"On ne jette pas de pierre à l’arbre qui ne porte pas de fruit"

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  15 Décembre 2012, 21:48  -  #ACTUALITES

islam-occident-medias-guerre-psycologique-mensonge-propaga.jpg 

 

  «Accroissement de la conversion à l’Islam chez les Européens». «Conversion à l’Islam : ce phénomène qui inquiète l’Europe». «Boom des conversions à l’Islam en Italie : une tendance qui se confirme en Europe». «L’Islam gagne les cœurs : des chiffres à la hausse». «L’Islam progresse car l’Occident régresse». «L’expansion phénoménale de l’Islam». «L’Islam,  la religion dont la croissance est la plus forte en Europe». «L’Islam, partie intégrante de l’Europe». «Des milliers de conversions à l’Islam en France». «L’islamisation de la France». «L’Islam mine l’Europe»; «l’Islam et sa progression fulgurante»…

 

 

 

Ce ne sont là que quelques titres de publications en langue française au cours de ces dernières années,  qui donnent une idée des raisons des attaques dont l’Islam fait l’objet.

 

 
Les conversions à l’Islam
 
La conversion à l’Islam prend de plus en plus d’ampleur partout dans le monde. En Europe elle touche surtout des femmes d’âge moyen de 27 ans. Aucune catégorie sociale n’est épargnée : des personnalités comme Lauren Blooth (belle-sœur de l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair) ; des intellectuels comme Roger Garaudy, Vincent Monteil, Maurice Bucaille ; des artistes comme le chorégraphe Maurice Béjart ; des sportifs comme les footballeurs Frank Ribery, Nicolas Anelka, Eric Abidal, l’entraîneur Philippe Troussier, des basketteurs comme l’Antillais Olivier Saint-Jean devenu Tariq Abdul Wahab (premier basketteur français à évoluer dans le championnat américain, et ancien capitaine de l’équipe de France) ; des détenus de prisons … En Suisse, Daniel Streich qui s’était illustré par sa fronde contre la construction de minarets dans les mosquées a fini par entrer dans  l’Islam.
 
En France, le nombre officiel de conversions à l’Islam est établi autour de 3600 en moyenne par an ; mais ce chiffre est sous-estimé car ne tenant compte que de ceux qui se convertissent dans les mosquées, lesquelles établissent des certificats de conversion.

Aux Etats-Unis, les cas les plus connus de conversion sont dans le milieu sportif, avec les boxeurs Cassius Clay (Muhammad Ali) et Mike Tyson (Malik Abdul Aziz). Mais aussi Malcom Little, devenu Malcom X (le X en Anglais se prononce ex : ce qui pour l’intéressé signifie ex buveur, ex fumeur, ex chrétien, ex esclave). Selon la chaîne de télévision NBC, 220 000 Américains en moyenne se convertissent chaque année à l’Islam. La meilleure traduction du Coran de l’Arabe à l’Anglais (le ‘’Sahih International’’, approuvé par les autorités saoudiennes) est le fait de trois Américaines blanches converties depuis longtemps.
 
La déferlante islamique n’a pas manqué de gagner l’Amérique Latine. Au Mexique, l’Islam est présent non seulement dans les villes, mais même dans des contrées reculées comme chez les Indiens Chipas. Un article du ‘’Figaro Magazine’’ en rendait compte avec ce titre : «Allah au pays des Mayas». Au Brésil, premier pays catholique au monde par sa population, l’Islam ne cesse de progresser. Il y existe un ‘’Centre de divulgation de l’Islam en Amérique Latine’’ dont la responsable avoue ne pas toujours arriver à satisfaire  la demande d’exemplaires du Coran en Portugais. Le nombre de Brésiliens devenus musulmans est estimé à 1 million et les mosquées se multiplient dans le pays.
Sans compter que dans beaucoup de pays, des personnes se convertissent à l’Islam en cachette, pour s’éviter dans leur carrière professionnelle les foudres d’une répression qui ne dit pas son nom.

