La vérité sur l'appartenance des chiites à -Ahl El Bayt-

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  14 Juillet 2012, 18:53  -  #AVERTISSEMENT

Suite du livre de l'ancien ayatollah chiite qui nous fait son témoignage dans son livre intitulé "pour Allah puis pour l'histoire"..

 

Je rappele que ces extraits ci-dessous sont les références des livres chiite, il est clairement étonnant que ces gens qui prétendent l'amour à la famille du prophéte -paix et salut sur lui-  se moquent en réalité d'elle .. mais le pire reste à venir !

 

chiites-ahl-al-bayt.png

 

La vérité sur l'appartenance des chiites a Ahl El Bayt

 

Il est admis chez nous, communauté des chiites, notre profonde connaissance de tout ce qui concerne Ahl El Bayt. Tout le courant chiite est fondé sur l'amour d'Ahl El Bayt, d'après nous. Car l'allégeance et la démarcation avec la 'amma 9, ce sont les sunnites, est causé par Ahl El Bayt. Mais l'inculpation des Sahabas (compagnons du prophéte) et a leur tête Abou Bakr, Omar, et Othman ainsi que Aicha fille d'Abou Bakr s'explique par le fait que ces derniers ont injustement tués et harcelés les Ahl El Bayt. Ce fait est gravé dans les esprits de tous les chiites.

 

De même Ahl al Sunna ont provoqué des contentieux avec Ahl el Bayt, c'est pourquoi ils sont dits intriguants (Nawasibs). De ce fait, nous avons présent en mémoire le sang de Hussein, le martyre. Nos livres authentiques révèlent la vérité en nous rappelant qu'Ahl El Bayt ont protesté contre leurs chiites et que ceux-ci ont harcelés les Ahl El Bayt. Ils nous désignent aussi comme ceux qui ont versé leur sang et occasionné leur mort.

 

L'émir des Croyants a dit: « Si je distingue mes chiites, ils ne sont que fainéants. Si je les soumet a l'épreuve, je ne peux les voir que renégats. Si je les examine, de mille d'entre eux personne ne sera fidèle.» Al Kali/A1 Raouda 8/338

 

Il a déclaré aussi: « Vous pseudo-hommes et efféminés, raisons infantiles, .. je regrette de vous avoir connus... Que Dieu vous punisse. Vous avez rempli mon cœur de pus et de rancune. A cause de vous, mon avis ne reçoit que désobéissance. A tel point que les Koraichites ont dit: « Ibn Abou Talib est un homme brave, mais il n'est pas aguerri, et celui a qui on n’obéit pas, nul est son point de vue. » Nahj al Balagha ( Méthodologies rhétoriques (p70, 71)

 

Il les a blamés en disant:

Sourds aux oreilles bien ouvertes, muets aux lèvres bien parlantes, aveugles aux yeux bien voyants. Vous n’êtes ni libres, ni sincères et indignes de confiance aux moments difficiles. Vous vous êtes séparés d'Abou Talib comme la femme se sépare de son nouveau-né.» Méthodologies rhétoriques (p142)

Ces dires sont proférés a cause de leur infidélité et traîtrise a l’émir des croyants. II peut certes en dire encore davantage.

 

L'imam Hussein a dit dans son invocation à propos des chiites:

Qu'Allah les dispersent après les avoir laisse jouir de la vie, qu'Il les transforme en en confréries et que les Walis soient toujours mécontents d'eux. Car ils nous ont appelés pour nous élire mais ils se sont soulevés contre nous pour nous assassiner.» Al Irshad (Le guide utile) d'Al Mufid (p241)

 

II dit encore:

Alors vous vous êtes précipités pour nous présenter votre allégeance comme on frappe rapidement a la porte, vous vous êtes afflué comme les papillons. Puis, vous n'avez pas respecte votre engagement. A bas les tyrans de ce peuple et les autres partis! Vous êtes revenu sur le pacte hypocritement, vous nous avez assassinez, qu'allah maudisse les injustes.» « Al Ihtijaj » (2/24)

 

Ces extraits nous montrent bien qui sont les vrais assassins de Hussein

Ce sont des adeptes chiites, les gens de Koufa; c'est à dire nos ancêtres. Pourquoi donc jetons-nous la responsabilité de I'assassinat de Hussein sur les sunnites?

