Le travail de nuit !

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  27 Janvier 2013, 00:30  -  #SCIENCE DU CORAN (tafsir, èxégése)

cp-travail-nuit

Assalam aleikoum

Je voulais faire un petit rappel à mes fréres qui travaillent de nuit, ayant travaillé en 3x8 un temps, je suis bien placé pour savoir de quoi on parle. qu'Allah nous facilite un travail béni !

 

Commentaires de quelques versets de l'exégète ibn kathir

 

 
وَجَعَلْنَا نَوْمَكُمْ سُبَاتا ً
"et désigné votre sommeil pour votre repos"S78v9

Commentaire : Nous avons fait de votre sommeil un repos pour vos corps.

 

وَجَعَلْنَا اللَّيْلَ لِبَاسا

"et fait de la nuit un vêtement" S78v10

Commentaire: Nous avons fait de la nuit un voile qui vous enveloppe par son obscurité


 وَجَعَلْنَا النَّهَارَ مَعَاشًا

"et assigné le jour pour les affaires de la vie" S78v11

Commentaire: Nous avons fait du jour le temps pour que vous vaquiez à vos besoins et assurer votre subsistance.


_____________

 

فَالِقُ الْإِصْبَاحِ وَجَعَلَ اللَّيْلَ سَكَنًا وَالشَّمْسَ وَالْقَمَرَ حُسْبَانًا ذَلِكَ تَقْدِيرُ الْعَزِيزِ الْعَلِيمِ

Fendeur de l'aube, Il a fait de la nuit une phase de repos; le soleil et la lune pour mesurer le temps. Voilà l'ordre conçu par le Puissant, l'Omniscient. S6v95


Le mot arabe sakan, qui apparaît dans le verset en langue arabe, signifie "se reposer, repos, se retirer pour se reposer, temps de faire une pause". Comme l'a indiqué Allah, la nuit est le moment durant lequel les êtres humains se reposent. L'hormone mélatonine, secrétée la nuit, prépare le corps à dormir en ralentissant les mouvements physiques des gens, les rendant endormis et fatigués, fonctionnant ainsi comme un tranquillisant naturel, qui soulage les esprits.

 

Durant le sommeil, les battements du coeur et les rythmes de la respiration ralentissent et la pression sanguine tombe. Au matin, la production d'hormones s'arrête et le corps est stimulé pour se réveiller.
 
Le sommeil permet en même temps aux muscles et aux tissus du corps de se réparer et au corps de remplacer les cellules vieilles ou les cellules mortes. Etant donné que la dépense énergétique est réduite à ce moment-là, le corps stocke de l'énergie pendant toute la nuit. Certains produits chimiques vitaux pour le système immunitaire et le développement des hormones sont sécrétés aussi durant le sommeil.

Dans le cas où les gens n'ont pas eu suffisamment de sommeil, alors le système immunitaire est très vite affecté et le corps prédisposé à être malade. Si les gens ne parviennent pas à dormir pendant deux nuits, il devient difficile pour eux de se concentrer et leur niveau d'erreur augmente. S'ils sont privés de sommeil durant trois nuits de suite, ils commenceront à avoir des hallucinations et auront des difficultés à réfléchir logiquement.

La nuit est un temps fait pour se reposer aussi bien pour les êtres humains que pour les autres êtres vivants. Cette situation mentionnée par Dieu dans le verset "Il a fait de la nuit une phase de repos", indique un fait qui ne peut être observé à l'oeil nu. De nombreuses activités qui ont lieu le jour, ralentissent et ont un temps de repos la nuit. En ce qui concerne les plantes, par exemple, la transpiration des feuilles et la photosynthèse commencent à augmenter au lever du Soleil. Dans l'après-midi, la situation est inversée. En d'autres mots, la photosynthèse ralentit et la respiration augmente étant donné que la transpiration est accélérée quand la température monte. La nuit, comme la température baisse, la transpiration diminue et les plantes se reposent. Beaucoup de plantes mourraient si une seule nuit faisait défaut. De ce point de vue, la nuit signifie repos et revigoration pour les plantes, tout comme pour les êtres humains.

Le mouvement au niveau moléculaire diminue aussi la nuit. Les radiations émises par le Soleil, pendant la journée activent les atomes et les molécules dans l'atmosphère terrestre et font qu'ils atteignent des niveaux énergétiques plus élevés. Lorsque tombe la nuit, les atomes et les molécules tombent à des niveaux énergétiques plus bas et commencent à dégager des radiations.


Ces faits, sont en toute probabilité, indiqués dans la sourate al-An'am, verset 96 et révèlent un autre des innombrables miracles du Coran. wallahou 'alam



Voici maintenant une contribution de recherches scientifiques sur le travail de nuit

 


Les principaux effets du travail de nuit sur la santé des travailleurs

La réelle difficulté à fixer un seuil limite d’exposition (5, 10 ou 15 ans) au-delà duquel les effets nocifs apparaissent de manière certaine vient en partie de la présence de nombreux paramètres venant aggraver ou atténuer les conséquences de l’exposition aux horaires de nuit. Cependant, plusieurs effets sont identifiés sur la santé des travailleurs :
- troubles du sommeil,
- fatigue,
- consommation plus élevée de médicaments, pour faciliter le sommeil ou à l’inverse rester éveillé,
- troubles digestifs et déséquilibre nutritionnel avec comme effets d’éventuels problèmes de surpoids,
- troubles de l’humeur, irritabilité,
- désadaptation et isolement social, professionnel et/ou familial,
- risques cardiovasculaires accrus (surpoids, hypertension artérielle),
- Certaines études évoquent une probabilité plus élevée de cancers, notamment du sein et colorectal (Cf. Centre International de Recherche sur le Cancer) et chez les femmes enceintes, un risque plus élevé de prématurité et fausses couches.
Site du ministére


    - fatigue accrue, troubles du sommeil avec stress lié au déphasage temporel et risque d'accumuler une « dette » importante de sommeil, avec risques de détérioration la vie familiale et sociales ;
   - diminution de la capacité de concentration
   - troubles digestifs
   - risque d’accident plus élevé notamment liés à une baisse de vigilance augmentant le risque d'accident de trajet ;
   - risque accru (chez l'Homme et la Femme) de troubles chroniques du sommeil.
Brigitte Merz, Médecine du travail : Le travail de nuit, encore un facteur de risque du cancer du sein. Quelles conséquences en tirer ? ; Highlight, Forum Med Suisse 2009;9(1–2):6– 


   - Les salariés travaillant en horaires décalés ont plus souvent des troubles du sommeil, avec chez la femme, une différence nette dès 42 ans -13.
   - risque accru (chez l'Homme et la Femme) de pathologies cardiovasculaires
   - risque indirect d'obésité, qui pourraient être induits par la fatigue, des troubles hormonaux et une alimentation perturbée ou augmentée ;
   - risque accru (chez l'Homme et la Femme) de pathologies du tractus digestif
  -  risque accru (chez l'Homme et la Femme) de symptômes végétatifs et/ou psychiques
   - risque de troubles métaboliques ; Une études ayant porté sur 700 personnes travaillant de jour ou en 3X8 a montré des anomalies métaboliques chez celles travaillant en 3X8 : taux amoindris de HDL («bon cholestérol»), taux accru de triglycérides, augmentation du rapport taille-hanche.
   - risque de perturbation hormonale chez des travailleurs de nuit jugés « bien adaptés à leur rythme de travail », avec notamment sécrétion accrue de mélatonine (et baisse de la température), modifications du rythme du cortisol, avec impacts secondaires sur la TSH, la GH et le glucose (glycémie accrue en fin de nuit et insulino sécrétion amoindrie).
    - Des adultes jeunes, privés de sommeil montrent une diminution du taux de TSH, une moindre tolérance glucidique, une augmentation du cortisol en soirée, une augmentation de la balance sympatho-vagale. Il existe un risque augmenté de diabète et d'hypertension artérielle.
   - Risque augmenté (chez la femme) de cancer du sein : sur la base d'études épidémiologiques
. Kolstad HA, Nightshift work and risk of breast cancer and other cancers—a critical review of the epidemiologic evidence [archive], Scand J Work Environ Health, 2008;34:5-22 ,


Le Centre international de recherche sur le cancer (IARC/CIRC) a classé le travail de nuit posté comme « cancérogène probable »15 (probablement en raison d'une diminution de l'immunité et à une insulino résistance conséquentes à la perturbation de la synthèse de mélatonine par l'exposition à la lumière artificielle 16. La mélatonine est produite par la glande pinéale (ou épiphyse) et également produite (en très faible quantité, par la rétine).
   - Ce risque a été notamment étudié au Danemark à partir de diverses études sur l'animal et sur l'Homme, dont l'une 17 a montré un risque de 36 % plus élevé de développer un cancer du sein pour les femmes ayant travaillé de nuit durant plus de 30 ans (par rapport aux femmes n'ayant jamais travaillé nuits. Le Danemark a reconnu juridiquement ce risque ; Il y a fait objet de compensations financières 18. On suppose que ces "cancers hormonaux" sont induits par la lumière qui devient perturbateur endocrinien du cycle naturel de la mélatonine, hormone dont la sécrétion est naturellement calée sur le cycle solaire jour/nuit (Rythme nycthéméral). Les personnes travaillant le soir 8hr doivent bénéficier de 50 % de bonus de salaire[réf. nécessaire]. - Une étude finlandaise a également montré une augmentation significative de l'incidence du cancer du sein chez les hôtesses de l'air. De même, en Norvège une autre étude a montré que les opératrices de radio et télécommunication potentiellement plus exposées à un éclairage nocturne présentaient un risque lus élevé de cancer du sein. Les infirmières ayant travaillé en quarts de nuit depuis plus de 20 ans avaient quant à elles 79 % de risque en plus de développer un cancer du sein (par rapport à celles ne travaillant pas de nuit).

