Le prophète est apparut alors que les cultes divergeaient et n'a pas fait de distinction entre eux !

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  26 Août 2013, 00:22  -  #LA CROYANCE ISLAMIQUE

Le prophète est apparut alors que les cultes divergeaient et n'a pas fait de distinction entre eux !
Cours n°5

La troisième base

C’est que le prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- est apparut chez des gens dont les cultes divergeaient : il y en avait qui adoraient les anges, d’autres les prophètes et les pieux, d’autres les pierres et les arbres, d’autres le soleil et la lune. Malgré cela, le messager d’Allah –salla llahou ‘alayhi wa sallam- les combattit tous sans distinction.



On voit que dans les règles que l’on a lu jusqu’à maintenant et dans cette règle-ci, que le cheykh Mohammed Ibn Abdel Wahab a su comment résumer les points les plus importants sur lesquels on se concentre lorsque l’on fait la darwa (l’appel à l’Islam), et comment ramener les gens à la bonne compréhension du Tawhid. Donc il se concentre sur des points clef. Il essaie d’expliquer aux moushrikin que lorsque le Prophète salallahou ‘alayhi wa salam est venu aux arabes à l’époque, il ne les a pas trouvé tous en train d’adorer des idoles. Il y en a qui adoraient des hommes pieux, et lorsque l’on remonte à l’origine des idoles on se rend compte que c’étaient des hommes pieux dont on a fait des statues, ou que l’on représente par des statues. Ou bien il s’agissait d’anges, ou de jinns, ou tout autre chose en dehors d’Allah. Ils adoraient tous des choses différentes mais ils se sont réunis sur le fait qu’ils faisaient une chose considérée comme du shirk.

Le cheykh Salih Al Fawzan explique cette troisième base en disant que le prophète salallahou ‘alayhi wa salam a été envoyé à des moushrikin qui adoraient différentes choses […] Donc, ils n’étaient pas unis dans ce qu’ils adoraient. Et cela fait partie de la laideur du shirk, comme dit le cheykh Al Fawzan. Du fait que les gens qui pratiquent le shirk et qui adorent autre qu’Allah soubhanna wa ta’ala ne sont pas capables de se réunir sur une seule et unique chose dans leur adoration. Contrairement au mouhidin, les gens qui ont unifié Allah soubhanna wa ta’ala, leur objet d’adoration est unique. Et le cheykh mentionne le verset : (traduction relative)
{Est-ce que des seigneurs divisés sont meilleurs ? Ou est-ce Allah l’Unique, at-Tahar (Celui qui a le dessus sur toute chose).}


Comme exemple de division dans l’adoration on peut regarder les indous, en Inde ils ont des milliers de dieux différents. Dans une même famille, une même maison on retrouve différents dieux et statues que les gens adorent. Certain disent « moi mon dieu, c’est le Dieu du ciel » un autre dit « moi mon dieu, c’est le dieu des fruits » etc. Chaque dieu ayant sa spécialité. Alors si tu viens et tu dis « moi mon dieu, c’est Celui qui contrôle tout cela en même temps ». Est-ce que cela n’est pas mieux que celui qui contrôle seulement une petite affaire ? Donc cela n’est pas difficile de comprendre que c’est meilleur d’adorer celui qui contrôle toute chose.

Donc le cheykh dit que parmi les aspects négatifs du shirk, c’est que les gens sont tous divisés dans leurs adorations. Il n’y a rien qui les réuni. Et pour les moushrikin, c’est une chose inconcevable que le tawhid car ils n’arrivent pas à admettre l’adoration pour un seul Dieu. Même les moushrikin d’aujourd’hui si tu leur parles des mécréants en disant « Il faut que toute l’humanité soit uni sur une seule et même foi. », ils disent « Mais non tout le monde ne peut pas être sur une seule religion, il faut qu’il y ait de la diversité… » Ils ne peuvent pas concevoir que tous les êtres humains adorent le même Créateur, le même Dieu.

Ces moushrikins sont donc tous divisés car ils ne se basent sur rien de fondamental, mais se basent uniquement sur leurs désirs et leurs passions qui est la cause de leur division. Et le cheykh mentionne un verset où Allah ta 'ala nous donne un exemple :
{Allah vous propose en parabole un serviteur qui a plusieurs maîtres associés, qui se disputent son service, et un autre serviteur qui n’a qu’un seul maître. Le sort de ces deux serviteurs est-il le même ? Louange à Dieu, la différence est claire ! Mais trop peu d’hommes en ont conscience !} [Sourate Az-Zoumar, verset 29]


Puis le cheykh explique ce verset. Allah ta 'ala a donné cet exemple pour mentionner celui qui adore Allah soubhanna wa ta’ala seul. Il dit que c’est comme celui qui a un seul maître, il est en paix avec lui car sait qu’il y a qu’un seul maître qui va lui demander une seule chose à la fois etc. Tandis que le moushrik, il est comme celui qui a plusieurs maîtres, et chacun de ces maîtres désire quelque chose de lui. Il doit donc se diviser pour tous ses maîtres, ce qui est difficile pour lui. […]


Ca c’est l’exemple du moushrik qu’Allah a donné pour faire comprendre la différence entre celui qui adore plusieurs dieux et celui qui en adore qu’un.

Ces moushrikins, le prophète sallalahu 'alayhi wa salam les a tous combattu sans exception. Il n’a pas fait de distinction entre les idolâtres, les chrétiens, et autres moushrikins. Il les a tous considéré de la même façon. Il y a donc une réfutation à celui qui dit « celui qui adore une idole n’est pas comme celui qui adore un homme ». Car aujourd’hui parmi les musulmans qui font le shirk en adorant les tombes, ils disent « nous ce que l’on fait ce n’est pas la même chose, car nous demandons aux hommes pieux l’intercession tandis que les autres ils adorent des idoles, des pierres, des arbres, des choses inertes. » Ils cherchent donc à se distinguer, pour justifier ce qu’ils font. C’est pour cette raison que le cheykh Mohammed Ibn Abdel Wahab a pris cet argument comme une règle, pour faire comprendre que la distinction qu’ils essaient d’utiliser n’a aucune réalité. Il n’y a aucune différence entre le fait d’adorer une idole et un homme pieux comme eux le prétendent.


On répond donc à ces moushrikin que le Prophète salallahou ‘alayhi wa salam n’a pas fait de distinction entre eux. Il a considéré que tous les moushrikin sont halal dans leur sang et dans leur bien. […] Il n’y a pas distinction entre le moushrik qui adore une idole, une pierre ou un arbre. Car le shirk c’est adorer autre qu'Allah Azawajal, peu importe ce que c’est. Que ce soit un prophète, un ange, un djinn, une pierre, peu importe la chose qu’elle soit un être vivant ou un chose inerte ou même un animal. Ce n’est pas la chose elle-même qui compte, si ce n’est pas Allah soubhanna wa ta’ala ça ne mérite pas d’être adoré, et si ça ne mérite pas d’être adoré alors il s’agira de shirk billah.

Le cheykh mentionne comme preuve de ceci la parole d’Allah ta’ala :
{Adorez Allah et ne Lui associez rien}
[Sourate An-Nissa, verset 36]
Et le terme « rien » c’est général, cela comprend tout ce qui peut être adoré en dehors d’Allah, sans exception rentre dans l’interdiction.


Puis le cheykh Mohammed Ibn Abdel Wahab cite des preuves :

 

Ceci est indiqué par la parole d’Allah ta‘âlâ : « Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association (fitna) et que la religion soit entièrement à Allah seul. » (sourate 2 verset 193)



Dans ce verset le mot employé est « fitna », et le Cheykh précise que la fitna dont il est question ici c’est le shirk (l’association).


Le cheykh Al Fawzan dit que dans ce verset il y a une preuve car Allah soubhanna wa ta’ala dit de combattre les moushrikin sans faire de distinction entre eux par rapport à ce qu’ils adorent.
Allah a dit « Et combattez-les » et ceci est général pour tous les moushrikin sans distinction.


