Période de campagnes et de conversions

par convertistoislam - l'islam pour tous  -  21 Février 2016, 11:06

Période de campagnes et de conversions

Lecture de la page 562 à 575

LA TROISIEME ETAPE

 

La troisième étape s’ouvre après la conquête de la Mecque et comporte deux périodes :

 

Une période de djihad et de combat

 

Une période de conversion à l’islam des tribus et nations

 

Nous commencerons bi idhnillah par la première période.

 

L’EXPEDITION GHAZWA DE HOUNAYN

Introduction Suite à la conquête de la Mecque, de nombreuses tribus se soumirent et se convertir, à l’exception toutefois des plus hostiles parmi lesquelles : des fractions de Hawâzin et Thâkîf, ainsi que Nasr, Jachm, Saad ibn Bakr et de certains de Bani Hilal, toutes ces tribus se réclamant de Kays Aylân. Elles se rejoignirent donc sous le commandement de Mâlik ibn Awf an Nasri, qui décida d’emmener avec eux leurs femmes, enfants et biens, ce que Dourayd ibn As Soumma, expert en matière de guerre, contesta, mais sa parole ne fut pas retenue. Mâlik envoya des espions se renseigner sur les musulmans mais ceux-ci revinrent mutilés, affirmant avoir vu des hommes blancs montés sur des chevaux blancs et noirs. Le prophète de son côté, envoya Houdoud al Aslami se renseigner auprès de l’ennemi.

 

Le messager d’Allah quitte la Mecque pour Hounayn

Il quitta la Mecque le 6 du mois de Chawwal de l’an 8, à la tête de 12 000 hommes, dont 2000 mecquois. Sur la route, les musulmans virent Thât Anwât, un lotus verdoyant où les arabes avaient l’habitude d’accrocher leurs armes et de faire leurs offrandes. Ils demandèrent alors au prophète de leur fournir un tel arbre, ce à quoi il répondit par la parole de Moussa :alayhi : à son peuple : « Vous êtes un peuple ignorant, il s’agit de pratiques du même ordre que celles de vos prédécesseurs. »

 

Arrivée de l’armée islamique à Hounayn et mise en déroute de l’ennemi

Elle arriva à Hounayn la nuit précédant le 10 Chawwal. Les musulmans firent face à la vallée et furent pris de court par des ennemis en embuscade qui leur envoyèrent une pluie de flèches, ils battirent alors en retraite. Le prophète, avec à ses côtés quelques muhajirins et membres de sa famille, dirigea sa mule vers les infidèles et demanda à Allah Son secours. Il donna l’ordre à son oncle al Abbas d’appeler ses compagnons, dont 100 se réunirent alors autour de lui, firent face à l’ennemi et combattirent. Le prophète jeta ensuite une poignée de sable disant « soyez défigurés », et cette poignée en effet imprégna leurs yeux et provoqua leur déroute. 70 personnes furent tuées du côté des Thakîf, les musulmans s’emparèrent des biens et armes et de la caravane. Le Coran cite cette bataille :

9.25. ئاً لَقَدْ نَصَرَكُمُ اللّهُ فِي مَوَاطِنَ كَثِيرَةٍ وَيَوْمَ حُنَيْنٍ إِذْ أَعْجَبَتْكُمْ كَثْرَتُكُمْ فَلَمْ تُغْنِ عَنكُمْ شَيْمُّدْبِرِينَوَضَاقَتْ عَلَيْكُمُ الأَرْضُ بِمَا رَحُبَتْ ثُمَّ وَلَّيْتُم .Allah vous a déjà secourus en maints endroits. Et [rappelez-vous] le jour de Hunayn, quand vous étiez fiers de votre grand nombre et que cela ne vous a servi à rien. La terre, malgré son étendue vous devint bien étroite; puis vous avez tourné le dos en fuyards. 

9.26. كَفَرُواْ ثُمَّ أَنَزلَ اللّهُ سَكِينَتَهُ عَلَى رَسُولِهِ وَعَلَى الْمُؤْمِنِينَ وَأَنزَلَ جُنُوداً لَّمْ تَرَوْهَا وَعذَّبَ الَّذِينَوَذَلِكَ جَزَاء الْكَافِرِينَ Puis, Allah fit descendre Sa quiétude [Sa “sakina”] sur Son messager et sur les croyants. Il fit descendre des troupes (Anges) que vous ne voyiez pas, et châtia ceux qui ont mécru. Telle est la rétribution des mécréants.

L’opération de poursuite et butin Certains des ennemis, en déroute, se rendirent à Taif, d’autres à Nakhla, ou Awtas. Le prophète envoya Abou Amir al Ansari avec un groupe à Awtas, l’armée des associateurs prit la fuite. Il envoya également un autre groupe à Nakhla qui rattrapa et tua Dourayd ibn as Soumma. Concernant les ennemis s’étant échappé à Taif, le prophète les poursuivit lui-même. Le butin s’étendait à 6000 prisonniers, 24 000 chameaux, 40 000 moutons et 4000 onces d’argent. Il ne fut pas partagé avant la fin de la ghazwa de Taif.

 

La Ghazwa de Taif

Le messager y poursuivit Malik ibn Awf an Nasri et son armée. Khalid ibn al Walid fut à la tête de 1000 hommes, suivi par le prophète. Là, il ordonna la destruction d’une forteresse appartenant à Malik. A Taif, il imposa le siège aux occupants d’une forteresse de Malik, mais les musulmans furent attaqués de flèches et connurent des pertes. Le prophète fit utiliser une machine de guerre pour faire une brèche dans la forteresse et l’incendier, mais les musulmans furent contraints de descendre de leur char, car les ennemis leur envoyèrent des socs de charrue incandescents. Le prophète ordonna de couper et brûler les vignobles mais l’ennemi demanda l’arrêt de cela, au nom d’Allah et de la parenté, ce qui fut accepté. Il fut décidé que quiconque sortirait de la forteresse et rejoint les musulmans sera libre, et 23 hommes en sortirent, et chacun fut confié à un musulman. Voyant que la forteresse demeurait imprenable et que les musulmans subissaient des pertes, le prophète donna l’ordre de lever le siège.

 

Le partage du butin

Le prophète passa 10 jours à al Jouarâna où il finit par partager le butin. Il en donna une grosse part en premier lieu aux mecquois et ne réserva rien aux Ansar, qui, frustrés, se plaignirent. Le prophète leur fit alors un discours dans lequel il affirmait son attachement à eux, et fit des invocations en leur faveur, annonçant que eux, retourneraient à Médine avec lui. Les Ansar répondirent que le messager  leur suffisait.

 

Arrivée de la délégation de Hawâzin

Un convoi de Hawâzin, composé de 14 hommes dirigés par Zouhair ibn Sard et comprenant Abou barkan, oncle de lait du prophète, arriva pour se convertir. Ils demandèrent ensuite la libération des membres de leur famille,ce que le messager accepta, ainsi que les Ansar et les Muhajirrin tandis que Bani Tamin, Bani Fizara refusèrent. Finalement, tous les prisonniers furent rendus.

 

Omra et retour à Médine

Le prophète effectua ensuite une omra et rentra à Médine dans les 6 dernières nuits de Thil Qaada de l’an 8.

 

Lecture de la page 576 à 581

MISSIONS ET SARAYYA FAITES APRES LA CONQUETE DE LA MECQUE

Dès le début du mois de Moharram de l’an 9, le prophète envoya des missionnaires à de nombreuses tribus. Il envoya également des sarayya dont voici les détails :

 

Sariyya de Oyayna ibn Hisn al Fizari

Mois de Muharram de l’an 9, Envoyée vers Bani Tamim, qui avaient attaqué les tribus et les empêchaient de payer la Jizya, L’ennemi prit la fuite, les musulmans capturèrent néanmoins 11 hommes, 21 femmes et 30 garçons. Par la suite, 10 chefs de Tamim se rendirent chez le prophète, ils firent parler leur orateur puis leur poète, mais après avoir entendu l’orateur de l’islam Thabit ibn Kays ibn Chammas et le poète de l’islam Hassan ibn Thabit, ils se convertirent à l’islam. Sur ce, le prophète leur rendit femmes et enfants.