Une fois acquis, ces troubles persistent souvent, même après changement de poste de travail (de jour).
- La morbidité chez d'anciens ouvriers en travail posté ou de nuit est accrue chez les hommes de 40 à 64 ans.
 19
 - Une étude suggère également chez la femme (et non chez l'homme) une baisse du taux de vitamine D lors du travail de nuit et de longues durées hebdomadaires de travail ; cette baisse contribuerait à l'augmentation de plusieurs pathologies (ostéomalacie, diabète, maladies cardio-vasculaires, affections articulaires...).20


- La base de ces effets serait une dérèglement de l'accord entre les rythmes nycthéméraux et le système hormonal, emêchant le (re)calage de l'horloge biologique interne des individus sur le rythme naturel jour-nuit. L'exposition à la lumière artificielle la nuit modifie les heures de production de la mélatonine21, ce qui, en cas d'exposition durable, peut conduire à divers troubles graves de la santé et du métabolisme22

wikipédia 

Pour les numéros de références



  ________________


Le réglage de l'horloge biologique en cause dans le diabète

Les troubles du sommeil augmentent le risque de devenir diabétique : la responsabilité d'un gène, qui joue un rôle-clé dans le réglage de notre horloge biologique, vient d'être établie dans la forme la plus courante de la maladie, selon une équipe franco-britannique. Depuis quelques années, on sait qu'un mauvais sommeil augmente le risque de devenir diabétique, mais l'on ignorait pourquoi. L'équipe menée par des chercheurs de Lille (Pr Philippe Froguel, Institut Pasteur-CNRS-Imperial College London) vient d'établir la responsabilité d'un gène-clé de la synchronisation de notre horloge biologique dans le diabète le plus répandu, le diabète de type 2 (90 % des cas). Ces travaux, publiés dimanche dans la revue spécialisée Nature Genetics, pourraient déboucher sur de nouveaux médicaments pour soigner ou prévenir cette maladie métabolique, selon les chercheurs.

Ils se sont intéressés au récepteur d'une hormone appelée mélatonine, produite par une petite glande du cerveau (l'épiphyse) quand la lumière décroît. La mélatonine, également appelée hormone de la nuit, joue le rôle de "gardien" de l'horloge biologique, qu'elle synchronise avec la tombée de la nuit, explique le Pr Froguel. Les chercheurs ont séquencé le gène "MT2" qui commande la synthèse de ce récepteur chez 7 600 diabétiques et sujets normaux. Ils ont trouvé 40 mutations rares qui modifient la structure protéique du récepteur de la mélatonine que l'on trouve dans le pancréas et le cerveau. Parmi ces mutations, 14 rendent inopérant ce récepteur.

"Cela n'explique pas tous les cas"

Les porteurs de ces mutations qui les rendent insensibles à la mélatonine ont un risque de développer le diabète de près de sept fois plus élevé que les autres, assure le professeur Froguel. Toutefois, il évalue "à entre un et deux pour cent la proportion de diabétiques de type 2" concernés par ce dysfonctionnement génétique. "Cela n'explique pas tous les cas", dit-il en rappelant la diversité des causes génétiques du diabète. Au niveau thérapeutique, plutôt que d'utiliser la mélatonine, dont on se sert contre le décalage horaire, on pourrait tester des médicaments qui activent ces récepteurs défaillants, comme certains médicaments déjà utilisés contre la dépression saisonnière hivernale (agomélatine par exemple), avance-t-il. De tels antidépresseurs nécessitent cependant des précautions.

Le diabète de type 2 touche plus de 300 millions de personnes dans le monde, dont 3 millions en France. Un chiffre qui devrait doubler dans les prochaines années du fait de l'épidémie d'obésité et des modes de vie sédentaire accompagnés d'une alimentation trop riche en graisses et en glucides. Certains facteurs génétiques peuvent également favoriser son apparition.