[Vidéo] Sourate 2 - Al-Baqarah - Verset 207 à 244

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  19 Décembre 2011, 06:26  -  #LE NOBLE CORAN

 

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.


207. Et il y a parmi les gens celui qui se sacrifie pour la recherche de l’agrément d’Allah. Et Allah est Compatissant envers Ses serviteurs.

 

208. O les croyants! Entrez en plein dans l’Islam, et ne suivez point les pas du diable, car il est certes pour vous un ennemi déclaré.

 

209. Puis, si vous bronchez, après que les preuves vous soient venues, sachez alors qu’Allah est Puissant et Sage.

 

210. Qu’attendent-ils sinon qu’Allah leur vienne à l’ombre des nuées de même que les Anges et que leur sort soit réglé? Et c'est à Allah que toute chose est ramenée(83).

 

211. Demande aux enfants d’Israël combien de miracles évidents Nous leur avons apportés! Or, quiconque altère le bienfait d’Allah après qu’il lui soit parvenu... alors, Allah vraiment est dur en punition.

 

212. On a enjolivé la vie présente à ceux qui ne croient pas, et ils se moquent de ceux qui croient. Mais les pieux seront au-dessus d’eux, au Jour de la Résurrection. Et Allah accorde Ses bienfaits à qui Il veut, sans compter.

 

213. Les gens formaient (à l’origine) une seule communauté (croyante). Puis, (après leurs divergences,) Allah envoya des prophètes comme annonciateurs et avertisseurs; et Il fit descendre avec eux le Livre contenant la vérité, pour régler parmi les gens leurs divergences. Mais, ce sont ceux-là mêmes à qui il avait été apporté, qui se mirent à en disputer, après que les preuves leur furent venues, par esprit de rivalité! Puis Allah, de par Sa Grâce, guida ceux qui crurent vers cette Vérité sur laquelle les autres disputaient. Et Allah guide qui Il veut vers le chemin droit.

 

214. Pensez-vous entrer au Paradis alors que vous n’avez pas encore subi des épreuves semblables à celles que subirent ceux qui vécurent avant vous? Misère et maladie les avaient touchés; et ils furent secoués jusqu’à ce que le Messager, et avec lui, ceux qui avaient cru, se fussent écriés: «Quand viendra le secours d’Allah?» - Quoi! le secours d’Allah est sûrement proche.

 

215. Ils t’interrogent: «Qu’est-ce qu’on doit dépenser?» Dis: «Ce que vous dépensez de bien devrait être pour les père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres et les voyageurs indigents. Et tout ce que vous faites de bien, vraiment Allah le sait».

 

216. Le combat vous a été prescrit alors qu’il vous est désagréable. Or, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose alors qu’elle vous est un bien. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu’elle vous est mauvaise. C’est Allah qui sait, alors que vous ne savez pas.

 

217. Ils t’interrogent sur le fait de faire la guerre pendant les mois sacrés. - Dis: «Y combattre est un péché grave, mais plus grave encore auprès d’Allah est de faire obstacle au sentier d’Allah, d’être impie envers Celui-ci et la Mosquée sacrée, et d’expulser de là ses habitants(84). L’association est plus grave que le meurtre.» Or, ils ne cesseront de vous combattre jusqu’à, s’ils peuvent, vous détourner de votre religion. Et ceux qui parmi vous abjureront leur religion et mourront infidèles, vaines seront pour eux leurs actions dans la vie immédiate et la vie future. Voilà les gens du Feu: ils y demeureront éternellement.

 

218. Certes, ceux qui ont cru, émigré et lutté(85) dans le sentier d’Allah, ceux-là espèrent la miséricorde d’Allah. Et Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

 

219. Ils t’interrogent sur le vin et les jeux de hasard. Dis: «Dans les deux il y a un grand péché et quelques avantages pour les gens; mais dans les deux, le péché est plus grand que l’utilité». Et ils t’interrogent: «Que doit-on dépenser (en charité)?» Dis: «L’excédent de vos biens.» Ainsi, Allah vous explique Ses versets afin que vous méditiez

 

 220. sur ce monde et sur l’au-delà! Et ils t’interrogent au sujet des orphelins(86). Dis: «Leur faire du bien est la meilleure action. Si vous vous mêlez à eux, ce sont alors vos frères [en religion]. Allah distingue celui qui sème le désordre de celui qui fait le bien. Et si Allah avait voulu, Il vous aurait accablés. Certes Allah est Puissant et Sage.