 

C'est pour cette raison que monsieur Mouhsine Al Amine a déclaré :

« Vingt mille irakiens ont donné l'acte d’allégeance a Hussein. Après, ils l'ont trahi et délaissé avant de le tuer « A'yan ash-shi'a », chapitre premier p34

 

Al Hassan a dit:

« Par Dieu, j 'aurais préféré Mou'awiya à ces gens-la. Ils prétendent qu'ils sont mes adeptes. lls ont cherché a me tuer, et saisi mes biens. Je jure que je ne prendrai de lui que ce qui arrête l'hémorragie. Pour ne pas perdre ma famille, je préférerai pactiser que de me laisser tuer, Si je lui déclare la guerre, ils me livreront a lui, vivant. Il vaut mieux que je lui fasse la paix quand je suis libre que de le laisser me tuer en étant otage. » (Al Ihtijaj 2/10)

 

Et l'imam Zayn `abidine de dire aux gens de Koufa:

« Vous savez que vous avez élu mon père puis vous l'avez trahi après le pacte en essayant de le tuer? De quel oeil vous allez regarder le Messager de Dieu quand il vous dira: « Vous vouliez tuer ma descendance, vous ne respectiez pas mon intimité, vous ne faites plus partie de ma communauté. » Al Ihtijaj 2/32

 

Il dit aussi:

« Ces gens-la nous pleurent, qui nous a tués, si ce n'est eux? » AI, IHtijaj 29/2

 

Al Baqer (paix sur lui) a affirmé:

« Si tous les gens nous sont de fidèles chiites, alors trois quart auraient du doute envers nous. Et l'autre quart serait fou. » Ar-Rijâl d'Al kachi (Les hommes p.79)

 

Et Sadek de déclarer:

« Je jure que si je trouve parmi vous trois croyants qui gardent bien secret mon discours, je ne laisserai rien de secret en moi. » Uçul al Kafi 1/496.

 

Fatima (mineure) a dit dans un réquisitoire:

« ô gens de Koufa, gens de traîtrise et de ruse! Dieu vous a mêlés a nous et nous a mêlés a vous. Alors que notre prestation était bonne vous nous avez frappés d'apostasie et de mensonge. Vous avez cru que votre guerre envers nous est sainte. Vous avez saisi notre argent, tué notre aïeul. Et vos sabres dégoulinent encore du sang de Ahl El Bayt. Gare a vous! Attendez-vous a la malédiction et le supplice. C'est comme-ci c’était déjà fait, et que vous vous ne supportez plus.

vous subirez une punition interminable le jour du jugement dernier. ô que mon Dieu maudisse les injustes , vous avez trahiAli Ibn Abou Talib, mon grand-père, ses fils et ses bons successeurs.

Un des habitants de Koufa a rétorqué fièrement: « Nous avons tué Ali, et ses fils par des épées et des flèches de l'Inde, nous avons emprisonnés leurs femmes comme faisaient les turcs. Nous les avons affrontés tel que vous ne pouvez jamais imaginer. » AL IHtijaj 2/28.

 

Zayneb, fille de l'émir des croyants s'est adressée aux gens de koufa sur un ton sévère:

« Aprés tout, gens de Koufa, gens de traîtrise et de déloyauté. Vous ressemblez a celle qui défaisait brin par brin sa quenouille après l'avoir solidement filée ... Vous pleurez mon frère? Oh oui,autant que vous voulez, et riez moins! Vous êtes honteux. Comme vous déconsidérez la mort du pur successeur du dernier des prophétes» Al Ihtijaj 2/29-30.

 

Nous pouvons déduire de l'étude de ce extraits de texte ce qui suit :

 

  • L'ennui et le mécontentement de l’émir des croyants et ses successeurs de leurs chiites, gens de Koufa, pour leur déloyauté.

  •  La trahison des gens de Koufa a causé l’écoulement du sang d'ahl El Bayt.

  • Ahl El Bayt jettent la responsabilité sur les gens de Koufa dans l'assassinat de Hussein et ses compagnons, un d'eux a avoué les faits devant Fatima 10

  • Ahl El Bayt a estimé que leurs chiites sont les tyrans de cette nation et des autres partis restant des Ahzabs 11 (les coalisés), blasphémateurs du Livre. Et d'ajouter: « Que Dieu maudisse les injustes! » C'est pourquoi ils sont venus voir Abou Abdellah et lui ont dit: « Ils ont collés a notre dos les plus sordides surnoms, ce qui a glacé nos cœurs, et laisse leur partisans savourer notre sang, a cause d'un Hadith relaté par leurs doctes ». Et Abou Abdellah de répondre: « Al Rafida12? Ils ont dit: « Oui » Abdellah répondit: « Non, je jure que ce ne sont pas eux qui vous ont dénommé ainsi, c'est Dieu. » Al kafi 5/34 Abou Abdellah a montre qu'ALLAH les désigne du nom « Rafida » et non « Ahl El Bayt ».

Ces textes, je les ai examinés maintes fois, pendant de longues nuits car je les ai transmis dans un dossier spécial. Sans parler des autres textes que je n'ai pas révélés. Et spontanément, j'ai crié: « Que Dieu vous aide Ahl El Bayt de ce que vous avez enduré de la part des chiites»

 

Nous savons très bien que les prophètes et messagers d'Allah ont souffert a cause de leurs peuples et plus particulièrement Notre prophète Muhammad -paix et salut sur lui-. Mais deux m'ont laissé perplexe. Moussa a beaucoup patienté avec les Israélites, car on constate que le Qu'ran a évoqué a plusieurs reprises Moussa et a montre sa patience devant leurs ruses et leurs intrigues. Le deuxième fait surprenant, c'est l'immense patience de Ahl El Bayt face aux atteintes répétées des gens de Koufa, centre du chiisme (ruse, assassinat, racket, trahison...)

 

et pourtant nous continuons à responsabiliser et à jeter tous les reproches sur Ahl Sunna!

 

Nous sommes surpris autant qu'on peut l’être quand on lit nos Livres de référence. Personne ne peut croire que nos livres-nous communauté des chiites- jettent le blâme sur Ahl El Bayt et sur Notre Prophète-paix et prière sur lui-

 

Voici la preuve:

Al kuleini a rapporté dans uçul al Kafi (1/237) d’après l’émir descroyants :

Ufayr, l’âne du Messager de Dieu, lui a dit :

«Qu' Allah prend mon âme et l’âme de mes parents au service de votre cause, mon père m'a raconte d’après son père , qui était avec Noé dans l'arche, Noé venait chez lui et lui passa la main sur le dos et dit,« il sortira de cet âne un âne que montera le sceau des prophètes, je remercie Allah qui m'a fait cet âne »

 

 

Nous déduisons de cette version ce qui suit:

 

- L’âne parle!

- L’âne s'adresse au Messager de Dieu en sacrifiant à lui, son père et sa mère! Or, ce sont les musulmans qui accomplissent ce genre d'actes et non les ânes. (bien sur c'est une parole métaphorique dans le sens que tu m'es plus cher que mes propres parents : note du retranscripteur)

- L’âne dit: « Mon père me raconta selon mon grand père qui le tient de son bisaïeul. » Pourtant entre Noé et Muhammad, il y a des milliers d’années, comment Peut-on dire que son quatrième grand-pére était au bord de l'arche ? Nous lisions les origines du Kafi avec quelques étudiants de la Hawza devant l'imam Al Khoui. Il a répondu: « Observez ce miracle, Noé informe ses sujets que Muhammad sera le Messie et prophète avant Sa naissance de presque des milliers d’années. »

 

Les paroles de l'imam ont longtemps résonné dans ma tête et je disais dans mon for intérieur: « Comment cela peut-il être un miracle? Un âne qui dit au Prophète: « Qu 'Allah prenne mon âme et l’âme de mes parents au service de votre cause! » Et comment l’émir des croyants peut-il rapporter cette fable? »

 

Mais j'ai gardé le silence comme les autres.

 

Et as-Sadouq a rapporté le verset cité par Ar-Reda:

«  37. Quand tu disais à celui qu'Allah avait comblé de bienfaits, tout comme toi-meme l'avais comble: « Garde pour toi ton épouse et crains Allah», et tu cachais en ton ame ce qu'Allah allait rendre public » (Sourate Al Ahzab : 37)

 

Ar-Reda répondit en interprétant ce verset comme suit: « Le Messager de Dieu est allé voir Zayd Ibn Harita chez lui et il a vu sa femme entrain de se laver. II s'est émerveillé en disant: « Gloire a Celui qui vous a crée. » 'Uyun Akhbar ar-Rida p.113

 

Le Messager de Dieu peut-il être séduit par la beauté d'une femme (d'un musulman? Et peut-il lui dire « Gloire a Celui qui vous a crée ! » Cela n'est-il pas un abaissement du Prophète?

 

 

d’après l’émir des croyants quand il est venu un jour chez le Messager de Dieu: « Je me suis assis. Entre lui et Aïcha. Celle-ci en colère a dit : « tu n'as choisi que ma cuisse et la cuisse du messager d'Allah » et lui de répondre : « sois indulgente aicha ! », la raison dans l’exégèse du coran 4/225.

 

Un jour, il est revenu et n'a pas trouvé de place. Le Messager d'Allah lui fait signe de s'asseoir derrière lui, la où se trouve justement Aïcha voilé par un tissu. En effet, Ali s'assoit entre les deux. Et Aïcha de fulminer: « Tu n'as trouvé d'emplacement pour ton derrière qu’auprès de mes genoux. » Et le Prophète agacé de dire: « humayra 13 ne provoque point de querelle entre moi et mon frère » kitab salim d'ibn Qays p179

 

Al Majlissi relate que l’émir des croyants a dit:

« J'ai voyagé avec le Messager de Dieu, Aïcha l'accompagnait et moi j'etais son unique serviteur. Nous n' avions qu'un seul drap ramené par le Prophète. il dormait entre moi et AIcha, et le drap nous couvrait tous. Quand, il se mettait debout pour la prière du soir il pressait par sa main le drap jusqu’à ce qu'il touche la couche au dessous de nous. » Bihar al-Anwar (Les mers des lumières) 2/40

 

Le Messager de Dieu peut-il agréer que Ali puisse s'asseoir sur les genoux de Aïcha sa femme? N'éprouve-t-il pas de la jalousie quand il laisse son cousin dormir dans une même couchette avec sa femme, sachant qu'il n'est pas un proche parent? Comment peut-il accepter cela?