Puis Il a dit « jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association (fitna) », c’est-à-dire « jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de shirk », et là encore, c’est général, toute forme de shirk sans distinction.
« et que la religion soit entièrement à Allah seul » signifie que toute l’adoration doit être uniquement pour Allah soubhanna wa ta’ala. […]


Cheykh Mohammed Ibn Abdel Wahab mentionne un autre verset :

 

Et l’indication qu’il y en avait qui adoraient le soleil et la lune est la parole d’Allah ta‘âlâ : « Parmi Ses merveilles, il y a la nuit, le jour, le soleil et la lune: ne vous prosternez ni devant le soleil, ni devant la lune, mais prosternez-vous devant Allah qui les a créés, si c’est Lui que vous adorez » (sourate 41 verset 37)




Cheykh Al Fawzan dit qu’il y a dans ce verset-là une preuve qu’il y a des gens qui se prosternent devant le soleil et la lune. Et c’est pour cela que le Prophète salallahou ‘alayhi wa salam nous a interdit de faire la prière lorsque le soleil se couche et lorsque le soleil se lève, pour ainsi fermer la porte à cette forme de shirk. En effet si cela était permis de faire la prière à ces moments, comme le font les moushrikin, les gens pourraient croire que les musulmans adorent le soleil. De plus cela serait une ressemble aux moushrikin (qui eux prient à ces 2 moments particuliers). Et cela n’a rien à voir avec l’intention, car que tu ais une bonne ou une mauvaise intention, ou que tu dises « je n’ai pas l’intention de les imiter », au final ce que tu fais c’est de les imiter. Or, imiter les moushrikin et les kouffar dans l’adoration, dans la religion et dans les autres aspects de la vie, c’est interdit. (c’est un des principes qu’à expliqué le Cheykh Al Islam Ibn Taymiyya dans son livre) Donc cette interdiction de prier au lever et coucher du soleil c’est une interdiction qui sert à fermer la porte à ce qui pourrait mener au shirk, même si l’acte n’est pas haram en lui-même. […]

Ceci est un principe connu dans la shari’a qui est l’interdiction d’une chose qui peut mener à pire. Comme par exemple si tu regardes une femme, cela peut te donner envie d’aller lui parler, puis le fait de lui parler peut t’amener à autre chose qui à la fin peut t’amener à zina (l’adultère). Donc fermer la porte à cela, le Prophète salallahou ‘alayhi wa salam nous a ordonné de baisser le regard. Ceci est un exemple du principe. […]


Cheykh Mohammed Ibn Abdel Wahab mentionne une autre preuve :

 

Et l’indication qu’il y en avait qui adoraient les anges est la parole d’Allah ta‘âlâ : « Et il ne va pas vous commander de prendre pour seigneurs anges et prophètes. » (sourate 3 verset 80)



Ce verset est une preuve qu’il y a des gens qui adorent les anges et les prophètes. Et les gens qui adorent les tombes aujourd’hui ils disent que d’adorer les anges, les prophètes et les hommes pieux n’est pas du koufr (de la mécréance). Ce verset prouve donc qu’ils ont tort et qu’ils mentent.



Le Cheykh Mohammed Ibn Abdel Wahab dit ensuite :

 

Et l’indication qu’il y en avait qui adoraient les prophètes est la parole d’Allah : « Rappelle-leur le moment où Allah dira : «Ô Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens: «Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors d’Allah ? » Il dira : « Gloire et pureté à Toi ! Il ne m’appartient pas de déclarer ce que je n’ai pas le droit de dire ! Si je l’avais dit, Tu l’aurais su, certes. Tu sais ce qu’il y a en moi, et je ne sais pas ce qu’il y a en Toi. Tu es, en vérité, le grand connaisseur de tout ce qui est inconnu. » (Sourate 5 verset 116)




Dans ce verset nous avons la réponse de ‘Issa 'alayhi salam lui-même à la question d’Allah « Est-ce toi qui a dit aux hommes de t’adorer toi et ta mère ? » Et il répond qu’il n’a jamais dit ça. Et même aujourd’hui si vous lisez la bible que les chrétiens ont entre leurs mains vous ne verrez pas que Jésus à dit cela.