 

Sariyya de Koutba ibn Amir

Mois de Safar de l’an 9 Envoyée auprès d’une tribu faisant partie de Khathaam Violents combats, les musulmans tuèrent des ennemis et s’emparèrent d’hommes et enfants.

 

Sariyya d’ad Dahhâk ibn Soufyan al Kilâbi

Mois de Rabi’ al Awwal de l’an 9 Envoyée vers Bani Kilab, qui refusèrent toujours de se convertir à l’islam, les musulmans les mirent en déroute et en tuèrent certains.

 

Sariyya de Alqama ibn Moujazziz al Madlaji

Mois de Rabi’ al Akhir de l’an 9, Envoyée contre des Abyssins qui avaient l’intention de commettre des actes de piraterie contre des habitants de la Mecque. Les ennemis prirent la fuite.

 

Sariyya d’Ali ibn Abi Talib

Mois de Rabi’ al Awwal de l’an 9 Envoyée pour détruire l’idole al Kalas appartenant à Tay Les musulmans détruisirent l’idole, ils constituèrent prisonnière la sœur de Ady ibn Hatim, qui demanda la grâce du prophète qu’elle obtint. Elle poussa son frère ensuite à aller voir le prophète et il finit par se convertir.

 

Lecture de la page 582 à 596

L’EXPEDITION GHAZWA DE TABOUK Au mois de Rajab de l’an 9 de l’Hégire

Cause de la Ghazwa

La force romaine continuait de s’opposer aux musulmans depuis le meurtre contre l’ambassadeur du prophète venu voir le roi de Basra. César, conscient du danger que représentaient les musulmans pour sa puissance, décida de les exterminer et prépara une armé gigantesque regroupant Byzantins et Arabes alliés des tribus de Bani Ghassan et autres.

 

Préparation de l’ennemi et préparation des musulmans

Les hypocrites parmi les musulmans créèrent un lieu de complots et de machinations, la mosquée Masjid Dirar, afin de se regrouper sans attirer les soupçons. Ils demandèrent au prophète d’y prier, ce qu’il ne fit pas, et il détruisit la mosquée sur ordre d’Allah à son retour de la razzia. L’armée ennemie comportait 40 000 combattants. La situation était critique d’autant qu’il s’agissait d’une période de grande chaleur et récolte de fruits. Cependant, malgré ces facteurs peu encourageants, le prophète décida de mener de front une razzia contre les byzantins avant qu’ils ne puissent eux avancer vers la Maison de l’islam. Le prophète demanda donc aux arabes et aux mecquois leur assistance. Une partie de la sourate le Repentir fut révélée. Tous les musulmans se mobilisèrent mis à part les excusés (malades…), certains hypocrites et trois hommes dont nous parlerons inchaAllah après. Pour l’occasion, Abou Bakr donna tout ce qu’il possédait, Omar, Othman et d’autres acquittèrent également de grandes aumônes. Mohammed ibn Maslama fut chargé de la commande de Médine tandis que Ali fut chargé de veiller sur les membres de la famille du prophète. Il réunit 30 000 combattants, mais l’équipement était si peu important qu’un même chameau servait à 18 hommes. L’armée fut nommée Jaichoul-Osrah (l’armée de la détresse). En route, l’armée passa par al Hijr, l’oued des Thamoud, le prophète interdit de boire son eau et d’y faire les ablutions. Il invoqua Allah qui envoya un nuage chargé de pluie pour assouvir la soif de l’armée.