 

221. Et n’épousez pas les femmes associatrices(87) tant qu’elles n’auront pas la foi, et certes, une esclave croyante vaut mieux qu’une associatrice même si elle vous enchante. Et ne donnez pas d’épouses aux associateurs tant qu’ils n’auront pas la foi, et certes, un esclave croyant vaut mieux qu’un associateur même s’il vous enchante. Car ceux-là [les associateurs] invitent au Feu; tandis qu’Allah invite, de par Sa Grâce, au Paradis et au pardon Et Il expose aux gens Ses enseignements afin qu’ils se souviennent!

 

222. - Et ils t’interrogent sur la menstruation des femmes. - Dis: «C’est un mal. Eloignez-vous donc des femmes pendant les menstrues, et ne les approchez que quand elles sont pures. Quand elles se sont purifiées, alors cohabitez avec elles suivant les prescriptions d’Allah car Allah aime ceux qui se repentent, et Il aime ceux qui se purifient»(88).

 

223. Vos épouses sont pour vous un champ(89) de labour; allez à votre champ comme [et quand] vous le voulez et œuvrez pour vous-mêmes à l’avance. Craignez Allah et sachez que vous Le rencontrerez. Et fais gracieuse annonce aux croyants!

 

224. Et n’usez pas du nom d’Allah, dans vos serments, pour vous dispenser de faire le bien, d’être pieux et de réconcilier les gens. Et Allah est Audient et Omniscient.

 

225. Ce n’est pas pour les expressions gratuites dans vos serments qu’Allah vous saisit: Il vous saisit pour ce que vos cœurs ont acquis. Et Allah est Pardonneur et Patient(90).

 

226. Pour ceux qui font le serment de se priver de leurs femmes, il y a un délai d’attente de quatre mois. Et s’ils reviennent(91) (de leur serment) celui-ci sera annulé, car Allah est certes Pardonneur et Miséricordieux!

 

227. Mais s’ils se décident au divorce, (celui-ci devient exécutoire) car Allah est certes Audient et Omniscient.

 

228. Et les femmes divorcées doivent observer un délai d’attente de trois menstrues;(92) et il ne leur est pas permis de taire ce qu’Allah a créé dans leurs ventres, si elles croient en Allah et au Jour dernier. Et leurs époux seront plus en droit de les reprendre pendant cette période, s’ils veulent la réconciliation. Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une prédominance sur elles. Et Allah est Puissant et Sage.

 

229. Le divorce est permis pour seulement deux fois. Alors, c’est soit la reprise conformément à la bienséance, ou la libération avec gentillesse. Et il ne vous est pas permis de reprendre quoi que ce soit de ce que vous leur aviez donné, - à moins que tous deux ne craignent de ne point pouvoir se conformer aux ordres imposés par Allah. Si donc vous craignez que tous deux ne puissent se conformer aux ordres d’Allah, alors ils ne commettent aucun péché si la femme se rachète avec quelque bien. Voilà les ordres d’Allah. Ne les transgressez donc pas. Et ceux qui transgressent les ordres d’Allah ceux-là sont les injustes(93).

 

230. S’il divorce avec elle (la troisième fois) alors elle ne lui sera plus licite tant qu’elle n’aura pas épousé un autre. Et si ce (dernier) la répudie alors les deux ne commettent aucun péché en reprenant la vie commune, pourvu qu’ils pensent pouvoir tous deux se conformer aux ordres d’Allah. Voilà les ordres d’Allah, qu’Il expose aux gens qui comprennent(94).

 

231. Et quand vous divorcez d’avec vos épouses, et que leur délai expire(95), alors, reprenez-les conformément à la bienséance ou libérez-les conformément à la bienséance. Mais ne les retenez pas pour leur faire du tort: vous transgresseriez alors et quiconque agit ainsi se fait du tort à lui-même. Ne prenez pas en moquerie les versets d’Allah. Et rappelez-vous le bienfait d’Allah envers vous, ainsi que le Livre et la Sagesse qu’Il vous a fait descendre; par lesquels Il vous exhorte. Et craignez Allah, et sachez qu’Allah est Omniscient.

 

232. Et quand vous divorcez d’avec vos épouses, et que leur délai expire, alors ne les empêchez pas de renouer avec leurs époux, s’ils s’agréent l’un l’autre, et conformément à la bienséance. Voilà à quoi est exhorté celui d’entre vous qui croit en Allah et au Jour dernier. Ceci est plus décent et plus pur pour vous. Et Allah sait, alors que vous ne savez pas(96).

