Le Danger de l’Ostentation sur les oeuvres du Serviteur d’Allah

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  27 Juin 2011, 15:49  -  #LA CROYANCE ISLAMIQUE

http://dc225.4shared.com/img/nf1z3D3v/s7/0.5021942272783695/ostentation_islam_chirk_consei.png

 

As-Salâmu ‘alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh. Bismillâhi r-Rahmâni r-Rahîm. Louange à Allah le Seigneur de l’Univers ! Que le Salut et les Prières d’Allah soient sur le maître des premières et des dernières générations, notre maître et notre Prophète Mouhammad, ainsi que sur sa famille, ses Compagnons, et tous ceux qui suivent leur voie et qui s’accrochent à leur tradition jusqu’au Jour du Jugement Dernier ! Subhanallahou ta’ala !! Je suis étonné de ne pas avoir partagé avec vous depuis l’ouverture de ce site un article concernant les Dangers de l’Ostentation sur les œuvres du Serviteur d’Allah. En effet c’est une chose qui peut arriver à n’importe qui. D’ailleurs qui ne s’est pas déjà retrouver entrain de faire un acte d’adoration pour Allah que se soit la salât ou une sadaqah alors que les gens l’observait et qui a commencé a ressentir l’envie d’en faire plus et de se montrer afin que les gens disent « Cette personne est pieuse ou généreuse»  ?! Certes l’ostentation est un acte dangereux qui peut mener à l’annulation totale de nos œuvres.


Ô Serviteur d’Allah, ne te sens pas à l’abri de ce danger et sache que personne n’est à l’abri de voir des œuvres annulés à cause de ce mal qui est entre le Serviteur et son Créateur. C’est pourquoi j’ai rassemblé quelques paroles sur ce sujet afin de me corriger en premier et de rappeler le danger de ce mal. Qu’Allah me donne la sincérité dans cet acte et me permette ainsi qu’à toi de nous prémunir contre ce mal qui anéantit les œuvres, il est certes kulli chayin ‘Alîm.


Allah, ton Créateur, Celui qui t’a donné tant de bienfaits et ne t’a pas abandonné dit (sens approché) :

« Dis: Que vous cachiez ce qui est dans vos poitrines ou bien vous le divulguiez, Allah le sait. Il connaît tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Et Allah est Omnipotent.» 
(3:29)


« Et ceux qui dépensent leurs biens avec ostentation devant les gens, et ne croient ni en Allah ni au Jour dernier. Quiconque a le Diable pour camarade inséparable, quel mauvais camarade»  (4:38)


« Ô les croyants! N’annulez pas vos aumônes par un rappel ou un tort, comme celui qui dépense son bien par ostentation devant les gens sans croire en Allah et au Jour dernier. Il ressemble à un rocher recouvert de terre; qu’une averse l’atteigne, elle le laisse dénué. De pareils hommes ne tireront aucun profit de leur actes. Et Allah ne guide pas les gens mécréants.» 
(2:64)


Sache qu’Allah te fasse miséricorde que l’ostentation fait partie du Chirk Asghar Khafi (le petit associationnisme caché).


D’après Jundub Al`Alakî qu’Allah l’agrée, le Prophète :saws: a dit (sens):

« Celui qui ne cherche que l’ostentation par son œuvre, Allah fera montrer son hypocrisie aux gens, en la démasquant; et celui qui ne cherche qu’à faire étalage de son œuvre devant les gens, Allah dévoilera également son hypocrisie» . ( Rapporté par Muslim n°5302 en arabe)


Cheikh ‘Utheymîne: définit l’ostentation qui fait partie du chirk Asghar comme suit:

…ce qui signifie qu’une personne fait quelque chose pour que les gens la voient, pas pour Allah. L’ostentation peut annuler les actes d’adoration des manières suivantes :


Premièrement


Lorsque cela s’applique à un acte d’adoration depuis le début, c’est-à-dire que la personne ne fait cette action que par ostentation. Dans ce cas, l’action est invalide et est rejetée, à cause du hadith d’Abû Hurayra qui a été attribué au prophète :saws: qui dit qu’Allah a dit : « Je Me suffit à Moi-Même, si bien que Je n’ai besoin d’aucun associé. Ainsi, ce lui qui fait une action pour l’amour de quelqu’un d’autre que Moi, son action sera refusée par Moi et laissée à celui qu’il M’a associé. » [Muslim, Kitab Az-Zuhd, n°2985]


Deuxièmement

Lorsque l’ostentation arrive plus tard pendant l’acte d’adoration, c’est-à-dire, l’action est à l’origine pour Allah, puis l’ostentation arrive. Cela peut être un de deux cas :


Le premier : la personne y résiste – cela ne lui nuit pas. Par exemple, un homme a prié une rak’a, puis des gens viennent pendant sa seconde rak’a et il fait alors un ruku’ ou sujud plus long, ou se met à pleurer, et cetera. S’il y résiste, cela ne lui nuit pas, parce qu’il lutte contre cette idée. Mais s’il convient de cela, alors toute action qui vient de l’ostentation est invalide, comme s’il allonge son inclination ou sa prosternation, ou s’il se met à pleurer – toutes ces actions seront annulées. Mais cette invalidation s’étend-elle à l’acte d’adoration entier ou non ?


Nous disons que ceci doit s’appliquer :

Si la fin de son acte d’adoration est liée au commencement (sans pause); si la fin est invalide alors tout est invalide.


C’est le cas avec la prière – la dernière partie ne peut pas être annulée sans annuler aussi la première partie, donc la prière entière est invalide.


Et si le commencement de l’action est séparé de sa fin, la première partie est valable mais la dernière partie ne l’est pas. Tout ce qui est venu avant l’ostentation est valable et ce qui est venu après ne l’est pas.


Par exemple, un homme qui a cent riyals et en donne cinquante en aumône pour Allah avec une intention saine, puis il en donne cinquante par ostentation. Les cinquante premiers sont acceptés et la cinquante autres ne le sont pas, parce que les derniers sont séparés des premiers. » (tiré de http://salafs.com/modules/news/article.php?storyid=211)


Bilâl Ibnu Sa’id :rahimoAll a dit: »  ne sois pas un ami d’Allah en public et son ennemi en secret»  (Ahmed dans Az Zuhd p.385, Al faryâbi dans sifat ul munafiqin p.91, Al Bayhaqi dans Les branches 6548)


Médite sur les athar qui vont suivre;

Hammâd ibnu Zayd :»  Je marchais avec Ayyoub et ce dernier me conduisit par des chemins dont j’étais surpris de voir qu’il les connaissait: en fait il faisait celà pour éviter les gens, afin qu’ils ne disent : Voila Ayyoub! » 

( Ibn Sa’ad 7/249, Al Fawassi dans la connaissance et l’histoire 2/232 authentique)


Yahya binu Mu’adh Ar Râzi :»  Comment mes actes peuvent-ils me sauver, alors que je me trouve entre un bon acte et un péché? Mes péchés ne contiennent pas un bon acte, alors que mes bons actes sont mélangés à des péchés, et toi Allah, Tu n’acceptes qu’uniquement la sincérité contenue dans les actes et, après celà, il ne reste que Ta générosité» (Al Bayhaqi dans Les branches 824)


Ne nous sentons pas à l’abri de Satan qui a juré de tout faire pour nous égarer (sens approché):

»  Accorde-moi un délai, dit (Satan) jusqu’au jour où ils seront ressuscités. [Allah] dit: Tu es de ceux à qui délai est accordé. Puisque Tu m’as mis en erreur, dit [Satan], je m’assoirai pour eux sur Ton droit chemin, puis je les assaillirai de devant, de derrière, de leur droite et de leur gauche. Et, pour la plupart, Tu ne les trouveras pas reconnaissants. « Sors de là» , dit (Allah) banni et rejeté. « Quiconque te suit parmi eux… de vous tous, J’emplirai l’Enfer» . (7:14-19)


Médite ce athar du fils de l’Imam D’ahl Us Sunnah Ahmad bin Hanbal : qui a combattu les innovations de son époque avec fermeté et science:

Abdallah bin Ahmed Bin Hanbal a dit :»  J’ai assisté à la mort de mon père; je m’assis auprès de lui en tenant un torchon à la main-alors que l’âme était en train d’^tre ôtée-afin de lui tenir les mâchoires; il transpirait tellement que l’on croyait que celà en était fini pour lui; mais il se révaillait et disais « non, pas encore! non, pas encore!» ; il fit celà une première fois, puis une deuxième, et à la troisième, je lui dis « ô mon père! quels sont les propos que tu tenais un instant auparavant? il me répondit: « ô mon fils! ne sais-tu pas? Je lui dit « non!»  il me dit « c’était Satan-qu’Allah le maudisse- il se tenait près de moi en se mordant le bout des doigts et il disait « ô Ahmed! tu m’as échappé»  et moi je répondais: « non, pas encore ! jusqu’à ce que je meure!» 
(Al Bayhaqi dans Les branches 826, Ibn Al Jawzi dans les qualités d’Ahmed p.546-547, Ad Dhahabi dans Les récits 11/341)


Abou Othmân dit: »  l’empressement, c’est suivre les passions, tandis que la douceur, c’est suivre la Tradition, puis lorsque nous avons achevé notre acte, notre coeur doit être pris de frayeur, par crainte qu’Allah refuse notre acte et qu’Il ne nous l’accepte pas; Allah, soit -Il élevé a dit (sens approché):

« ..qui donnent ce qu’ils donnent, tandis que leurs coeurs sont pleins de crainte [à la pensée] qu’ils doivent retourner à leur Seigneur.»  (23:60), quiconque réunit ces quatre caractéristiques ets sincère dans ses actes si Allah le veut (Al Bayhaqi dans Les branches 7475)


L’invocation à dire de peur de commettre du chirk

Allahumma innî a’oudhou bika an uchrika bika wa a nâ a’lamu wa astaghfiruka lima la a’lamu
(Ahmad 4/403, Sahih Al Jâmî’ 3/233, sahih targhib wa tarhib de Cheikh Al Albânî 1/19)

Ô Allah, je cherche refuge auprès de Toi afin que je ne commettes pas le chirk envers Toi sciemment et je cherche Ton pardon pour ce que je fais inconsciemment

 

__________

Source 

Source

Les 6 perles parmi les bases des partisans du hadith de cheikh AbdalMalik Bin ahmad Ramadani éd. Al Houda