Ce verset prouve donc qu’il y a des gens qui ont des prophètes comme divinité. Les chrétiens ont pris ‘Issa 'alayhi salam pour Dieu, alors qu’il n’a jamais dit aux gens de l’adorer ou d’adorer sa mère. De même, aujourd’hui il y a des musulmans qui ont pris le prophète Mohammed salallahou ‘alayhi wa salam comme objet d’adoration, et ils lui demande en dehors d’Allah soubhanna wa ta’ala des les aider et de leur donner des choses. Ils prétendent que c’est par amour et par respect pour le Prophète salallahou ‘alayhi wa salam qu’ils font cela, alors qu’en réalité c’est du shirk. Ils font avec le Prophète salallahou ‘alayhi wa salam exactement ce qu’ont fait les chrétiens avec ‘Issa 'alayhi salam. Et ils pensent qu’il y a une différence, car ils disent « nous nous ne disons pas que Mohammed salallahou ‘alayhi wa salam est le fils d’Allah ». Alors ils croient que c’est correct de l’invoquer. Mais cela n’a rien à voir. Dire qu’untel est le fils d’Allah, ceci est du kouffr en lui-même. Et de l’adorer et de lui demander en dehors d’Allah, ceci est un autre kouffr. C’est comme si tu ajoutes un shirk par-dessus un autre.


Donc les chrétiens, par exemple, s’ils cessaient de dire que Jésus est le fils d’Allah mais qu’ils continuent de l’invoquer et lui demander en dehors d’Allah, et bien ils continueraient toujours à être des moushrikin. […]

Dans ce verset il y a donc une réfutation pour celui qui prétend qu’il y a une différence entre ce que faisaient les moushrikin et ceux qui adorent les tombes aujourd’hui. Cela réfute également ceux qui prétendent que le shirk c’est uniquement d’adorer une idole. Cette dernière idée est une erreur dans 2 points de vue :

- 1er point de vue : Allah soubhanna wa ta’ala a rejeté tout ceux qui adoraient quelque chose en dehors d’Allah, que ce soit des prophètes ou autres. Et Il soubhanna wa ta’ala a commandé de tous les combattre sans exception.

- 2ème point de vue : C’est que le prophète n’a pas distingué entre celui qui adorait une idole, ou celui qui adorait un ange ou un homme pieux etc.


 

Et l’indication qu’il y en avait qui adoraient les personnes pieuses est la parole d’Allah : « Ceux qu’ils invoquent, cherchent eux-mêmes, à qui mieux, le moyen de se rapprocher le plus de leur Seigneur. Ils espèrent Sa miséricorde et craignent Son châtiment. » (Sourate 17 verset 57)



Cheykh dit que ce verset est une preuve qu’il y a des gens qui adorent les hommes pieux, c’est-à-dire les hommes qui font du bien, qui prient, qui jeûnent, qui ordonnent le bien et interdisent le mal, qui ont bien pratiqué l’Islam, qui sont morts ou qui sont vivants. Le cheykh dit que « Ceux qu’ils invoquent » c’est-à-dire ceux que les moushrikin invoquent, eux–même ils cherchent le moyen pour aller vers leur Seigneur. Le cheykh explique que ce verset a été révélé au sujet de celui qui adorait le Messie ‘Issa 'alayhi salam et celui qui adorait sa mère Maryam , ou ‘Ouzayr : . Donc Allah a révélé ce verset pour leur dire « Vous qui êtes en train d’adorer ‘Issa 'alayhi salam, ou Maryam  ou ‘Ouzayr :anhou:, vous adorez des êtres qui cherchent eux-mêmes à se rapprocher d’Allah et qui espère en la miséricorde d’Allah et qui craignent son châtiment. » Alors pourquoi vous n’adorez pas Allah ta 'ala directement comme eux le faisaient plutôt que de chercher à se rapprocher et adorer ces êtres là. Tous étaient des serviteurs d’Allah et qui avaient besoin d’Allah ta 'ala. Pourquoi chercher à se rapprocher d’eux, alors qu’eux cherchent à se rapprocher d’Allah ta 'ala ? Pourquoi ne pas prendre leur exemple à eux ?
Que signifie « El wassila » ? C’est un moyen de se rapprocher par l’obéissance, par l’adoration. Cela prouve que ces êtres-là ils ne méritent pas l’adoration, car ce sont des êtres humains qui ont besoin d’Allah, qui demande Sa miséricorde et qui craignent Son châtiment. Donc une personne qui a ces caractéristiques là il ne peut pas être adoré.


Le cheykh dit qu’il y a également une autre interprétation à ce verset. Il dit qu’il y a parmi les moushrikins certains qui adoraient les djinns. Et ce groupe de djinns s’est converti à l’Islam, sans que ces moushrikin ne le sachent. Ils ont donc continué à les adorer. Et les djinns, quant à eux, commençaient à se rapprocher d’Allah en faisant des obéissances, en espérant Sa miséricorde et craignant Son châtiment. Ils sont donc devenus des serviteurs d’Allah, qui sont pauvres devant Lui, c’est-à-dire qu’ils ont besoin d’Allah. Ils ne méritent donc aucune forme d’adoration. Comment peut-on adorer quelqu’un qui lui-même est un serviteur d’Allah et qui a besoin d’Allah autant que nous ?

Le cheykh dit que peu importe quelle interprétation on prend, que ce soit la 1ère ou la seconde, elles prouvent toutes les deux qu’il n’est pas permis d’adorer des serviteurs d’Allah, qu’il s’agisse de prophètes, des rapprochés, des hommes pieux etc…

Cheykh explique ensuite que la signification du mot « el wassila » est l’obéissance et le rapprochement. Toutefois dans la langue « el wassila » c’est quelque chose qui t’amène à ton but, c’est un moyen. Or qu’est-ce qui t’amène vers Allah soubhanna wa ta’ala ? Qu’est-ce qui t’amène vers Son paradis, vers Son agrément ? Ce qui t’amène vers Allah ta 'ala c’est ce qu’Il t’a légiféré, ce qu’Il a ordonné comme commandements et comme règle d’adoration. Donc, voilà les choses que tu dois faire pour arriver à Son agrément.
Et Allah dit dans un verset :
{Ô vous qui croyez ! Craignez Dieu et efforcez-vous de trouver le moyen de vous rapprocher de Lui ! Déployez vos efforts pour Sa cause, ainsi vous réussirez !}
[Sourate El Ma-ida, verset 35]

Le cheykh explique qu’il y a des gens qui ont dévié dans le Tawhid car ils essaient de donner une autre signification au mot « wassila » qui est fausse, pour ainsi justifier le shirk billah qu’ils commettent. Ils interprètent ce mot en disant que tu dois prendre entre toi et Allah des intermédiaires pour te rapprocher d’Allah. Tout comme faisaient les moushrikin au temps du Prophète salallahou ‘alayhi wa salam. Et Allah dit à ce sujet :
{Tandis que ceux qui prennent des protecteurs en dehors de Lui disent: « Nous ne les adorons que pour qu’ils nous rapprochent davantage d’Allah ».}
[Sourate Az-Zoumar, verset 3]


Donc pour ces gens-là, qui ont dévié et qui déforment la réalité, prendre « el wassila » (un moyen) c’est de prendre un intermédiaire entre eux et Allah. Ces intermédiaires vont leur servir à se faire connaître auprès d’Allah. Comme aujourd’hui par exemple dans la douniya on voit ce genre de chose, pour avoir accès à une personne haut placé on doit d’abord passer par un intercesseur qui va te faire connaître auprès de cette personne, comme par exemple le président. On ne peut accéder au président directement parce qu’il nous connaît pas. Et bien ces gens déviés agissent de la même manière avec Allah ta 'ala, comme si Celui-ci était un ignorant et qu’Il ne les connaissait pas. Comme s’Il avait besoin de quelqu’un pour qu’Il te connaisse.


Voilà donc un des exemples de leurs actes, ils comparent Allah à la création. Or, Allah soubhanna wa ta’ala sait mieux que nous-même ce dont nous avons besoin, donc Il n’a pas besoin de quelqu’un pour nous présenter à Lui.