 

233. Et les mères, qui veulent donner un allaitement complet, allaiteront leurs bébés deux ans complets. Au père de l’enfant de les nourrir et vêtir de manière convenable. Nul ne doit supporter plus que ses moyens. La mère n’a pas à subir de dommage à cause de son enfant, ni le père, à cause de son enfant. Même obligation pour l’héritier(97). Et si, après s’être consultés, tous deux tombent d’accord pour décider le sevrage, nul grief à leur faire. Et si vous voulez mettre vos enfants en nourrice, nul grief à vous faire non plus, à condition que vous acquittiez la rétribution convenue, conformément à l’usage. Et craignez Allah, et sachez qu’Allah observe ce que vous faites.

 

234. Ceux des vôtres que la mort frappe et qui laissent des épouses: celles-ci doivent observer une période d’attente de quatre mois et dix jours. Passé ce délai, on ne vous reprochera pas la façon dont elles disposeront d’elles-mêmes d’une manière convenable. Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites(98).

 

235. Et on ne vous reprochera pas de faire, aux femmes, allusion à une proposition de mariage(99), ou d’en garder secrète l’intention. Allah sait que vous allez songer à ces femmes. Mais ne leur promettez rien secrètement sauf à leur dire des paroles convenables. Et ne vous décidez au contrat de mariage qu’à l’expiration du délai prescrit. Et sachez qu’Allah sait ce qu’il y a dans vos âmes. Prenez donc garde à Lui, et sachez aussi qu’Allah est Pardonneur et Plein de mansuétude.

 

236. Vous ne faites point de péché en divorçant d’avec des épouses que vous n’avez pas touchées, et à qui vous n’avez pas fixé leur mahr (100). Donnez-leur toutefois - l’homme aisé selon sa capacité, l’indigent selon sa capacité - quelque bien convenable dont elles puissent jouir. C’est un devoir pour les bienfaisants..

 

237. Et si vous divorcez d’avec elles sans les avoir touchées, mais après fixation de leur mahr versez-leur alors la moitié de ce que vous avez fixé, à moins qu’elles ne s’en désistent, ou que ne se désiste celui entre les mains de qui(101) est la conclusion du mariage. Le désistement est plus proche de la piété. Et n’oubliez pas votre faveur mutuelle. Car Allah voit parfaitement ce que vous faites.

 

238. Soyez assidus aux Salâts et surtout la Salât médiane; et tenez-vous debout devant Allah, avec humilité(102).

 

239. Mais si vous craignez (un grand danger), alors priez en marchant ou sur vos montures. Puis quand vous êtes en sécurité, invoquez Allah(103) comme Il vous a enseigné ce que vous ne saviez pas.

 

240. Ceux d’entre vous que la mort frappe et qui laissent des épouses, doivent laisser un testament(104) en faveur de leurs épouses pourvoyant à un an d’entretien sans les expulser de chez elles. Si ce sont elles qui partent, alors on ne vous reprochera pas ce qu’elles font de convenable pour elles-mêmes. Allah est Puissant et Sage.

 

241. Les divorcées ont droit à la jouissance d’une allocation convenable, [constituant] un devoir pour les pieux.

 

242. C’est ainsi qu’Allah vous explique Ses versets, afin que vous raisonniez!

 

243. N’as-tu pas vu ceux qui sortirent de leurs demeures, - il y en avait des milliers -, par crainte de la mort? Puis Allah leur dit: «Mourez». Après quoi Il les rendit à la vie. Certes, Allah est Détenteur de la Faveur, envers les gens; mais la plupart des gens ne sont pas reconnaissants(105).

 

244. Et combattez dans le sentier d’Allah. Et sachez qu’Allah est Audient et Omniscient.

 

 

 

____________

 

Notes:

 

(83) Le Jour du Jugement dernier, Allah tranchera entre toutes Ses créatures.


(84) Ses habitants: les premiers musulmans de la Mecque.


(85)Ceux qui ont cru et émigré...: ceux qui ont fait l’Hégire avec le Prophète ou qui l’ont rejoint à Médine. Et lutté...: parmi les droits de la belligérance, il y a celui de tuer l’ennemi pour se défendre et défendre l’Islam (voir supra vv. 190 et 216). Mais le mot «jihâd» (traduit par lutte) a un sens beaucoup plus large. Dans S. 8, v. 72, on parle de lutter corps et biens, à quoi le Hadî² ajoute même «par la langue», et «par tout autre effort» y compris l’effort contre soi-même. La «guerre sainte» dont il est si souvent question dans les écrits européens sur l’Islam, n’est qu’une traduction erronée du mot «jihâd». Or ce mot signifie aussi «effort collectif», où il n’est question ni de guerre ni de tuerie, moins encore de sainteté. La guerre, dans le sentier d’Allah est, certes, obligation en Islam. La «guerre dans le sentier d’Allah» exige le sacrifice et la renonciation à tout but profane (gloire, patriotisme, pillage, excès, conquêtes, etc;); et la vie, dans son ensemble, doit reposer sur les principes de paix juste et équitable, comme le dit si bien le Prophète; or, c’est dans ce sens de «lutte dans le sentier d’Allah» que la guerre se justifie. Toutefois, la guerre qui vise à convertir par la force, à l’Islam, est strictement interdite (voir S. 2, v. 256).


