Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

« On ne connaît pas la vérité par les hommes, mais connais donc la vérité, et après tu connaîtras ceux qui la suivent. »


Le Paradis n’est pas qu’un simple nom

Publié par convertistoislam - l'islam pour tous sur 5 Février 2010, 23:40pm

Catégories : #L'INVISIBLE ET L'AU-DELA

Le Paradis n’est pas qu’un simple nom


Al-Imâm Chams id-Dîn Abî ‘Abdullâh Muhammad Ibn Abî Bakr az-Zar’î al-Ma’roûf Ibn Qayyîm al-Djawziyyah [691-751 H]

 

jannah-copie-1.PNG


La véritable vérification consiste à dire que le Paradis n’est pas un nom qui désigne simplement les arbres, les fruits, les boissons, les houris [Qui sont les femmes du Paradis], les fleuves et les palais. Beaucoup de personnes se trompent sur la signification véritable du Paradis. En effet, le Paradis, c’est le nom de la demeure de la félicité absolue et parfaite. Ainsi, parmi les délices du Paradis, il y a la jouissance de regarder la Face d’Allâh le Sage, d’entendre Sa Parole et d’être comblé par Sa proximité et Son agrément. Ce véritable plaisir n’a aucune mesure proche avec le plaisir de la nourriture, des boissons, des habits et des images. Car la moindre part d’agrément divin vaut le Paradis et tout ce qu’il peut contenir - Comme Allâh - Ta’âla - le dit :

« Et la satisfaction d’Allâh est plus grande encore » Coran, 9/72

 

Il est rapporté dans un hadîth authentique, le hadîth sur la vision [d’Allâh] : « Par Allâh ! Allâh ne leur a pas donné une chose qui soit plus agréable pour eux que le fait de voir Sa Face » [Rapporté par Muslim] [...]

 

Car il s’agit d’une chose trop sublime pour effleurer l’imagination et les esprits. Surtout lorsque les amants gagnent là-bas la compagnie de l’amour, car la personne est avec celui qu’elle aime. C’est une règle qui n’endure aucune exception car elle se confirme dans la présence comme dans l’absence. Quelle peut être [en dehors de cela] l’autre félicité ? Quel succès ? Quelle tranquillité peuvent-ils soutenir en comparaison à la félicité et au plaisir de cette compagnie ? Y’a-t-il un apaisement supérieur à l’apaisement que procure la compagnie du « Bien-Aimé » dont rien n’est plus beau et plus parfait à la vision ? Et c’est cela - Par Allâh - que recherchent les amants [al-Mouhiboûne] et c’est le drapeau que visent ceux qui ont la connaissance, et telle est l’âme [ar-Roûh] qui désigne le terme « al-Djannah » [Le Paradis] et sa vie éternelle. C’est par lui que le Paradis devient réel et agréable.


Comment peut-on dire dans ce cas qu’on n’adore pas Allâh pour rechercher le Paradis et par crainte de Son Feu ? De même que le Feu - Qu’Allâh nous en préserve ! - Ses habitants souffrent du voile par rapport à Allâh, de Son mépris, de Sa colère, de Son courroux et de Son éloignement à côté desquels les flammes de l’Enfer qui brûlent leurs corps et leurs esprits s’avèrent insignifiantes, car les flammes de ce feu jaillissent d’abord dans les cœurs avant d’atteindre leurs corps.


Kitâb « Madâradj as-Sâlikîn » de Ibn al-Qayyîm, 2/294-296

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :