; et Il a dit ﴾Nous envoyâmes Noûh (Noé) vers son peuple. Il dit : « Ô mon peuple, adorez Allâh. Vous n'avez pas d'autre divinité en dehors de Lui. Ne craignez-vous donc pas ? ﴿" El Mou'minoûn/ V. 23 ; et Il dit d'Ibrâhîm ﴾Et Ibrâhîm, quand il dit à son peuple : « Adorez Allâh et craignez-Le : cela est bien meilleur pour vous si vous saviez ﴿ El cAnkaboût/ V. 16, et de Moûsâ, Il dit ﴾Et Moûsâ leur dit : « Ô mon peuple, si vous croyez en Allâh, placez votre confiance en Lui si vous (Lui) êtes musulmans (soumis) ﴿ Yoûnous/ V. 84, et de cIsâ, Il a dit ﴾Alors que le Messie a dit : « Ô enfants d'Israël, adorez Allâh, mon Seigneur et votre Seigneur ». Quiconque associe à Allâh (d'autres divinités) Allâh lui interdit le Paradis ; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs ! ﴿ El Mê'ida/ V. 72. Ainsi, parler des tous ces nobles versets démontrent l'unité de la mission de tous les Messagers qui prônèrent des religions dont le fondement est le même : l'exclusivité du culte pour Allâh. " Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager, [pour leur dire]: «Adorez Allah et écartez-vous des fausses idoles "Sourate Les abeilles / v.36

 

Enfin, à l'ultime des Prophètes et Messagers, Mohammed , Allâh -à Lui la Puissance- révéla ﴾ En effet, il t'a été révélé, ainsi qu'à ceux qui t'ont précédé : « Si tu donnes des associés à Allâh, ton œuvre sera certes vaine ; et tu seras très certainement du nombre des perdants ».﴿ Az-Zoumar/ V. 72 ; et Il lui dit également : ﴾ suis ce qui t'a été révélé de la part de ton Seigneur. Point d'adoré autre que Lui. Et écarte-toi des associateurs.﴿ El Ancêm/ V. 106.

 

Cela étant dit, il y a là un immense repère de guidée et de lumière : le Tawhîd. Allâh -Pureté à Lui- dit ﴾Allâh est la Lumière des cieux et de la terre. Sa lumière est semblable à une niche où se trouve une lampe. La lampe est dans un récipient de cristal et celui-ci ressemble à un astre de grand éclat ; son combustible vient d'un arbre béni : un olivier ni oriental ni occidental dont l'huile semble éclairer sans même que le feu la touche. Lumière sur lumière. Allâh guide vers Sa lumière qui Il veut. Allâh propose aux hommes des paraboles et Allâh est Omniscient ﴿An-Noûr/ V. 35.

 

Commentant cette parabole, l'illustre commentateur du Qour'ên à notre époque, le Cheikh cAbd Ar-Rahmên As-Sacdî رحمه الله a dit : « L'interprétation de cette parabole qu'Allâh a citée, qui s'applique à l'état du croyant dont le cœur abrite la lumière d'Allâh ; c'est que sa saine nature (El Fitra) dans laquelle il est créé est du même degré que l'huile pure. Sa saine nature est pure et prête à recevoir les enseignements divins, à pratiquer les œuvres légiférées [par Allâh]. Quand la science et la foi lui seront parvenues, cette lumière s'allumera dans son cœur à l'exemple du feu qui allume la mèche d'une lampe. Le croyant est de cœur pur (exempté) de mauvais desseins et d’une mauvaise compréhension (des enseignements) d'Allâh. Une fois que la foi l'atteint, il s'éclairera d'une immense illumination, car il est exempt d'impureté. La pureté (de ce cœur) est semblable à celle d'un récipient de cristal au grand éclat ; ainsi seront regroupés autour de lui la lumière de la saine nature, de la foi et de la science, de même que la clarté de la connaissance [des choses], lumière sur lumière ». Fin de citation. [Lire : cAbd Ar-Rahmên Ibn Nâsir As-Sacdî رحمه الله, Teysîr El Karîm Ar-Rahmên Fî Tefsîr Kalêm El Mannên, au Verset 35 de la Sourate An-Noûr (la Lumière).].