 

Un des plus grands savants de la « Hawza », Ali Gharoui, a dit: « Le Prophète s'est marie avec des païennes et par conséquent son sexe est voue a l'enfer. »

 

Il veut parler par là de son mariage avec Aicha et Hafsa. Dans toutes ces paroles monstrueuses, il y a clairement un affront envers le Prophète. Car si le sexe du Prophète est voué a l'enfer, alors personne n'entrera au Paradis.

 

Je me contente de ces six fables qui concernent le Messager de Dieu pour passer a d'autres dont le personnage est l’émir des croyants. Voici quelques-unes:

 

1. Selon Abou Abdellah: « Une femme a été ramenée à 0mar. Elle était amoureuse d'un homme des Ansars 14. Elle a pris le blanc d'un oeuf pour le verser sur ces vêtements et ses cuisses. Et Ali s'est mis debout pour regarder entre ses cuisses. Puis, il l'a accusée. » Bihar al-Anwar 40/33.

 

Nous nous demandons : l’émir des croyants peut-il voir entre les cuisses d'une femme étrangère? Est-il raisonnable que l'imam Sadek puisse rapporter cette information? Peut-il proférer ces paroles celui qui aime Ahl El Bayt?

 

2. Selon Abou Abdellah: « Une femme laide s'est avancée vers l’Émir des croyants alors qu'il préchait sur le minbar (chaire de la mosquée) et a dit: « Celui-la est le tueur des amoureux. » Il l'a regardé et dit: « Toi, vieille, injurieuse, audacieuse, l’inféconde, sous le menton de qui est suspendu quelque chose... » Bihar al-Anwar (Les mers) 41/293

 

L'émir des croyants peut-il proférer de telles paroles infamantes? Peut-il retorquer a une femme en lui disant: «  ...sous son menton est mpendu quelque chose! » Donc, si ces histoires étaient citées dans livres d'Ahl Sunna, nous les aurions dénoncés fortement mais elles sont relatées dans nos livres, nous les chiites!

 

3. Al Tabrassi a relaté aussi dans AL IHtijaj comment Omar et ses compagnons avaient conduit l’émir des croyants, corde autour du cou, jusqu'a Abou Bakr, à la fin il a dit: « Fils de sa mère, cette populace m'a humilié, j’étais a quelques pas de la mort!!! »

 

N'est-il pas incroyable que l’émir des croyants soit lâche à ce point?

 

Voyons aussi ce portrait satirique dans la bouche de Fatima:

« Les femmes de Qoraich qui ont vu l’émir disent qu'il est bedonné aux membres longs, aux sourcils épais, chauve et globuleux, ses épaules en marchant ressemblent aux bêtes de sommes, dans ses yeux il y a la cataracte, souriant, désargenté » Tafsir al Qommi(2/336)

 

Est-ce les traits physiques de l'émir des croyants ?

 

Je me contente de ce texte pour passer à d'autres concernant fatima :

 

Abou Jaafar Al Kuleini raconte dans Usul al Kafi que Fatima avait pris les pans de la soutane d'Omar et l'a tiré vers elle.

 

Et dans le livre de Salim Ibn Qays: « Qu' elle a provoqué une querelle avec Abou Bakr et Omar dans l'affaire de Fadak. Puis, elle a crié avec hystérie, et les gens se sont rassemblés autour d'elle. » p253

 

Était-elle aussi agressive pour faire cela ?

Et cela peut-il être le comportement de la mère des croyants ? Soubhanallah ..

 

2. Al Kuleini relate dans Al Forou' que Fatima n’était pas satisfaite de son mariage avec Ali. Un jour, son pére est entré dans sa chambre et l'a trouvée en larme et lui a dit: « Qu'est ce qui te fait pleurer? Je jure que s'il y avait dans notre famille un homme mieux que lui, je ne t'aurais pas poussée a l’épouser, de plus c'est Dieu qui t'a mariée. » Quand elle a vue son père, elle a versée des larmes et dit: « Manque de nourriture, beaucoup de tristesse et d'ennui. »

 

Dans une autre version, elle a dit: «  Je jure que ma tristesse augmente, mon indigence aussi, l'ennui a empiré en moi. » Kachf Al Ghumma 1/149-150

 

Et ils ont fait d'Ali un portrait en disant: «Il était basané, de taille moyenne, bedonné, aux doigts fins, aux gros bras et aux tibias minces. Dans ses yeux, il y a de la mollesse, avec une barbe dure, chauve, et au front élevé. » Mokatil Atalibin p27

 

Comment donc peut-elle accepter l’émir des croyants avec de tels traits physiques?

 

Pour être bref, nous nous contentons de citer ces textes. Nous voulions en fait citer tous les textes émis a l'encontre de tous les imams. Mais nous en avons cité seulement cinq. Ce qui nous a valu plusieurs pages descriptives. C'est pourquoi, nous allons essayer d’abréger pour dégager plus de sens implicite.

 

Al Kuleini a rapporté dans, uçul al kafi que Jibril est descendu sur Mohammed et a dit: « ô Mohammed, Dieu vous annonce une bonne nouvelle: vous aurez un nouveau-né de Fatima. Mais ta oumma le tuera aprés ta mort » Et le prophète répondit : »Djibril, Paix sur mon dieu, je n'ai pas besoin d'un bébé de Fatima que mon peuple tuera aprés moi » Djibril est remonté puis redescendu pour entendre la meme invocation : » jibril paix sur mon dieu je n'ai pas besoin d'un bébé de fatima que mon peuple tuera aprés moi » jibril est remonté puis redescendu pour dire : »ô Mohammed, Dieu lit sur vous la paix et vous annonce que le nouveau né assurera la succession et l'imamat, » et lui de répondre : « j’accepte ! » puis, il accepta quand elle sut que le bébé sera successeur dans l'imamat,

 

Elle a porté cet enfant a contrecœur et l'a mis au monde à contrecœur,

Al hussein n'a pas pas été allaité ni de sa mère ni de son père ni d'une autre femme,

Mais le prophète -paix et salut sur lui- mettait son index dans sa petite bouche et le laisser téter une quantité qui lui suffisaient deux ou trois jours,

 

Nous avons un doute en ce qui concerne le refus du prophète d'une bonne nouvelle ordonnée par dieu. De même zahraa, comment peut-elle rejeter le fait accompli de Dieu et répondre comme le prophète : »J'en ai pas besoin ? » peut-elle répugner de mettre au monde son bébé et refuser de l'allaiter ?

 

Je me rappelle les paroles de l'imam Al khoui, lors d'une séance qui regroupait des étudiants de la hawza. Il a traité de plusieurs thèmes avant de conclure : « Que Dieu combatte les impies ! » Nous nous sommes demandés : « Qui sont-ils? » et lui de répondre « Al Nawasib -ahl Sunna- ils lancent des injures à l'encontre d'al hussein et sur ahl El bayt !!! » Que dirais-je à l'imam al Khoui ?

 

Lorsque l'émir des croyants a marié sa fille oum khaltoum à Omar ibn al khattab, abou abdallah a dit de ce mariage d'aprés jaafar al kuleini : « certes ce vagin nous a été violé !!! » Furu' al kafi 2/141

 

On se demande: Omar a-t-il épousé Oum Khaltoum légalement ou l'a-t-il violée?

 

Ces paroles attribuées à Assadeq sont claires. Abou Abdellah peut-il proférer un tel discours contre la fille de l’élu? Et puis, si Omara violé Oum Khaltoum, comment le lion de Dieu, l'incontestable guerrier de Qouraich peut-il accepter cela?

 

Nous lisons dans Arrouda de Kafi 8/101, un dialogue entre Abou Basir et la femme qui vient chez Abou Abdellah le questionner au sujet d'Abou Bakr et d'Omar. Il lui dit: « prenez-les pour alliés ».

 

Elle répondit: « Quand je serais en face de Dieu, dirai-je que tu me l'as ordonné? » II répondit par l'affirmative.

 

Comment inculper Omar de viol d'une femme de Ahl el Bayt alors que l'imam Abou Abdellah permet aux chiites de s'allier a lui?

 

Quand j'ai demandé a l'imam Khoui des éclaircissements sur cette affaire, il répondit: « Il a fait cela en recourant à la Taqiyya( discipline des arcanes). » Mais moi j'ai dit a l'imam Khoui que la femme en question faisait parti des chiites d'Ahl el Bayt et Abou Bassir, partisan de Saddeq, par conséquent l'argument, selon lequel cet homme a agi par Taquiya est faux et non avenu.

 

Quant à Al Hassan, on raconte dans AL moufid fi Al Irchad que Ahl Al Koufa l'ont déshabillé et lui ont tiré le tapis de dessous de ses pieds. Il est reste nu, épée a la main. P190

 

Al Hassan est déshabillé devant tout le monde? Est-ce que cela est raisonnable? Peut-on parler d'amour ? (l'auteur parle sûrement de leur soit disant amour pour ahl al bayt alors qu'il se moquent d'eux .. Le transcripteur)

 

Par ailleurs, Soufiane Ibn Abou Laila entra chez Al Hassan et lui dit: « Paix sur toi, ô humiliateur des croyants! » et lui de répondre: « Comment le savez-vous? »

Réponse de Soufiane: « Vous avez pris la responsabilité dans la gestion des affaires de la Umma. Vous vous êtes désisté pour céder la place à ce tyran en dehors de la loi divine? » Les hommes de Kachi p103

 

Al Hassan a-t-il humilié les croyants? Ou les a-t-il glorifiés, au contraire, en les unissant sans verser une goutte de sang par sagesse et une bonne inspiration?