En 2011, aux Etats-Unis, le ‘’Pew Research Center’’ publie l’étude «Le futur de la population musulmane globale». Le document indique que la population musulmane dans le monde va passer de 23,4 pour cent en 2011 à 26,4 pour cent en 2030 ; En Israël,  la population  musulmane va passer de 10 pour cent à 25 pour cent. Selon des projections menées à l’ONU, l’Islam sera la religion de la moitié de la planète en 2050.

Les conversions à l’Islam ont donc fait fi de toute la propagande d’assimilation de l’Islam au terrorisme. De même, les accusations de sujétion de la femme par l’Islam n’ont pas fait recette : les femmes se convertissent trois fois plus que les hommes.
 Le phénomène est annoncé dans la dernière sourate entièrement révélée du Coran (111) : «Tu verras les gens entrer en masse dans la religion de Allah».


 
A l’origine des conversions
 
Des motivations personnelles peuvent être à l’origine des conversions. Certains convertis dénoncent  un environnement social d’alcool, d’ivresse, de manque de moralité, de permissivité sexuelle, d’obsession pour le matérialisme de la société de consommation. Un environnement délétère qui en France génère en moyenne chaque année 120 000 tentatives de suicide, dont 11 000 réussis.
 
D’autres disent que l’Islam a tout simplement changé leur vie. Tariq Abdul Wahab dit s’être converti aux Etats-Unis, après avoir côtoyé un musulman qui l’avait impressionné par sa force de caractère et sa générosité. Les sportifs devenus musulmans sont à l’origine de beaucoup de conversions chez leurs  fans qui tiennent à suivre leur exemple. C’est particulièrement le cas dans certaines banlieues parisiennes. Lauren Blooth avoue avoir ressenti ‘’une injection de morphine spirituelle’’ lors d’une visite d’une mosquée à Qom en Iran.

Au Brésil, un musicien converti confie que l’Islam a sauvé des dizaines de ses amis brésiliens de la drogue, de l’alcool et de la prison. Il ajoute que le message d’égalité raciale et de justice sociale de l’Islam rencontre un grand écho chez les jeunes noirs et mulâtres confrontés au racisme ambiant du pays.

Pour Roger Garaudy (converti en 1982 et décédé en  juin 2012 à l’âge de 99 ans), «si l’Islam a pu se répandre avec une telle puissance et une telle rapidité … c’est qu’il redonnait un sens à la vie à des peuples désorientés par la désintégration de leurs communautés, de leurs cultures et de leur foi» (Garaudy, ‘’Promesses de l’Islam’’, 1981, p. 31). Ce sont là des motivations personnelles auxquelles s’ajoutent des facteurs objectifs : un certain nombre de faits objectifs marquants survenus au cours de ces dernières années et qui expliquent aussi la recrudescence de l’islamophobie.
 
En 1978, paraît le livre de l’astrophysicien américain Michael Hart «Les 100. Classement des personnes les plus influentes de l’histoire». Le premier sur la liste est le prophète Muhammad (psl). L’auteur s’en explique ainsi : «Mon choix de Muhammad comme premier sur la liste des personnes ayant eu le plus d’influence dans le monde peut surprendre quelques lecteurs et être mis en cause par d’autres, mais il a été le seul homme dans l’histoire à avoir suprêmement réussi au plan religieux comme au plan politique».
 
Le prophète -paix et salut sur lui- arrive en tête devant : des guides religieux (Jésus (psl), Moïse (psl), Saint- Paul, Bouddah, Calvin …) ; des scientifiques et inventeurs (Newton, Einstein, Euclide, Euler, Galilée, Copernic, Pasteur, Watt, Edison, Marconi, Gutenberg …) ; des philosophes (Platon, Aristote, Descartes, Karl Marx …) ; des figures politiques et militaires (César, Charlemagne, Napoléon Bonaparte, Lénine, Mao Tsé Toung …). Dans la seconde édition du livre en 1992, le classement est modifié au détriment de certaines personnalités rétrogradées, mais le prophète (psl) reste encore au premier rang.
 
La première édition du livre de Michael Hart est vendue à plus de 500 000 exemplaires, traduite en 15 langues ; ce qui lui donne une portée planétaire et permet à beaucoup de personnes de découvrir le prophète de l’Islam.
 