Le Tout-Puissant dit aussi ﴾Est-ce celui qui était mort[Mort : au sens figuré. Allusion ici faite aux mécréants qui refusent la lumière du Qour'ên.] et que Nous avons ramené à la vie et à qui Nous avons assigné une lumière grâce à laquelle il marche parmi les gens, est pareil à celui qui est dans les ténèbres sans pouvoir en sortir ﴿ El Ancêm/ V. 122. Citant ce Verset, l'éminent cheikh Ach-Chanqîtî رحمه الله a dit : "Le remède à la faiblesse d'esprit est de l'illuminer avec la Lumière de la révélation. Car, la révélation guide vers les intérêts qui ne peuvent être atteints par les esprits seuls. Dans ce verset (dit-il), Il (Allâh) a démontré que par la lumière de la foi celui qui est mort sera revivifié et sa voie dans laquelle il marche sera éclairée. Allâh –Très-Haut soit-Il- a dit également : ﴾Allâh est le défenseur de ceux qui ont la foi : Il les fait sortir des ténèbres à la lumière ﴿ El Baqara/ V. 257. Et Il a dit aussi ﴾Qui est donc mieux guidé ? Celui qui marche face contre terre ou celui qui marche redressé sur un chemin droit ﴿ El Moulk/ V. 22"[Consulter : Mohammed El Amîn Ach-Chanqîtî رحمه الله, Ghêyat  El Mountahê Fî Macrifat El Masê'il El cAchr El-Letî Tadoûr-ou-D-dounya cAleyhê cAqîdatan Wa cIbêdaten Wa Souloûken, (livre)  entretenu et commenté par le cheikh cAlî Hassen El Halabî.].

 

Par ailleurs, la Sounna du Prophète  est, elle aussi, riche de hadiths authentiques qui démontrent et déploient les hauts égards de la dernière religion instaurée par Allâh –à l'humanité entière-. Parmi ceux-ci, nous citons une invocation par laquelle le Messager  invoquait Allâh quand il priait ; les différents passages de celle-ci indiquent le rôle du Tawhîd (l'unicité d'Allâh), et la nature du lien qu'il crée entre le serviteur et son Seigneur. Mouslim rapporte d'après cAli Ibn Abi Tâlib  que le Messager d'Allâh  disait lorsqu'il se dressait pour prier :« J'oriente mon visage exclusivement vers Celui qui a créé les cieux et la terre ; et je ne suis point de ceux qui Lui donnent des associés[On peut lire cette partie dans la sourate El Ancêm au Verset 79. De même, des versets similaires sont cités dans la Parole d'Allâh, le Saint Qour'ên.] ; certainement, ma salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allâh, Seigneur des mondes, à Lui nul associé ! Et voilà ce qu'il m'a été ordonné, et je suis du nombre des musulmans (soumis à Allâh)[Voir la même sourate au Verset 161-162.] .Ô Allâh ! Tu es certes le Roi, nul adoré en dehors de Toi ! Tu es mon Seigneur et je suis Ton serviteur ; je me suis fait tort à moi-même et je reconnais ma faute, pardonne-moi donc tous mes péchés, certes, nul ne pardonne les péchés à part Toi ; et guide-moi pour avoir les meilleurs caractères, certes, nul ne guide vers eux à part Toi, et détourne de moi les mauvais caractères, car nul ne détourne des mauvais caractères si ce n'est Toi…".

 

Un autre hadîth vient aussi élucider la relation qu'entretient le culte purement donné à Allâh. En revanche, il montre comment le Messager  priait craintivement son Seigneur de le préserver de l'égarement. Cela explique, en outre, le souci que doit avoir tout croyant à craindre les tentations de cette vie qui pourraient déboucher -qu'Allâh nous en préserve- sur la mécréance. Car, étant donné que le Prophète  demandait le secours d'Allâh afin qu'il ne tombe pas dans l'égarement (qui pourrait être inférieur à l'incroyance), le musulman se doit donc de se sentir plus concerné à éprouver ce sentiment de peur qui, logiquement, devrait l'emmener à protéger sa foi. Se soumettre à Allâh -Majesté à Lui-, s'appliquer à Sa religion et suivre la Sounna de Son Messager , ces actes, sont sans nul doute la seule voie pour acquérir ladite protection religieuse. D'après Ibn cAbbês , le Messager d'Allâh  disait :" Ô Allâh ! Je me suis soumis à Toi, j'ai cru en Toi, j'ai placé ma confiance en Toi ; je m'en suis remis à Toi et c'est par Toi que j'ai pris à partie (mes adversaires). Ô Allâh ! Je me mets sous la protection de Ta toute Puissance, nul adoré autre que Toi, afin que Tu ne m'égares pas. C'est Toi le Vivant qui ne meurt pas, tandis que les djinns et les humains meurent"[Hadith unanimement reconnu authentique.].