 

L’armée islamique à Tabouk

L’armée campa à Tabouk, prête à affronter l’adversaire. Mais les Byzantins et leurs alliés, effrayés, se dispersèrent et aucun combat n’eut lieu. Yahna ibn Rouba, leader d’Aylah, ainsi que les gens de Jarbâ et d’Adhroh vinrent demander la réconciliation et se soumirent au paiement de la Jizya. Le prophète leur rédigea alors un pacte. Puis le prophète envoya Khalid ibn al Walid à Okaydir, l’homme de Doumatil-Jandal avec 420 cavaliers. Khalid captura Okaydir et l’emmena au prophète. Okaydir sauva sa peau grâce à un accord de paix avec le prophète et au paiement de chameaux, bétails, cuirasses et lances, ainsi qu’au paiement de la Jizya.

 

Retour à Médine et histoire de ceux qui restèrent à l’écart

Les musulmans revinrent à Médine au mois de Rajab de l’an 9, après avoir passé 20 jours à Tabouk et 50 jours en tout (avec la route), il revinrent donc victorieux et sans avoir eu à combattre, et ce, par la grâce d’Allah. 12 hypocrites tentèrent l’assassinat du prophète, mais Allah les remplit de terreur et Houdhayfa les frappa d’un bâton qui les fit sauver et révéla leurs noms au prophète. Au cours de cette razzia, trois hommes faisant partie des croyants, restèrent à l’écart, sans aucune excuse. Il s’agit de Kaab ibn Malik, Mourara ibn ar Rabia et Hilal ibn Omayya. Contrairement aux hypocrites qui présentèrent des excuses au prophète, excuses qu’il accepta, les trois hommes jouèrent la carte de la franchise. Le prophète ordonna donc de ne point leur parler puis après 40 nuits passées ainsi, il leur donna l’ordre de ne pas s’approcher de leurs femmes, ils restèrent ainsi 10 nuits jusqu’à ce qu’Allah révéla leur pardon :

 9.118. وَعَلَى الثَّلاَثَةِ الَّذِينَ خُلِّفُواْ حَتَّى إِذَا ضَاقَتْ عَلَيْهِمُ الأَرْضُ بِمَا رَحُبَتْ وَضَاقَتْ عَلَيْهِمْ أَنفُسُهُمْ وَظَنُّواْ أَن لاَّ مَلْجَأَ مِنَ اللّهِ إِلاَّ إِلَيْهِ ثُمَّ تَابَ عَلَيْهِمْ لِيَتُوبُواْ إِنَّ اللّهَ هُوَ التَّوَّابُ الرَّحِيمُ. Et [Il accueillit le repentir] des trois qui étaient restés à l'arrière si bien que, toute vaste qu'elle fût, la terre leur paraissait exiguë; ils se sentaient à l'étroit, dans leur propre personne et ils pensaient qu'il n'y avait d'autre refuge d'Allah qu'auprès de Lui. Puis Il agréa leur repentir pour qu'ils reviennent [à Lui], car Allah est L'accueillant au repentir, le Miséricordieux .

 

Impacts de la Ghazwa et allusion au coran

Cette expédition contribua à étendre l’autorité des musulmans et poussèrent les gens à reconnaître que seul l’islam était le vrai chemin. Allah donna l’ordre de violenter les hypocrites, leurs aumônes cessèrent d’être acceptées, on ne pria plus sur leurs morts, ne demanda plus le pardon pour eux ni ne visita leurs tombes. Le Coran fait allusion à cette expédition dans la sourate le Repentir, at Tawba. Autres évènements qui eurent lieu au cours de cette année Il y eut entre autres la lapidation d’une femme Ghâmidite qui avait reconnue avoir forniqué, la mort du Négus d’Abyssinie, sur lequel le prophète pria, la mort d’Oum Koulthoum, fille du prophète et enfin, la mort d’Abdoullah ibn Obay, l’hypocrite. Malgré l’opposition de Omar, le prophète demanda le pardon pour lui et pria sur lui. Par la suite, Allah donna raison à Omar.