Dans la période 1840 – 1955, pas moins de 50 témoignages élogieux sur l’Islam et le prophète (psl) ont été émis sous forme d’articles ou de livres, de la part de non – musulmans, figures éminentes de la littérature, des arts, des sciences, et aussi de la religion (catholiques, protestants, hindous) ; parmi lesquels Thomas Carlyle, Wolfgang Goethe, Georges Bernard Shaw, Lamartine, Léon Tolstoï, Mahamat Gandhi, Napoléon Bonaparte … . Lors de la grande crise économique des années 1930,  Bernard Shaw, Prix Nobel de Littérature en 1925, déclarait que si Muhammad vivait encore, il réussirait à résoudre tous les problèmes qui menacent notre civilisation aujourd’hui.

Depuis les années 1980, ces témoignages sont recensés en recueils et publiés avec des références précises (titre, date de publication) sur Internet par des musulmans du Moyen Orient, généralement anglophones ; les témoignages d’auteurs français, comme celui bien connu de Lamartine sont traduits en Anglais. Ainsi, dans le monde occidental, c’est dans l’espace anglophone que l’Islam est le mieux connu, pour être apprécié ou détesté par dépit. Rien d’étonnant dès lors, que les blasphèmes contre l’Islam soient initiés par des anglophones. En France, ‘’Charlie Hebdo’’ ne fait que prendre le train (de l’islamophobie) en marche.
 
Dans le Moyen Orient, après la chute de l’empire ottoman, on assiste à une renaissance de l’Islam depuis la création de l’organisation des Frères musulmans en Egypte en 1928. L’organisation essaime dans toute la région. Dans la période de la guerre froide entre 1947 et 1991, les Etats-Unis occupés à en découdre avec le communisme cherchent même à faire des Frères musulmans des alliés. L’anticommunisme occidental va faire le lit de la montée en flèche de l’Islam. Personne n’a vu venir la révolution islamique survenue en Iran en 1979 ; un véritable catalyseur dans tout le Moyen Orient : création du ‘’Hizbullah’’ (Parti de Dieu) au Liban en 1982, du ‘’Hamas’’ (Mouvement de la résistance islamique) en Palestine en 1987. Ces organisations anti-Israël se fixent tout de même comme objectifs de contrecarrer l’influence occidentale et d’instaurer la Charia. Les Frères musulmans accèdent au pouvoir en Egypte en juin 2012 à la suite d’élections régulières. Le film ‘’Innocence des musulmans’’ est produit trois mois après par un Egyptien mécréant. Simple coïncidence ?
 
En 1987, dans son livre « Le développement humain… », l’embryologiste canadien Keith Moore, professeur à la Faculté de Médecine de l’Université de Toronto, Canada, se dit émerveillé de trouver dans le Coran (sourate 23 : verset14) des développements sur l’embryologie, correspondant en tous points aux découvertes modernes, et qui ne pouvaient provenir d’aucun esprit humain à cette époque.
 
Selon le professeur Moore, le développement par étapes de l’embryon (sperme – embryon – os – chair – autre créature) n’a été découvert de façon approximative qu’en 1941, et de façon précise en 1972 seulement, avec l’aide du microscope inventé au 17ème  siècle. Or, ces indications sur la reproduction et le développement de l’être humain sont explicitement mentionnées dans le Coran. Ce qui l’a amené à dire publiquement que ces propos n’ont pu provenir que de la révélation divine. Ce qui impulse les études sur les miracles scientifiques du Coran et de la Sounna, c’est-à-dire des propos énoncés dans le Coran et dans des hadiss, confirmés par les découvertes scientifiques. Avec des résultats stupéfiants. Ces révélations sur le Coran ne pouvaient manquer  d’attirer à l’Islam certains intellectuels.

En 1983, le système bancaire islamique fait son entrée dans l’Occident par l’Angleterre. Dans un premier temps, ce sont des départements islamiques qui sont ouverts dans de grandes banques comme Citibank, ABN-Amro, BNP Paribas, Barclays, HSBC, Deutsch Bank … Leur succès est tel que par la suite, ce sont des banques exclusivement islamiques qui s’installent : Banque ‘’Al Taqwa’’ des Frères musulmans en 1988 en Suisse, au Lischenstein et aux Bahamas ;   ‘’Islamic Bank of Britain’’ en 2004 …
 
Il a été constaté que les banques pleinement islamiques ont été épargnées par la crise financière actuelle. Quel est leur secret ? Elles ne fonctionnent que sur la base d’interdiction des taux d’intérêt (riba) et de la spéculation (gharar), conformément à la Charia. Les détracteurs de l’Islam eux, ne les voient de l’extérieur  que comme des sources de financement du ‘’terrorisme islamique’’.


 
Les formes d’attaque contre l’Islam
          
En fait l’Islam a été attaqué dès le début de la révélation. Le prophète Muhammad -paix et salut sur lui-  en a enduré des persécutions. L’Islam étant la dernière des religions révélées, ne pouvait manquer de susciter un courant d’hostilité qui au cours de l’histoire a revêtu des formes diverses : la force armée avec les expéditions militaires,  les attaques par l’écriture, une certaine législation, et maintenant les blasphèmes.
 
L’Islam est d’abord attaqué par l’épée avec les Croisades qui débutent en 1095 pour se dérouler sur trois siècles, avec l’objectif de chasser les musulmans de Jérusalem. Résultat : l’Islam sort renforcé de l’épreuve, avec la constitution de l’empire ottoman qui va embrasser le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord, l’Europe des Balkans, et une bonne partie de l’Europe de l’Est. Au quinzième siècle, l’empire ottoman coexiste avec deux autres empires musulmans : l’empire Safavide de Perse (Iran) et l’empire Mughal (actuels Inde, Pakistan et Bengladesh). Sans parler de la présence musulmane en Espagne, dans le sud de l’Italie et de la France.
 
 L’Islam est attaqué par la plume, pendant la période même des Croisades, avec des écrits comme «La Chanson de Roland»,  «La Comédie divine». Dans la croisade intellectuelle contre l’Islam qui se poursuit, se distinguent des figures connues de la littérature : Bossuet, Pascal (dans ses « Pensées » on trouve le chapitre ‘’Contre Mahomet’’), Voltaire (avec son ‘’Le fanatisme ou Mahomet le prophète’’), Ernest Renan, Max Weber … . Rendons tout de même grâce à Voltaire : plus tard, dans son ‘’Dictionnaire philosophique’’, après avoir lu la première traduction française du  Coran, il reconnaîtra : «Très peu de littérateurs parmi nous connaissent le Coran. … Nous avons imputé à l’Alcoran une infinité de sottises qui n’y furent jamais».

La législation va même être utilisée contre l’Islam. En France, c’est une loi de 2004 qui interdit en fait «le port du voile islamique», dénoncé comme symbole d’oppression, de soumission, de manque de respect à l’égard de la femme. C’est ainsi que des filles musulmanes qui se couvrent la tête sont exclues de leurs écoles, pendant que certaines leurs camarades y  sont admises avec des tenues dénudant le nombril. Finalement on se trouve devant ce paradoxe : la femme voilée, c'est-à-dire qui porte un vêtement qui couvre son corps est soumise, non respectée, et la femme qui porte un vêtement qui la dénude est elle, libre et digne de respect.

La dernière en date des formes d’attaque contre l’Islam est constituée par le blasphème : mot d’origine grecque, qui signifie  ‘’dire du mal d’une certaine réalité’’. Il a été utilisé contre l’Islam par Salman Rushdie, les caricatures danoises, le journal ‘’Charlie Hebdo’’, et récemment le film ‘’Innocence des musulmans’’. Les blasphèmes ont commencé avec la publication des ‘’Versets sataniques’’ de Rushdie en 1989. Quelque temps  après ces faits marquants magnifiant l’Islam relatés plus haut.


 
Justifications voilées des attaques contre l’Islam
          
En réaction aux attaques contre l’Islam, partout dans le monde occidental au niveau des autorités, on entend le même refrain : Nous condamnons ces attaques, mais cela est permis par la liberté d’expression. Ce qui n’est rien d’autre qu’un encouragement à continuer. La loi doit-elle tout autoriser, même ce que la bonne conscience réprouve ?
Une véritable condamnation aurait consisté à confirmer la liberté d’expression tout en rappelant qu’elle a des limites. Comme le stipule l’article 4 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, à laquelle se réfère la Constitution française  de 1958 toujours en vigueur : «La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui…». Autrement dit, la liberté de chacun s’arrête là où commence la liberté de l’autre. Salman Rushdie a repris ce propos (tiens ! tiens !) dans une interview  sur la chaîne de TV américaine CNN le 23/09/2012 ; il ne l’avait peut-être pas en tête lorsqu’il écrivait ‘’Les versets sataniques’’.

En réalité,  la conception de la liberté d’expression est parfois  bien sélective. En France, on ne compte pas  les cas d’atteintes à la liberté d’expression, comme le montrent ces quelques exemples.

Dans ce pays, le glaive de la justice s’abat sur tout impertinent qui ose proférer la moindre critique à l’égard d’Israël : une femme est condamnée pour avoir apposé une affiche dans un supermarché appelant à boycotter tout produit en provenance d’Israël, ceci sur accusation de discrimination, au moment où les Etats occidentaux décrètent l’embargo sur l’Iran ;  Roger Garaudy en 1995 dans son livre ‘’Les mythes fondateurs de la politique israélienne’’ soutient que ce sont des cadavres de juifs morts d’une épidémie de typhus qui ont été jetés dans des fours crématoires durant la seconde guerre mondiale, et non des êtres vivants : ce qui lui vaut une condamnation, sur accusation de négationnisme au nom d’une loi votée en 1992. (Il ne s’agit là  que d’un rappel : l’auteur de ces lignes qui a eu l’occasion de visiter l’effroyable camp de concentration de Buchenwald en Allemagne ne peut souscrire à la thèse de Garaudy).

Tout récemment, en présidant une cérémonie juive, le nouveau ministre socialiste de l’Intérieur déclare que les Juifs peuvent porter la kippa (le petit bonnet qu’ils mettent sur la tête), donnant lui-même l’exemple ; ce qui va à l’encontre de la loi de 2004 qui interdit le port de tout signe distinctif de religion : chacun sait que cette loi ne visait que l’Islam,  pour interdire aux musulmanes de se voiler.

Des publicités portant sur des caricatures ridiculisant les présidents Chirac, puis Sarkozy ont  été interdites de télévision. Ce sont les autorités françaises qui ont interdit l’hébergement dans le pays de Wikileaks qui divulgue des informations politiques dérangeantes pour les gouvernements.

 En septembre 2012, il est interdit de publier les photos seins nus de Kate Middleton (l’épouse du petit-fils de la reine d’Angleterre) surprise dans son lieu de vacances par des paparazzi. Motif invoqué : atteinte à la vie privée. Soit. Mais les musulmans aussi sont atteints dans leur vie intime par ces caricatures du prophète (psl), car ils considèrent comme sacrilège toute reproduction figurée du prophète (psl), et même de tout être vivant, à fortiori lorsque ces images sont malveillantes.

 Le journal ‘’Libération’’, au nom de la liberté d’expression, n’a pas le droit de s’adresser au milliardaire Jacques Arnault en ces termes : «casse – toi riche con !» (allusion au fameux «casse-toi pauvre con!»  de Sarkozy à un de ses détracteurs, un ouvrier celui-là).

Il se trouve que  lorsqu’il s’agit de l’Islam, tout est permis. Presque toutes les personnalités politiques françaises, du pouvoir comme de l’opposition,  ont approuvé les dernières caricatures anti-islamiques provocatrices de ‘’Charlie Hebdo’’.  Au nom de la liberté d’expression. Et le gouvernement socialiste a interdit toute manifestation pacifique des musulmans. Les slogans proférés dans une manifestation ne sont-ils pas un moyen d’expression libre de s’exercer ? Dans d’autres pays d’Europe, les musulmans ont manifesté pacifiquement. En Angleterre, les manifestants ont même procédé à des distributions gratuites du Coran traduit en Anglais. C’est la voie que devraient suivre les musulmans dans d’autres parties du monde. Encore faut-il que cela soit autorisé !