 

Si Hassan avait dispute le califat (Al Khilafat:succession de pouvoir) à Mu'awiya, un océan de sang aurait été versé chez les musulmans et le nombre de morts ne serait connu que par Dieu. Bref, la Umma serait maintenant déchirée a tout jamais.

 

Malheureusement, ces propos sont attribués a Abou Abdellah. Je lure qu'il en est innocent.

 

Quant a l'imam Saddeq, il a reçu d'eux toute sorte d'atteinte et on Iui a attribué tout ce qui est laid et mauvais.

 

Lisez bien cet extrait:

 

D'apres Zurara: « J'ai demande à Abou Abdellah ce qu'est le « Tachahhud », il a dit: «Les salutations sont pour ALLAH, ainsi que les prières et les œuvres bonnes... » Même question et même réponse réitérée. Quand je suis sortie, j'ai fait un pet dans sa barbe et j'ai dit: « Il ne réussira jamais. ».Les hommes de Kachi p142

 

Nous avons raison de pleurer de sang l'imam Saddeq, oui, quoi de tels jurons prononcés a l'encontre de l'imam Abou Abdellah? Et Zurara osera-t-il faire un pet dans la barbe d'Abou Abdellah? Peut-il dire a propos de Saddeq: « Il ne réussira jamais! »?

 

Le livre de Kachi a été rédigé il y a dix siècles. Et depuis il a circule de main en main et lu dans toutes les sectes. Mais jamais personne ne contredit les fausses déclarations précitées.

 

Même l'imam Khoui, que j'ai aidé dans la rédaction du dictionnaire moderne des hommes, a commenté ces racontars de la manière suivante: «  Un cheval peut buter contre une pierre et un savant peut commettre une faute. » Pas plus!

 

Mais valeureux imam, l'erreur vient de la négligence, ou de I'inattention. En fait, je suis obligé de croire a ce que vous dites entoute bonne foi, car je vous considère comme mon père. De plus nos relations sont fortes.

 

Dans le cas contraire, je ne pourrais jamais me tenir en silence sur cette humiliation qui à atteint l'imam Saddeq.

 

Par ailleurs, Thikat El Islam Al Kuleini a dit: « Hicham ibn AlHakam, et Hamad ont rapporté ce qu'a dit Zurara: «  J'ai dit dans mon for intérieur: un vieillard qui n 'a pas l'art de la contradiction, c 'est-a-dire son imam. »

 

Ce hadith a été interprété ainsi: « Ce vieillard n 'a pas de raison, et ne possède l'art de parler avec le contradicteur (l'adversaire), »

 

Est-ce que l'imam Saddeq n'a pas de raison?

Mais vraiment, mon cœur est affligé, les Ahl El Bayt ne meritent pas ces injures et ces invectives. Il faut bien les respecter.

 

Quant à Al Abass et son fils Abdellah et UbaidAllah et Akil n'ont pas été exempts de ces attaques. Lisez ces extraits:

 

Al kachi relate que le verset:

 

« Quel mauvais allié, et quel mauvais compagnon! ». SOURATE 22, AL-HAJJ (LE FELERINAGE) : 13

 

est venu du ciel a l'attention d'Al Abass. » Les hommes d'Al kachi p54

 

De même que les deux versets suivants:

« 72. Et quiconque aura été aveugle ici-bas, sera aveugle dans l’au-delà, et sera plus égaré [encore] par rapport à labonne voie. »sourate 17, al isra (le voyage nocturne)

 

« 34. Et mon conseil ne vous profiterait pas, au cas où je voulais

vous conseiller, et qu'Allah veuille vous égarer. » sourate 11, hud,- extrait de les hommes d'al kachi (p52-53)

 

Al Kachi raconte aussi que l’émir des croyants a invoqué Dieu pour punir Abdellah Ibn Abass et son frére Ubaid en disant: « Je vous conjure Dieu, de maudire les fils de...rendez-les aveugles, commeleurs cœurs sont aveugles. Et que l'aveuglement de leurs yeux l'aveuglement de leurs cœurs

 

Et Thikat Al Islam Abou Jaafar Al Kuleini a relaté dans Al Furu', Selon l' imam Al Baqer a dit de l’émir des croyants: « Deux hommes indignes et récemment convertis a l'islam sont restés avec Abass et Akil. » Les trois versets qui concernent Al Abass, selon Ies prétentions d'al Kachi, signifient qu'Al Abass est condamné a l'enfer etemel pour apostasie; sinon qui peut me dire ce que celaveut dire: « sera aveugle et égaré le Jour du Jugement. »

 

En ce qui concerne l' invocation de Dieu, précitée de l'émir des croyants, contre les fils d'Abass, ce serait un acte d'accusation grave!