 

De même, rappelons constamment le fondement du Tawhîd sur lequel sont construites les religions monothéistes[Sans qu'il nous quitte l'esprit le sens authentique de la notion religions monothéistes que nous avons clarifiée plus haut.], le Prophète  énonça un à son compagnon Moucêdh  :"Le droit d'Allâh sur Ses serviteurs est qu'ils L'adorent sans ne Lui rien associer"[Hadith rapporté par El Boukhârî et Mouslim dont l'intégralité est : Moucêdh Ibn Djabel  dit : " (une fois) j'étais assis derrière le Prophète  sur une monture ; il me dit : « Ô Moucêdh ! Sais-tu quel est le droit d'Allâh sur ses serviteurs ? ". Allâh et Son Messager sont plus savants, lui dis-je. Il dit :"Son droit sur eux est qu'ils l'adorent sans rien Lui associer ; ô Moucêdh ! Sais-tu quel est le droit des serviteurs sur Allâh s'ils l'adorent sans ne lui donner d'associé(s) ? Allâh et Son Messager sont plus savants, lui dis-je. Il dit : « Leur droit sur Lui est qu'Il ne les châtie point]. Le cheikh de l'Islam Ibn Taymiyya رحمه الله a dit après avoir évoqué ce hadith : " Allâh -qu'Il soit Très-Haut - est en droit d'être adoré sans ne Lui donner aucun associé. C'est cela le fondement (la base) du Tawhîd avec lequel Allâh a envoyé les Messagers et (a) fait descendre les Livres"[Lire : Iqtidâ' As-Sirât El Moustaqîm Moukhêlafat Ashâb El Djahîm, p. 462.].

 

Cela étant, une personne lucide, logique et sincère ; une personne clairvoyante ne se permettrait jamais de ne pas rechercher la vérité concernant l'authenticité du Message islamique. Une recherche dont l'objectif est de discerner le vrai du faux avec rigueur et fermeté, non pas de tenter de survoler hâtivement les textes islamiques ni de se contenter d'une simple recherche laconique et superficielle ; une personne qui veut être guidée parce que son intelligence lui dicte que cela ne tient pas de croire que l'univers soit créé vainement, que pour vivre et mourir (comme est la conception athéiste). De même, cela ne tient pas que le Créateur soit incarné dans ses créatures comme le disent et le croient, aussi, les juifs et les chrétiens ainsi que toutes les autres obédiences religieuses hormis l'Islam.

 

Lire l'ultime Parole divine, le Qour'ên (Coran) avec attention et bonne intention est sans doute un chemin sûr pour parvenir enfin à la guidée divine. Durant sa mission, le Prophète Mohammed  s'adressait aux incroyants en leur récitant la Parole de Son Seigneur. Aussi, lire et méditer sur les sens de la Sounna qui est l'ensemble de la conduite du Prophète , de ses dires, de ses actes et de ses consentements et approbations quant aux faits et événements qui se déroulèrent de son vivant est certainement un moyen de réussite qui guide à la vérité.

 

Enfin, notre Créateur -qu'Il soit très Haut- dit ﴾Et puis, quiconque Allâh veut guider, Il lui ouvre le cœur à l'Islam ﴿ El Ancêm/ V. 125.Et quant à ceux qui luttent pour Notre cause, Nous les guiderons certes sur Nos sentiers. Allâh est en vérité avec les bienfaisants ﴿El cAnkaboût/ V. 69.

 

Ceci dit, et notre dernière invocation est : Louange à Allâh le Seigneur des mondes, et que la Prière et le Salut d'Allâh soient sur notre Maître Mohammed  ,  sur sa famille et ses compagnons

___________

Abou Fahîma cAbd Ar-Rahmên El Bidjê'î

source