Après tout, si l’Islam est attaqué, ce n’est que justice, car il véhicule le terrorisme. Le spectre du ‘’terrorisme islamique’’ est ainsi régulièrement brandi pour couvrir les attaques contre l’Islam. On fabrique une correspondance biunivoque entre Islam et terrorisme : Islam égal terrorisme ; terrorisme égal Islam.

Ayons donc la mémoire un peu courte ! Quel rapport entre l’Islam et les terroristes européens d’il n’y a pas si longtemps  (OAS puis Action Directe en France, Bande à Bader en Allemagne, Brigades Rouges en Italie, IRA en Irlande, ETA basque en Espagne…) ? Ces terroristes n’étaient tout de même pas des musulmans, et personne ne leur a collé une étiquette confessionnelle.

 Pourquoi alors mettre sur le compte de l’Islam les crimes commis par des terroristes présentés comme ‘’islamistes’’ ? S’ils se réclament de l’Islam, c’est qu’ils n’ont rien compris à cette religion : le Coran condamne toute tuerie d’innocents (sourate 5, verset 32) ; tout comme à ceux qui cherchent à imposer la Charia à des populations, il est dit : «Pas de contrainte en religion» (sourate 2, verset 256).

Le Coran n’a que respect pour ‘’les Gens du Livre’’, c’est-à-dire les Juifs et les Chrétiens qui ont comme livre la Bible (Thora et Evangile). Aucune religion ne prêche la violence et la haine. Ces pseudo-musulmans terroristes ne sont pas sans rappeler les gauchistes français de mai 68 et d’après, qui dans leurs  actions de casse se réclamaient d’un Marx qu’ils n’avaient pas lu. Il se trouve que toute religion, toute idéologie, a ses minorités d’intégristes confusionnistes.
Aux Etats-Unis, derrière l’auteur du film ‘’Innocence des musulmans’’ se trouve un de ces groupuscules de l’extrême droite américaine animé par le pasteur protestant Terry Jones, celui-là même qui avait brûlé des exemplaires du Coran, accusant  les musulmans de vouloir imposer la Charia aux Etats-Unis ; et de  lancer contre eux un véritable appel à la haine. A sa haine traditionnelle des noirs, des juifs et des latinos, est venue s’ajouter la haine des musulmans. C’est un personnage sulfureux qui n’a pas réussi à décrocher son diplôme de théologie, ce qui ne l’a pas empêché d’usurper le titre de ‘’Docteur’’. Il vient de se voir refuser l’entrée au Canada et en Allemagne où il voulait faire la promotion du film. Lui et ses acolytes se réclament ouvertement du nazisme et d’on ne sait quel Christianisme. Une autorité de l'église de Cologne où il avait séjourné a mis les pendules à l’heure en déclarant que «Terry Jones  n’exprime pas les valeurs bibliques et chrétiennes».

Ceux qui s’attaquent à l’Islam ne sont en réalité ni  du Judaïsme, ni du Christianisme : ce sont des mécréants qui s’attaquent aussi à ces deux religions en se réfugiant derrière la laïcité, allant jusqu’à la profanation de cimetières.
 
En conclusion
 
L’histoire nous a appris qu’en 732 en France, Charles Martel  à Poitiers avait arrêté l’avancée des armées arabes. Près de 1300 ans après, en 2012, une mosquée avec un minaret de 32 mètres de hauteur est en construction à Poitiers même. Il y a quelques jours, un commando de jeunes de l’extrême droite a tenté, mais en vain, d’arrêter la construction de cette mosquée, en faisant référence à Charles Martel. Ils n’ont pas compris que l’Islam continue son avancée, sans cavalerie.


L’Islam n’a pas besoin de violence pour se développer. Plus on l’attaque, plus il se développe depuis plus de deux siècles. Les musulmans ne doivent pas oublier cette sagesse populaire : on ne jette pas de pierre à l’arbre qui ne porte pas de fruit. C’est ce qui fait que l’Islam continuera à être attaqué.  Des attaques qui ne sont pas sans rappeler le stupide combat de Don Quichotte contre les moulins à vent. Un combat perdu avant même d’être commencé.

 

Attaques contre l’Islam les raisons d'une furie

source