 

II faut savoir qu'Abou Al Abass est sumomme par Ahl Sunna, le traducteur du coran et la plume de le Oumma, comment alors pourrions-nous le maudire, et prétendre a l'amour d'Ahl El Bayt??

 

Quant à Akil, il est le frère de l’émir des croyants, est-il un vil et un nouvel arrivant en Islam?

 

ce qui conceme l'imam Zin Alabidin Ali Ibn Hussein, al Kuleini raconte que Yazid Ibn Mou'awiya lui a demandé d'être son esclave. Et, paix sur lui, a accepté d'être son esclave en lui disant: « J'accepte ce que vous me suggérer, je suis esclave obéissant, vous pouvez me garder ou me vendre. » Arrawda min al Kafi 8/235

 

Examinez les paroles et leurs sens de la déclaration précitée: « L'imam, paix sur lui, peut-il être esclave gardé ou vendu au gré de Yazid?

 

Pas une personne d'Ahl El Bayt n'a été épargnée d'attaques et de propos diffamatoires dans nos livres de références. Nous évoquerons d'autres textes dans les chapitres qui suivent:

 

Lisons cette narration:

 

Selon Abou Abdellah: « Le messager de Dieu ne dormait jamais avant d'embrasser Fatima sur le profil de son visage. » «Bihar al-Anwar» (Les mers les lumieres) 42/43

 

 

« ..et il mettait son noble visage entre les seins de Fatima (paix sur elle).» «Bihar al-Anwar» p. 78/43.

 

Or, Fatima était âgée, comment donc le Prophète pourrait-il mettre son visage entre ses seins? Si le Prophète et Fatima étaient des cibles de diffamations que seront les autres?

 

Ils ont douté si l'imam Mohamed Al-Qani' etait fils d'ar-Rida ou fils de (...)

 

Lisons cet extrait:

 

Selon Ali Ibn Jaafar Al Baker, on a dit a Ar-Rida:

« Jamais il n'y a eu parmi nous un imam basané... » Et ar-Ridarépond: « C'est mon fils ». Ils ont rétorqué: « Le Prophète nous ademandé de recourir a Al Qafa (le fait de s'assurer de la descendance et de la lignée..).

Il leur a dit donc: «  Allez les voir vous-même, moi non et ne leurdites pas l'objet de votre convocation... »

 

Quand, ils sont venus, ils nous ont fait asseoir dans le jardin, se sont rangés l'un après I'autre, ses cousins, frères et sœurs. Ils ont pris ar-Ridd et lui ont fait porter une soutane et une kippa. Autour de son cou, ils ont mis un râteau pour simuler un jardinier. Puis, ils ont amené Abou Jaafar et ont demandé qu'on le mette vis-à-vis de son père. Ils répondirent: « Son père n'est pas là, mais celui-là c'est son oncle, cet autre est I'oncle de son père, et celle-ci c'est sa tante paternelle, et s'il y a lien de parler de pére ça sera le jardinier car leurs pieds se ressemblent. » Quand Abou Al Hassan revient, il ont dit: « Voici son père ». Les origines de kafi 1/322

 

Ici, ils ont doutés que Mohamed Al Qani' soit le fils de ar-Rida. Et celui-ci a affirme qu'il est son fils. Or, tous les autres ont nié cette pure parenté, c'est ce qui explique leur propos: « Il n'y a pas parmi nous un imam basané » Sans doute, c'est une atteinte morale àl'encontre d'ar-Rida, et une mise en cause de la fidélité de sa femme. Mais (le Qafa), qu'ils ont consultés eux-mêmes, ont certifiés la bonne filiation. Après, ils n'ont pas trouvé quoi dire.

 

Il est facile d'accuser les autres, et les gens croient aux rumeurs. Mais accuser Ahl Al-Bayt est un acte inqualifiable. Malheureusement,nos livres censés être un répertoire de savoir d'Ahl Al Bayt, sont émaillés de ces considérations fausses. Au temps de notre étude dans la hawza, nos savants ont passés outre ces textes. Je me rappelle bien I 'argumentation d'Al Khoui quand j'ai attiré son attention sur cela, il m'a repondu en citant Al Kashif Al Ghita: « Ils n'ont fait cela que pour conserver leur descendance intacte! ». Ils ont même accusé Al Rida qu'il était amoureux de la fille de l'oncle d'Al Maamun, et que celle-ci en éprouve le même sentiment. Uyun Akhbar Ar-Rida p153

 

