convertistoislam

« On ne connaît pas la vérité par les hommes, mais connais donc la vérité, et après tu connaîtras ceux qui la suivent. »


les raisons pour lesquelles notre prophéte épousa plusieurs femmes

Publié par convertistoislam - l'islam pour tous sur 23 Février 2010, 11:23am

Catégories : #LE PROPHETE MOUHAMMAD

http://dc199.4shared.com/img/228273024/53dfb5e2/plusieurs_femmes.png?rnd=0.6356413862706456&sizeM=7

 

Description : Cet article répond d'une façon intelligente à ceux qui prétendent que notre prophète (sur lui la paix) épousa plusieurs femmes par pur plaisir charnel !!

Muhammad (sur lui la paix) épousa onze femmes après le décès de sa première épouse Khadîdja –qu’Allah soit satisfait d’elle-. Toutes étaient d’un certain âge, ayant déjà été mariées, hormis Aïcha –qu’Allah soit satisfait d’elle - qu’il a épousée alors qu’elle était vierge. Six d’entre elles étaient de la tribu Quraychite, cinq des autres tribus arabes et une Copte, c’est-à-dire la mère de son fils Ibrahim – qui avait été offerte au Prophète r par Al-Muqawqis, le roi d’Alexandrie. Le Prophète (sur lui la paix) disait : « Vous conquerrez l’Égypte, et c’est une terre où l'on pratique le Qirât. Alors, quand vous l’aurez conquise, soyez bons envers son peuple, car ils bénéficient de la protection [due aux Gens du Livre] et des liens de sang»[1] Le Prophète (sur lui la paix) disait également : « Si vous possédez des Coptes, soyez bienfaisants envers eux, car ils ont le pacte de protection et la parenté »[2]. Az-Zuhrî a dit : « Les liens du sang par Hajar, la mère d’Ismaël, et la protection par Ibrahim, le fils du Prophète. »

 

Le fait que le Prophète se soit marié à ce nombre de femmes s’explique par plusieurs raisons :

 

1- Religieuse et législative comme son mariage avec Zaïnab bint Jahch –qu’Allah soit satisfait d’elle. En effet, les Arabes dans la période préislamique interdisaient le mariage entre l’homme et l’ex-femme de son fils adoptif[3], car ils pensaient que la femme de ce dernier est comme la femme du fils véritable. Le Messager d’Allah l’épousa afin d’infirmer cette allégation. Allah dit : ( Puis quand Zayd eût cessé toute relation avec elle, nous te la fîmes épouser, afin qu’il n’y ait aucun empêchement pour les croyants d’épouser les femmes de leurs fils adoptifs, quand ceux-ci cessent toute relation avec elles. L’ordre d’Allah doit être exécuté )[4].

 

2- Politique dans l’intérêt de l’Islam et dans le but de gagner les cœurs et d’attirer la bienveillance des tribus. En effet, le Prophète avait épousé des femmes venant des plus grandes tribus qurayshites et des plus puissantes tribus arabes. Il a également ordonné aux compagnons de suivre cet exemple. Le Messager a dit à Abdul Rahman ibn Awf lorsqu’il l’envoya à Dawmatul Jandal : « S’ils te sont obéissants, épouse la fille de leur roi »[5].


Cl. Cahan[6] a dit : « Peut-être que certains aspects de sa vie peuvent nous laisser perplexes si l’on juge selon notre mentalité contemporaine. En effet, on a diffamé le Prophète r en disant qu’il aimait les plaisirs terrestres et on a fait des allusions au sujet des neuf épouses qu’il a eues après le décès de Khadîdja (qu’Allah soit satisfait d’elle). Toutefois, la vérité est que la plupart de ses relations maritales étaient marquées d’une empreinte politique et qu’elles cherchaient l’acquisition de l’allégeance de certains nobles et de certaines tribus. De plus, la mentalité arabe approuve qu’un homme utilise sa nature de la manière dont Allah l’a créée ».

 

3- Sociale, comme son mariage avec les veuves de certains de ses compagnons morts dans la voie de la propagation de l’Islam, sachant qu’elles étaient âgées ; toutefois, il les a épousées par compassion et bienveillance pour elles et pour les honorer ainsi que leurs époux.

 

L’écrivain italien L. Veccia Vaglieri[7] a dit dans son livre en Défense de l’Islam : « Muhammad au cours des années de la jeunesse pendant lesquelles le désir charnel est le plus fort, bien qu’il a vécu dans une société comme la société des Arabes dans laquelle le mariage en tant que base sociale était inexistant ou presque, où la polygamie était de règle et le divorce très facile n’épousa qu’une seule femme qui est Khadîdja (qu’Allah soit satisfait d’elle). Elle était bien plus âgée que lui et est restée sa femme unique pendant vingt-cinq ans. Il n’a épousé une deuxième femme et plus encore qu’après la mort de Khadîdja, c’est-à-dire après l’âge de cinquante ans. Chacun de ses mariages avait une raison sociale ou politique, parce qu’il a visé à travers les femmes qu’il a épousées d’honorer des femmes pieuses ou de créer des relations de mariage avec certaines tribus et phratries dans son désir d’ouvrir des nouvelles voies pour propager l’Islam. En dehors de Aïcha (qu’Allah soit satisfait d’elle), le Prophète n’a épousé aucune femme vierge, ni jeune, ni belle. Était-il donc un obsédé sexuel ? Il était un homme et non un dieu. Il est possible qu’il ait été poussé à se remarier par le désir d’avoir des enfants parce que les enfants qu’il a eus avec Khadîdja (qu’Allah soit satisfait d’elle) étaient tous morts (sauf Fatima). Sans avoir beaucoup de ressources, il s’est engagé à assumer la charge d’une grande famille. Toutefois, il a toujours respecté la voie de l’égalité parfaite envers toutes ses femmes et n’a jamais fait recours au droit de séparation avec aucune de ses épouses. Il s’est comporté en suivant le modèle des anciens prophètes (que la paix soit sur eux) comme Moïse entre autres, que personne ne semble jamais avoir critiqué pour ses mariages polygames. Cela est-il dû au fait que nous ignorons les détails de leurs vies quotidiennes alors qu’au contraire, nous savons tout sur la vie familiale de Muhammad r ? »

 

Thomas Carlyle,[8] célèbre auteur anglais dit à son sujet dans son livre « Les Héros » : « Muhammad n’était pas un homme qui s’adonnait aux plaisirs charnels malgré les accusations dirigées contre lui injustement et par volonté de nuire. Notre injustice et notre erreur seraient graves si nous estimons qu’il était un homme aimant les plaisirs, n’ayant d’autre souci que d’assouvir ses envies sexuelles ! Que non ! Quel grand écart entre lui et les plaisirs, quels qu’ils soient ! »

 

Extrait du livre « Muhammad, le Messager d’Allah » de Abderrahman Cheha, prédicateur dans la ville de Ryadh.

 

Revu par Abu Hamza Al-Germâny

Publié par le bureau de prêche de Rabwah (Ryadh)

Nous sommes sociaux !

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog