conseiller son frère qui fait des péchés publiquement !?

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  10 Juillet 2010, 15:55  -  #LE BON COMPORTEMENT

foule.jpg

Question :

Dans une lettre provenant du Koweït, l’auteur se plaint d’un de ses frères qui commet certains péchés. L’auteur de la lettre l’a conseillé plusieurs fois, mais ses conseils répétitifs l’on mené a commettre ses péchés publiquement. Il souhaite que vous le dirigiez dans cette affaire.

 

 

Réponse de Cheykh ‘Abdal ‘Aziz bnou ‘Abdillah bnou Bâz Rahimahoulah :

 

Il est obligatoire pour les Mouslimîn de se conseiller et de s’entraider dans la bienfaisance et la piété et de se recommander la vérité, la patience, l’endurance sur cela comme Allah le Très Haut a dit :

 

  « Et entraidez-vous dans la bienfaisance et la piété, et ne vous entraidez pas dans le péché et l’injustice,et craignez Allah car Il est certainement dur en châtiment », et Il dit, Gloire à lui : « Par le temps, l’homme est certes en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent des œuvres pieuses, et se recommandent mutuellement la vérité et se recommandent mutuellement la patience ».

 

Et l’illustre Prophète Mouhammad salallahou ‘alayhi wa sallam a dit :

 

« La religion c’est le conseil » on lui a dit: pour qui donc ô Messager d’Allah ? Il dit « Pour Allah, pour Son Livre, pour Son Messager, pour les gouverneurs des mouslimin et pour les gens du commun. »

Rapporté par l’imâm Mouslim dans son Sahih

 

Ces deux versets et cet honorable Hadith montrent l’obligation de se conseiller et de s’entraider dans le bien et de se recommander mutuellement la vérité.

 

Lorsque le mouslim voit chez son frère du relâchement dans ce que Allah lui a rendu obligatoire ou qu’ il le voit accomplir des choses qu’Allah lui a rendue illicite, il lui est obligatoire de le conseiller, de lui ordonner le convenable et de lui interdire le blâmable jusqu’à ce que la communauté s’améliore, que le bien apparaisse et que le mal disparaisse comme Allah a dit gloire a Lui le Très Haut :

 

« Et les croyants et les croyantes sont alliés entre eux, ils s’ordonnent le convenable et interdisent le blâmable. »

 

Et l’illustre Prophète Mouhammad ‘alayhi wa salâtou wa sallam a dit :

 

« Celui d’entre vous qui voit une chose blâmable (un acte interdit) qu’il le change par sa main, s’il ne le peut pas qu’il le change par sa langue, s’il ne le peut pas, par son cœur, et cela est le degré le plus faible. » Rapporté par l’imâm Mouslim dans son Sahih.

 

Et toi Ô le questionneur (celui qui a envoyé la lettre) puisque tu n’a cessé de le conseiller et de le diriger vers le bien, et cela ne la conduit qu’a l’augmentation et l’aggravation de ses péchés jusqu'à les montrer publiquement, il est impératif pour toi de le délaisser et que tu ne le prenne plus comme ami.

 

Et il est impératif aussi pour toi d’encourager quelqu’un d’autre que toi, parmi ceux qui pourraient plus l’influencer en le conseillant et en appelant à Allah dans l’espoir qu’Allah l’en fasse profiter. Si au contraire tu vois que le délaisser et le bannir, l'exiler ( Hajr) augmente le mal, et que dans ton contact direct avec lui il y a plus de bien que de mal alors ne le délaisse pas, ne l’exile pas.

 

Parce que le bannissement, (al Hajrou) a pour but de traiter, c’est un remède, et s’il n'en profite pas, mais qu’au contraire il aggrave et augmente la maladie, alors fait ce qui est le mieux pour lui en le contactant, en répétant le conseil, en ordonnant le convenable et en interdisent le blâmable sans pour autant le prendre comme compagnon et ni comme ami, seulement dans l’espoir qu’Allah fasse le guide par cela.

 

Et ceci est la meilleur façon qui a été rapportée dans ce sujet-ci parmi les paroles des gens de science (les savants) qu’Allah leur fasse Miséricorde (Rahmah).

 

________________

 

  Par l’éminent le noble savant Cheykh ‘Abdal ‘Aziz bnou ‘Abdillah bnou Bâz

Source : son recueil Fatâwâ wa maqâlât, al jouz al khâmis   

Traduit par l’équipe d’assounnah