Le cheykh dit que cette façon d’agir c’est aussi comme si Allah soubhanna wa ta’ala était avar et qu’Il ne donnait qu’à ceux qui ont pris ces intermédiaires. Ceci arrive très souvent entre les êtres humains lorsque quelqu’un obtient une faveur, après service rendu ou autre, auprès d’une autre personne. Alors, s’il lui demande une chose ce dernier ne pourra pas refuser parce qu’il lui doit une faveur. Ces personnes déviées prennent Allah de cette façon là. Ils pensent que certains êtres humains ont des droits sur Allah soubhanna wa ta’ala, et que s’ils demandent à Allah, Il ne peut pas leur refuser.

C’est en expliquant ce verset (verset 3 de la sourate az-Zoumar) qu’ils donnent des choubouhat (des doutes) aux gens. Car ils disent que ce verset est une preuve que tu as le droit de prendre des intermédiaires entre toi et Allah. Ils disent qu’Allah nous a ordonné de prendre un moyen pour aller vers Lui : « el wassila ». Et pour eux « el wassila » c’est un intermédiaire. C’est ainsi qu’ils déforment la parole d’Allah de son contexte et de son sens réel.


Or, le cheykh explique que dans le Coran et dans la sounnah, le mot « el wassila » c’est un moyen qu’on prend qui a été ordonné par Allah pour te rapprocher de Lui et atteindre Son agrément. Et les moyens pour se rapprocher de Lui ont été clarifiés dans le Coran et la sounnah, et c’est de Lui obéir, d’obéir au Messager salallahou ‘alayhi wa salam, de Lui demander par le moyen de Ses noms et de Ses attributs. C’est ce qu’on appelle « at-tawassoul », rechercher un « wassila » (un moyen). Par exemple tu peux demander à un frère pieux de faire une dou’as pour toi, ou un frère qui part en voyage tu lui demande de faire une dou’as pour toi parce que tu sais que celui qui voyage ses dou’as sont exaucées, etc… Tout ça ce sont des exemples de moyens que l’on peut prendre pour se rapprocher d’Allah soubhanna wa ta’ala et qui sont autorisés.


Alors que pour les gens qui ont déviés le tawassoul ce fait par les créatures. Ils cherchent un moyen pour se rapprocher d’Allah par les créatures. Et ça une tawassoul qui est basée sur le shirk. […] Et le cheykh mentionne les versets suivants :
{Ils adorent au lieu d’Allah ce qui ne peut ni leur nuire ni leur profiter et disent : « Ceux-ci sont nos intercesseurs auprès d’Allah. »} [Sourate Younous, verset 18]


{Ils disent: « Nous ne les adorons que pour qu’ils nous rapprochent davantage d’Allah ».}[Sourate Az-Zoumar, verset 3]


Le cheykh dit que ceci est le shirk des premiers et des derniers, car c’est exactement ce que font ceux qui adorent les tombes aujourd’hui. Même s’ils essaient de donner à leurs actes un autre nom, cela reste quand même du shirk. […] Allah soubhanna wa ta’ala n’a pas fait du shirk un moyen pour se rapprocher de Lui, car le shirk est quelque chose qui t’éloigne d’Allah, comme Allah dit dans ce verset :
{Quiconque donne des associés à Dieu, Dieu lui interdira l’entrée du Paradis et lui réservera l’Enfer pour séjour, les injustes ne bénéficieront d’aucun secours.}
[Sourate Al Ma-idah, verset 72]


Toujours concernant le verset qui parle du moyen « el wassila », il y a dans ce verset la preuve que parmi les moushrikin il y en a qui adoraient les hommes pieux. Et Allah soubhanna wa ta’ala a clarifié dans ce verset que ces hommes pieux ont eux-mêmes besoin de se rapprocher d’Allah, et qu’ils ont besoin de Lui. Ils cherchent donc un moyen pour se rapprocher d’Allah, et ceci par Son obéissance.


Et Allah ta 'ala dit « à qui mieux » (ayouhoum aqrab أَيُّهُمْ أَقْرَب ), cela signifie lequel d’entre eux est le plus proche ? Ils essaient de se concurrencer les uns les autres pour savoir lequel d’entre eux est le plus proche d’Allah. Ils font des efforts dans l’adoration pour cela. Tout cela pour montrer qu’ils ont besoin d’Allah et qu’ils sont pauvres devant Lui, et donc par conséquent cela prouve qu’ils ne méritent pas l’adoration.

 

source: elilm.net