(86) Au sujet des orphelins: voir S. 4, v. 3.


(87) Les femmes associatrices: une femme musulmane ne peut pas épouser un non-musulman. Pour l’homme musulman et la femme non-musulmane (voir S. 5, v. 5).


(88) Eloignez-vous: il s’agit de l’interdiction du coït pendant cette période. Suivant les prescriptions d’Allah: uniquement par la vulve. Quand elles sont pures: il s’agit de la fin de la menstruation suivie par le bain rituel (ghusl). Cohabitez: il s’agit de la licitation du coït.


(89) Un champ: un lieu de productivité comme le champ. Il s’agit de la reproduction des enfants.


(90) Saisit: demande des comptes. Vos cœurs ont acquis: les serments faits en toute conscience.


(91) S’ils reviennent (sur leur décision): c’est pour le leur permettre que le délai de quatre mois leur est donné.


(92) Un délai de trois menstrues: délai d’attente avant un remariage éventuel. Menstrues ici signifie aussi bien la période des règles que la période sèche. Le délai d’attente commencera inévitablement par la période des règles. Ce qu’Allah a créé dans leurs ventres: qu’elles soient enceintes ou pas.


(93) Le divorce: après avoir répudié sa femme, l’homme a le droit de la reprendre dans un délai de trois périodes de menstrues. Passé ce délai, il peut encore la reprendre, mais avec un nouveau contrat de mariage. Si pendant le délai de trois mois, ou après le nouveau contrat, l’homme répudie à nouveau sa femme, il peut encore la reprendre une deuxième fois et toujours dans les mêmes conditions. Mais s’il la renvoie une troisième fois, il n’a plus le droit de la reprendre aussi longtemps qu’elle n’aura pas épousé un autre homme, et le nouveau mariage ne peut être conclu qu’en cas de divorce avec le nouveau mari ou après son décès.


(94) Elle ne lui est plus licite: le but est de mettre un frein aux divorces irréfléchis. Ils ne commettent pas de péché (elle et son premier mari). En reprenant la vie commune: par la conclusion d’un nouveau mariage.


(95) Et que le délai expire: délai prescrit conséquent soit au premier soit au deuxième divorce.


(96) Ne les empêchez pas: ordre adressé aux parents de l’épouse.


(97) Pour l’héritier: l’héritier recueille dans ce domaine, les charges de celui dont il hérite.


(98) On ne vous reprochera...: cette parole est adressée aux parents de la veuve; elles disposent d’elles-mêmes: en se parant et en cherchant à se remarier.


(99) Sont permis les propos de mariage tenus à la veuve au cours du délai qui lui est imposé.


(100) Mahr: il n’y a pas de terme pour traduire ce que le Coran nomme tantôt farida tantôt ṣadâc ou ajr connu généralement comme mahr La femme possédant une personnalité juridiquement complète, peut en effet posséder en toute propriété des biens sur lesquels ni ses parents ni son mari n’ont aucun droit, pas même de regard. Il ne s’agit donc là ni de la dot, ni du douaire, connus en Occident.


(101) Celui entre les mains de qui...: soit le mari qui se désiste de la moitié du mahr qu’il a déjà intégralement versé à la femme, soit le représentant légal (al-Waliy) de la femme qui se désiste, au profit du mari, de la moitié du mahr qui revient de droit à la femme


(102) Parenthèse pour rappeler qu’au milieu des plus heureuses joies ou des luttes les plus âpres, il ne faut pas oublier Allah. La Salât médiane: la Salât al-'ASr.


(103) Invoquez Allah: accomplissez normalement votre Salât (prière).


(104) Un testament: ce verset est abrogé par le verset (234).

(105) N’as-tu pas vu (ô Muhammad) : veut dire «N’as-tu pas entendu parler des gens» qui essayèrent de s’enfuir de la mort par peur? Ce verset rappelle aux Musulmans que la mort est entre les mains d’Allah seul.

 

source