Ils ont aussi surnommé Jaafar, le menteur, comme ils l'ont injurié, si bien que c'est le frère d'Al Hassan Al Askari. Et Al Kuleini de dire: « lui, il a déclaré le pêché, débauché et ivrogne, c'est le plus vil des hommes, il est autodestructeur et sans âme » Les origines du Kafi 1/504

 

Y-a t'il au sein d'Ahl El Bayt un ivrogne? Ou un pécheur? Si nous voulons connaître tous les détails dans nos livres de référence a propos des autres gens d'Ahl El Bayt, il n'y a qu'a prendre le temps de lire. On peut connaître qui a tué leur descendance où et quand? Un grand nombre d'entre eux sont assassinés dans les ragions de Perse par des autochtones. Je réfère le lecteur au livre d'Al Asphahani Maqatil al-Talibin pour jeter un regard sur la liste des assassins et des victimes. Car mon souci est grand d'être bref.


Il faut savoir que ceux qui ont été les plus diffamés et abaissés sont bien les deux imams, Mohamed Al Baqer et son fils Jaafar Assadeq, on leur a attribué tous les agissements mauvais:  « « pratique de la « taqiya », jouissance, sodomie, et échangisme...etc. » »


Mais les deux imams sont innocents et lavés de tous soupçons

 

  ________________

 

Notes :

 

9 C'est-à-dire le commun des musulmans, mais dans les references imamites duodecimaines ce tenne est utilise pour designer les Sunnites (Traducteur).

 

 

10 Il s'agit ici de Fatima-Zohra, la fille du Prophète Mohammed et l’épouse de l'Emir des Croyants 'Ali.

 

11 Ahzabs : les coalises, ce sont les mécréants qui ont formé une coalition contre le Prophète.

 

12 Ils furent qualifiés de Rafidah pour avoir rejeté la plupart des Compagnons (le verbe rafada signifie refuser, rejeter), ainsi que l'Imamat d'Abou Bakr et de 'Umar – qu'Allah les agrée. On dit aussi qu'ils furent qualifies de Rafida (ou Rawafids) pour avoir rejeté Zayd Ibn 'Ali qui avait reconnu la légitimité de Abu Bakr et de 'Umar - que Dieu les agrée. Zayd dit : «Il m'ont rejete (rafadanp», ils furent alors appelés rafidah (ou Rawafid). Selon Al-Mirza Taqi, une des causes d'appellation des Chiites par « Al Rafida », remonte a l’Époque de Zayd Ibn 'Ali, un membre d'Ahl al-Bayt qui avait reproche aux chiites d'insulter Abu Bakr et `Umar (qu'Allah les agrée),Ils lui demandèrent : « Que penses-tu d'eux ? » II leur répondit : « Je ne dis d'eux que du bien. »

Ils lui dirent : « Alors, tu ne fais plus parti des nôtres. » Et ils l’abandonnèrent et le renièrent. Zayd Ibn 'Ali dit : « Ils nous ont reniés, aujourd'hui. » Depuis ce jour, ils furent appelés « Al-Rafida ». Et l'Imam Zayd utilisait cette appellation pour designer ceux qui exagéraient dans cette doctrine chiite et se permettaient d'insulter les compagnons. [« Nasikh Al-Tawarikh » d'Al-Mirza Taqi. Tome 3, page 590] (Traducteur)

 

13 Et concernant le surnom de « Humayra » donnée a Aisha (radhi Allahu l'anha) l'épouse du Prophete (`Aleyhi calat wa salam) ; en predisons que ce surnom Humayra lui a été donne par le Prophète lui-meme. Plusieurs traditions font état de

ce fait, citons par exemple le hadith rapporte par al-Tahawi et an-Nasa'idans lequel Aicha (radhi Allahu `anha) rapporte que [le jourde l'al-aid] : « les Abyssiniens étaient entrés dans la mosquée pour jouer (avecleurs javelots pour montrer leur dextérité) lorsque le Prophete sawsme dit : «O Humayra désires-tu les regarder faire?...».

On voit dans ce hadith que le Prophète saws utilise ce surnom affectueusement en s'adressant à sa tendre épouse Aicha. Linguistiquement parlant lemot humayraest la forme diminutive de Hamra', Rouge), désignant ainsi une couleur rouge moins vive, moins prononcée. Ibn Mandhur, dans Iisan al-'Arab et Murtada az-Zubaydi dans Taj al 'Arus explique que les arabes utilisaient le terme hamra' pour designer une personne blanche à la peau claire, Dans leur usage de la langue, les arabes n'utilisaient pas le mot biadaa / blanche (comme dans la langue française par exemple) mais hamra'/ rousge pour désigner des personnes à la peau blanche (Note traducteur)

 

14 Les Ansars (en arabe : les défenseurs), nom donné aux croyants de Medine qui recueillirent et protégèrent le prophète Muhammad lors de son départ de La Mecque,